Maison de la Réserve Naturelle du Lac de Remoray - www.maisondelareserve.fr
Piquets dans la neige
Année suivante Année suivante
Année précédente Année précédente

Archives des annonces 2011

Qhapaq Ñan, la voix des Andes

05/11/2011

Vendredi 2 décembre 2011 à 20h30
par Sébastien Jallade, journaliste et réalisateur

Niché dans la cordillère des Andes, le Qhapaq Ñan, surnommé « la grande route inca », est le tronçon central du réseau de chemins préhispaniques qui s'étend sur près de 23 000 kilomètres. Il traverse l'Amérique latine du nord au sud, de l'Équateur au Chili et à l'Argentine. Au Pérou, bien que concurrencé par la route, il irrigue toutes les Andes centrales — du Pacifique à l'Amazonie d'ouest en est, de Tumbes au lac Titicaca du nord au sud —, rompant encore aujourd'hui l'isolement des communautés andines. Le Qhapaq Ñan relie notamment les villes de Cajamarca à Cusco, lieu d'origine des Incas, puis poursuit son tracé vers le sud, en Bolivie. Cette ancienne voie royale, dont certains cols culminent à près de 5 000 mètres, permettait de relier les diverses zones habitées, agricoles ou minières, les centres administratifs des civilisations précolombiennes ainsi que ses lieux de culte. Il constituait un axe incontournable pour le contrôle et l'unification de cet immense empire hétérogène, unissant des populations de langues et de cultures marquées par le poids de la géographie.
Le XXe siècle voit une modification brutale de l'identité des peuples andins. Au Pérou, les populations appartiennent majoritairement à l'ethnie quechua, la mieux représentée des familles ethnolinguistiques amérindiennes. L'exode rural permanent, qui a débuté à partir des années 1950, favorise la mixité de la population et la perte des repères culturels : l'absence de représentation politique et de mouvements indigènes réellement organisés précipite le déclin de leurs sociétés traditionnelles et la disparition de très nombreuses langues régionales, comme le chimu ou le tarma. Paradoxalement, la langue quechua profite de ce déclin pour s'affirmer comme la seule langue précolombienne majeure issue de l'ancien Empire inca, avec l'aymara, dont le recul est cependant plus marqué.

Les peuples andins vont également être durablement affectés par la guerre opposant le Sentier lumineux et les militaires, à partir des années 1980 jusqu'au début du XXIe siècle. Créé par Abimael Guzman Reynoso, le Sentier lumineux engage une lutte armée d'extrême-gauche et prône une insurrection populaire sous le nom de « guerre populaire prolongée ». Au début, les Senderistas, très organisés, sont accueillis favorablement par la population rurale des montagnes. Ce mouvement de guérilla s'inscrit en effet en réaction à deux siècles de marginalisation des populations andines par un système agraire de type féodal. La totalité des meilleures terres cultivables étaient aux mains des hacendados, élite de propriétaires terriens créoles descendants de l'ancienne aristocratie espagnole. En dépit de la réforme agraire des années 1960, initiée par une dictature d'extrême-gauche, la pauvreté est restée la règle. Le retour de la démocratie, loin de satisfaire les populations exclues, marque au contraire celui de la domination des anciennes élites. Ce soutien aux maoïstes et l'absence totale de connaissance des populations andines par les hommes politiques et les militaires de la côte Pacifique entraîne des assassinats et des massacres indifférenciés par l'armée péruvienne. Parallèlement, les terroristes du Sentier lumineux éliminent les paysans « traîtres » ainsi que de nombreux élus des communautés isolées, et imposent dans les campagnes un régime de terreur et d'enrôlement forcé. Les conséquences de cette guérilla sont dramatiques pour les populations de langue quechua : on estime à 70 000 le nombre de victimes officielles, l'écrasante majorité étant des paysans des zones rurales. Plus largement, ce conflit révèle les profondes disparités de la société péruvienne, entre la capitale Lima, située sur le littoral du Pacifique, et l'arrière-pays, en altitude. Les populations quechuas sont depuis longtemps l'objet de fréquentes discriminations, considérées comme indios (« indiens ») ou serranos (« montagnards »), termes aux connotations péjoratives. Finalement, tant la violence du Sentier lumineux que celle des forces étatiques se sont abattues sur la population andine. Le fait qu'elle ait été visée en quasi-exclusivité explique, en partie, la faible médiatisation des massacres à l'époque.

Le racisme actuel en vogue dans une frange de l'élite côtière s'est récemment illustré lors des campagnes gouvernementales de stérilisation des populations des zones rurales, à la fécondité plus élevée que celle des villes. En 1995, le président Alberto Fujimori, accusé depuis de crimes dans son propre pays et emprisonné à Lima, institue un « plan de santé publique » qui prévoit un programme de stérilisation forcée. Ce plan de contrôle démographique est financé par des organismes internationaux et cautionné par l'OMS. Entre 1995 et 2000, 331 600 femmes ont été stérilisées, contre leur volonté dans la plupart des cas. À partir de 2001, des enquêtes parlementaires montrent que le plan, qui avait comme objectif de diminuer le nombre de naissances dans les secteurs pauvres de la société péruvienne, visait essentiellement les communautés quechuas des zones déshéritées. Des documents prouvent que le président Fujimori était informé, mois par mois, du nombre d'interventions réalisées et montrent que des quotas avaient été fixés aux médecins. Depuis quelques années, ces régions, pour la plus grande part traversées par le Qhapaq Ñan, font l'objet d'une attention particulière. Différentes organisations, comme l'Unesco et l'Institut national de culture du Pérou, s'évertuent à faire de ce réseau de chemins préhispaniques un symbole culturel fort permettant d'instituer un sentiment de fierté au sein des différentes populations de ces régions. Les gouvernements des six pays par lesquels passe le Qhapaq Ñan se sont engagés dans un travail d'inventaire, de restauration et de promotion de cet héritage unique au monde, dont le climax sera son classement au patrimoine mondial de l'humanité.

En 2007, Sébastien Jallade part, en compagnie de la photographe Aurélia Frey, s'immerger six mois dans les communautés andines établies le long du Qhapaq Ñan, en Équateur et au Pérou. Leur but : dresser des portraits d'habitants de la cordillère des Andes, reliés par un réseau de chemins préhispaniques unique au monde. Aujourd'hui, le Qhapaq Ñan traverse des régions enclavées, marquées par l'exode rural, la pauvreté et, au Pérou, par le terrorisme des guérillas de la fin du XXe siècle. Langue, croyances, organisation économique et sociale : en quelques décennies, la perte des repères coutumiers de ces zones reculées a été brutale, favorisée par le départ massif des populations en âge de travailler et la dévalorisation des cultures autochtones. Rejoints en route par le réalisateur Stéphane Pachot, les voyageurs rencontrent des hommes et des femmes de tous horizons, symbolisant par leur métier, leur engagement et le lieu où ils vivent une part de la réalité andine contemporaine : un mineur de La Oroya, l'un des lieux les plus contaminés de la planète ; une paysanne de Tarmatambo, communauté rurale oubliée sur la grande route inca ; une enfant de Yanama, dans son école nichée à plus de 3 500 mètres d'altitude ; un peintre marqué par le terrorisme du Sentier lumineux, à Sahrua, ou encore une couturière travaillant pour la réinsertion et l'autonomie des femmes, à Andahuaylas. Ces personnes rencontrées au fil du chemin ne cessent d'exprimer des aspirations universelles dans lesquelles les voyageurs se reconnaissent : le droit à la dignité humaine, la recherche d'une égalité juridique quels que soient la condition de chacun et l'accès à la liberté culturelle des individus.
Ils décident alors de raconter leur aventure au travers de la parole et de la vie de ces personnages. Sébastien Jallade effectue près de trente heures d'enregistrement de témoignages, mais aussi de célébrations religieuses, d'émissions radiophoniques communautaires, de discours sur les marchés et les lieux de pèlerinage... Stéphane Pachot filme et met en scène les montagnes et leurs habitants par un regard poétique et intime.
De cette expérience naît le film Qhapaq Ñan, la voix des Andes. Ce documentaire est un voyage poétique et ethnographique inscrit dans la réalité andine de ce début de siècle, celle d'un chemin historique qui relie les hommes entre eux, bientôt inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité.

Sites internet : lavoixdesandes.com, www.qhapaq-nan.org, Transboreal

Visites guidées pendant les vacances

20/10/2011

Pendant les vacances de la Toussaint et de Noel, nous organisons des visites guidées dans les expositions.

Plus d'info sur cette page

Cabanes : les photos

12/10/2011

Le samedi 1er octobre 2011, la Maison de la Réserve participait à la Fête des Cabanes organisée par la Plateforme Régionale d'Education à l'Environnement et au Développement Durable.
Le thème de notre cabane était le retour des grands prédateurs : ours, loup, lynx.

Retrouvez la galerie photo sur cette page

Z'oiseaux et petites histoires de goupil

08/10/2011

Vendredi 4 novembre 2011 à 20h30
par Noël Jeannot, conteur naturaliste

A l'écoute de la nature et fourberies faunistiques
A base de contes écologiques, ce spectacle nous fait découvrir quelques oiseaux de notre région et apprendre leurs chants, le tout agrémenté de « renarderies » en guise de petits intermèdes malicieux.

Histoire
Au début des temps, il y avait un petit marchand d'ailes qui parcourait le monde pour vendre sa marchandise extraordinaire aux oiseaux, aux mouches, aux papillons... Un peu plus tard, un vacarme incroyable envahissait nos contrées car les oiseaux ne savaient pas chanter. Heureusement, l'ours a eu une idée géniale... Savez-vous pourquoi le merle est noir ? Et savez-vous que la cupidité d'une impératrice a donné naissance à l'un de nos chants le plus commun de nos lisières...

Les « Goupileries» qui parsèment le spectacle sont inspirées, à l'image de Louis Pergaud, du bestiaire Jurassien et nous interpellent sur nos relations aux autres et à la nature.

Quand le conte nous fait découvrir les chants des oiseaux !!!
A l'aide d'appeaux, le conteur (également bon connaisseur de l'avifaune locale) vous souffle à l'oreille quelques chants d'oiseaux. Ensuite, quand vous vous promènerez, vous associerez l'histoire et le chant de l'oiseau et vous vous direz... ah, oui, c'est le compteur d'écus que j'entends là. Ça, c'est le petit bandit masqué et là, c'est la tourterelle des bois en costume Chanel...

Découvrez les oiseaux du Jura au fil d'histoires douces comme des plumes, délicieuses et parfois poétiques. Réelles ou légendaires, ces découvertes prendront une autre dimension et resteront gravées à jamais dans vos esprits.

Site internet : contesetnature

L'exposition Avec Réserve est ouverte

02/10/2011

L'exposition "Avec Réserve" de Louis Long est ouverte.
En savoir +

Le Club Nature est ouvert

15/09/2011

A partir du mois de septembre, notre Club Nature est ouvert.

Plus d'info sur cette page

Le Salon du Champignon

25/09/2011

Réservez votre week-end des 1er et 2 octobre pour une fête autour du champignon. En savoir +

La Forêt de la Grand'Côte, d'hier à aujourd'hui

08/09/2011
Dans la Grand'Côte

Vendredi 23 septembre 2011 à 20h30
par Gérard Vionnet, naturaliste et Elisabeth Renaud, historienne

A l'occasion de l'année internationale de la forêt, cette soirée est consacrée à la "Grand-Côte", massif forestier dont une partie appartient à la Réserve Naturelle du Lac de Remoray. Son visage actuel est la résultante d'une dynamique naturelle et de l'action de l'homme. Le récit de son histoire permet d'expliquer la relation de l'homme avec son milieu naturel au fil du temps.

Il soulève les questions actuelles d'utilisation durable des ressources forestières : comment, dans ces conditions, conserver une forêt naturelle, indispensable à l'équilibre de l'écosystème planétaire ?

Tourbières de France, paysages et flore

25/08/2011
Tourbière à Passonfontaine

Mercredi 31 août 2011 à 20h30
par Francis Muller, directeur du Pôle Relais Tourbières

Les tourbières sont des milieux naturels très séduisants lorsqu'on les approche, bien qu'elles n'aient jamais atteint la popularité des forêts tropicales, des savanes ou des étendues glacées polaires !
Elles sont proches de nous mais on ne s'y rend pas si facilement, au risque de ne pas les connaître...

Nous vous proposons d'en découvrir certains aspects :
- tout d'abord, essayer de comprendre comment la vie peut s'installer et prendre des formes très originales dans des conditions bien difficiles, très acides ou très alcalines, froides ou soumises à de fortes variations de climat, toujours sous l'eau, manquent d'oxygène et d'azote ;
- ensuite, nous nous repaîtrons de quelques-uns extraordinaires paysages que ces milieux nous lèguent, en France comme ailleurs dans le monde ;
- enfin, nous irons regarder de plus près la flore originale et souvent colorée, toujours prodigue d'imagination pour parvenir à vivre dans ces contrées.

Observer le ciel avec Tintin

18/08/2011
Première page de l'Etoile mystérieuse

Mercredi 24 août 2011 à 20h30
par Nicolas Esseiva, animateur du club d'astronomie de Pontarlier

En 1953, Hergé publie "Objectif lune" qui raconte les aventures du jeune reporter qui l'emmèneront sur notre satelitte. En relisant les aventures de Tintin avec un oeil averti, on constate qu'on y trouve de nombreuses notions d'astronomie populaire souvent justes, parfois erronées. Pourquoi ne pas se servir des albums de Tintin comme manuel d'astronomie, point de départ à de nouveaux voyages dans le ciel ?

La conférence qui s'adresse à tout public utilise donc comme support certains albums de Tintin  pour présenter et expliquer quelques phénomènes astronomiques: étoiles filantes, cratères lunaires, astéroides, couleurs des étoiles, éclipses. Une façon ludique d'apprendre ou de réapprendre les phénomènes célestes de notre quotidien.

Le cerf, une nouvelle espèce pour le Haut-Doubs

04/08/2011
Cerf

Mercredi 17 août 2011 à 20h30
par Christophe Guinchard, ONCFS.

Le cerf avait disparu il y a bien longtemps de nos contrées. Et le voilà qui réapparait, profitant de l'extension de la forêt jurassienne et d'une chasse très mesurée. Est-il venu par la seule force de ses populations? L'homme l'a-t-il aidé?

Nous connaissons encore mal les cerfs qui se sont établis dans nos alpages et forêts de conifères. Nous repérons leurs traces l'hiver, les surprenons lors de comptages de nuit... combien y en a-t-il au fait? Sont ils les bienvenus partout ?

Azuré 13

L'Azuré numéro 13 est paru

04/08/2011

Le numéro 13 de l'Azuré, la lettre d'information du réseau des Réserves naturelles de Franche-Comté est disponible.
Plus d'info sur cette page

Vie sauvage dans les roseaux

03/08/2011

Mercredi 10 août 2011 à 21h30 à la Plage des Grangettes
par François Royet, cinéaste naturaliste.

Les marais abritent un monde familier, bien que curieusement fantastique. Brochets, grenouilles, foulques, grèbes, hérons s'y côtoient et semblent y vivre en autarcie depuis leur apparition sur Terre. Chacun mène un combat incessant pour donner la vie et pour la conserver et chaque chasseur peut être chassé par plus puissant que lui.

Projection sur l'eau

Ce film nous entraÎne dans un territoire mystérieux nommée roselière : un chaos de roseaux, de joncs où le monde de l'air et le monde de l'eau ne sont guère dissociables. De nombreuses espèces (grenouilles, brochets, foulques, grèbes, putois, hérons pourprés, râles...) se cotoient ainsi, entre ciel et eau, et semblent vivre en autarcie depuis la nuit des temps. C'est un combat sans fin pour donner la vie et pour la conserver : chaque chasseur est chassé par plus puissant, par plus rusé que lui. Ici la vie éclate dans ce qu'elle a de plus cruel, de plus primaire, de plus fondamental : c'est dire combien la grâce et la beauté y trouvent aussi leur place.

Plus d'info sur cette page

La Grande Cariçaie,
un marais d'importance internationale au bord du lac de Neuchâtel

28/07/2011
Marais de la Grande Cariçaie à Yvonand (CH)

Mercredi 3 août 2011 à 20h30
par Christophe Le Nédic, biologiste, collaborateur scientifique pour l'Association de la Grande Cariçaie.

Située au bord du lac de Neuchâtel, en Suisse voisine, la Grande Cariçaie est, avec ses 3000 ha, le plus grand espace marécageux lacustre de Suisse. Le site abrite de nombreuses espèces rares, dont certaines menacées au plan européen. Il est désigné "Site Ramsar", du nom de la convention internationale protégeant les sites d'escale des oiseaux migrateurs dans le monde.

Située en plaine, et apparue seulement à la fin du 19e siècle, la Grande Cariçaie est soumise à une dynamique naturelle intense (embroussaillement, érosion lacustre, assèchement des prairies marécageuses et des étangs, ...). Elle est donc gérée très activement depuis près de 30 ans, avec une grande diversité de techniques d'entretien, dont certaines très spectaculaires et novatrices.

La conférence vous permettra de découvrir la faune, la flore et les habitats remarquables de la Grande Cariçaie. La deuxième partie sera consacrée aux techniques d'entretien et aux enjeux de la conservation du site.

Site de l'Association de la Grande Cariçaie

Ne pas cueillir l'Oeillet superbe ni l'Aconit Napel

23/07/2011

L'Oeillet superbe (Dianthus superbus) et l'Aconit napel (Aconitum napellus) sont actuellement en pleine floraison dans le Haut-Doubs.
Bien que localement abondantes, elles sont rares et protégées au niveau national et départemental. Tout cueillette est donc à proscrire.

Vie sauvage dans les roseaux

21/07/2011

Mercredi 27 juillet 2011 à 20h30 à la Maison de la Réserve
par François Royet, cinéaste naturaliste.

Les marais abritent un monde familier, bien que curieusement fantastique. Brochets, grenouilles, foulques, grèbes, hérons s'y côtoient et semblent y vivre en autarcie depuis leur apparition sur Terre. Chacun mène un combat incessant pour donner la vie et pour la conserver et chaque chasseur peut être chassé par plus puissant que lui.

Projection sur l'eau

Ce film nous entraÎne dans un territoire mystérieux nommée roselière : un chaos de roseaux, de joncs où le monde de l'air et le monde de l'eau ne sont guère dissociables. De nombreuses espèces (grenouilles, brochets, foulques, grèbes, putois, hérons pourprés, râles...) se cotoient ainsi, entre ciel et eau, et semblent vivre en autarcie depuis la nuit des temps. C'est un combat sans fin pour donner la vie et pour la conserver : chaque chasseur est chassé par plus puissant, par plus rusé que lui. Ici la vie éclate dans ce qu'elle a de plus cruel, de plus primaire, de plus fondamental : c'est dire combien la grâce et la beauté y trouvent aussi leur place.

Hermine, la belle du Jura

07/07/2011
Hermine par Jérôme Salvi

Mercredi 20 juillet 2011 à 20h30
par Jean Malevez et Jérôme Salvi, photographes naturalistes.

Depuis plusieurs années, Jean Malevez et Jérôme Salvi photographiaient des hermines sur le massif jurassien, Jean en Suisse, Jérôme en France.

Ils se sont rencontrés grâce à des images d'hermine qu'ils publiaient tous deux sur un forum de photographie Nature. C'est ainsi qu'a commencé une formidable aventure entre deux passionnés et un animal.

Jean était taupier (car à la retraite depuis peu). Il a inventé le piège « Topcat », destiné à capturer des campagnols terrestres. Ces rongeurs sont responsables de gros dégâts dans les prairies. Le piègeage est une alternative à l'utilisation de la bromadiolone, qui empoisonne le reste de la chaîne alimentaire (renard, milan royal, hermine...). En cherchant des méthodes naturelles et non destructrices pour la Nature, Jean s'est aussi intéressé à l'hermine, prédateur spécialisé en campagnols terrestres.

Jérôme est actuellement Animateur Nature à la Maison de la Réserve. Outre ses missions d'éducation à l'Environnement, il partage avec le public ses histoires « herminesques » afin de faire prendre conscience du rôle des prédateurs. De plus, il s'occupe de son site www.beaute-sauvage.fr où il publie une sélection de ses images, agrémentées d'anecdotes de terrain.

L'hermine mérite d'être connue et reconnue pour son utilité. Les images de cette conférence sont le résultat de plusieurs années d'observation, de concertation, de partage et d'interrogations qui restent parfois sans réponse. Il y a très peu d'écrits scientifiques sur cet animal. Jean et Jérôme essayent modestement, à leur manière, de faire avancer les connaissances sur l'espèce.

Toutes les images ont été réalisées en affût, sans aucun artifice, sur le massif jurassien. Pour l'année 2010, les auteurs totalisent chacun plus de 300 heures d'affûts.

Navette estivale gratuite entre Métabief et la vallée des deux lacs

04/07/2011

Du 2 juillet au 20 août, une navette estivale gratuite est en place entre Pontarlier, Métabief et la vallée des deux lacs.
La Maison de la Réserve est accessible à partir de l'arrêt Labergement PTT

Les horaires sont disponible ici : Document PDF.

L'exposition Graines de bonheur est ouverte

01/07/2011

L'exposition "Graines de bonheur" de Alix Herren est ouverte.
En savoir +

Profitez de nos sorties estivales

27/06/2011

Notre programme de sorties estivales vous permet de découvrir la nature en compagnie d'un animateur passionné.

Plus d'info sur cette page

Ne pas cueillir la Polémoine

20/06/2011

La Polémoine bleue (Polemonium caeruleum) est actuellement en pleine floraison dans le Haut-Doubs. Cette plante possède des fleurs indifféremment bleues ou blanches.
Bien que localement abondante, elle est rare et protégée au niveau national. Tout cueillette est donc à proscrire.

Les bergers du Mont-d'Or

12/06/2011
Troupeau sur le Mont-d'Or

Mercredi 6 juillet 2011 à 20h30
par Jean-Philippe Macchioni, cinéaste.

Si le mot alpage fait immédiatement penser aux Alpes, qui connait les alpages du Jura ? Aux sommets de la haute-chaîne jurassienne, dans un espace sauvage et hors du temps entre Suisse et France, entre tradition et modernité, ils sont le témoin d'une extraordinaire histoire d'hommes et de bêtes qui a débuté il y a plus de deux siècles...

Troupeau sur le Mont-d'Or

L'originalité de l'alpage jurassien est d'accueillir des troupeaux et des bergers venus de Suisse, pour plus de 60%. Tous les ans au printemps des génisses et des vaches sont conduites à l'alpage, où elles resteront durant plus de quatre mois avant de retrouver la vallée à la mi-octobre. Elles seront sous la surveillance de bergers, logeant avec les bêtes dans de larges fermes à l'architecture originale.

Ressources Internet:
Association des bergers du Jura franco-suisse.

Voir le programme des Soirées Nature

Barbitiste des bois

Ces insectes qui nous entourent : coccinelles, papillons, punaises

23/05/2011

Vendredi 10 juin 2011 à 20h30
par un collectif OPIE et RNN du Lac de Remoray.

La biodiversité est souvent perçue à travers des images qui nous viennent du bout du monde, de destinations exotiques. Elle frappe pourtant à notre porte, au fond du jardin, derrière la haie d'une prairie ou dans le ruisseau d'à côté.

Plusieurs entomologistes locaux vous proposent une soirée découverte des petites bêtes qui vivent sous nos yeux, malheureusement bien souvent méconnues : papillons, punaises, libellules, syrphes ou sauterelles... Un univers étonnant et fascinant pour qui sait ouvrir l'oeil... ou l'oreille !

Fourmis des bois

Les fourmis des bois

30/04/2011

Vendredi 20 mai 2011 à 20h30
par Anne Freitag, Musée cantonal de zoologie de Lausanne.

Les fourmis des bois sont des insectes emblématiques des forêts de la chaîne du Jura. Ce sont également des organismes dont l'importance au sein des écosystêmes forestiers a été reconnue depuis longtemps. Plusieurs pays européens, dont la Suisse, ont ainsi protégé les fourmis des bois au niveau national. Malgré cette protection, les colonies de fourmis sont toujours menacées, souvent par méconnaissance de leurs besoins écologiques. «Apprendre à connaître pour savoir protéger» est donc plus que jamais d'actualité.

La Chaîne Jurassienne compte cinq espèces différentes de fourmis des bois. Bien que toutes ces espèces aient la même écologie générale, chacune d'entre elles présentent des spécificités quant à l'habitat ou aux stratégies de reproduction adoptés. Préserver la biodiversité des fourmis des bois dans les milieux naturels s'avère donc nécessaire pour garantir un équilibre des écosystèmes concernés. Cette protection passe par une meilleure compréhension de la dynamique naturelle des fourmillières et de l'effet des interventions humaines (sylviculture, perturbations) sur les sociétés. Un projet de suivi des fourmis des bois, baptisé «Formica+Parcs», est en cours d'élaboration en Suisse pour répondre à cet objectif.

Anne Freitag est conservatrice au Musée cantonal de zoologie de Lausanne.

Ressources Internet:
Page d'information sur les fourmis au Musée de zoologie de Lausanne.

Le plan de gestion expliqué

28/04/2011

Le plan de gestion 2010-2014 de la Réserve Naturelle est disponible en ligne dans une version simplifiée

Plus d'info sur cette page

Le programme des sorties est disponible

20/04/2011

Le programme de nos sorties estivales 2011 est disponible.
Plus d'info sur cette page

Azuré 12

L'Azuré numéro 12 est paru

11/04/2011

Le numéro 12 de l'Azuré, la lettre d'information du réseau des Réserves naturelles de Franche-Comté est disponible.
Plus d'info sur cette page

Fête de la Charte du Parc Naturel Régional du Haut Jura

27/03/2011

Le Parc Naturel Régional du Haut-Jura organise un grand évènement pour fêter la charte du Parc. Des randonnées convergentes auront lieu, de 3 à 4 jours, au départ des différentes villes-porte du Parc pour rejoindre la Maison du Parc à Lajoux le dimanche 29 mai vers 15h30.

La randonnée à vélo, au départ de Pontarlier, fait étape le jeudi 26 mai à la Maison de la Réserve.
Plus d'info sur le site du PNRHJ

Pierrier au Creux du Van

A la découverte des éboulis froids jurassiens et de leur végétation

26/03/2011

Vendredi 29 avril 2011 à 20h30
par Sylvie Duret et Julie Knutti, biologistes.

Les éboulis froids constituent un milieu particulier où une circulation d'air à travers le sol génère des températures très basses. Certains éboulis possèdent même un pergélisol (sol gelé en permanence).
Dans le Jura, malgré l'altitude assez basse, la végétation est caractérisée par la présence d'arbres nains et par des espèces typiques des plus hautes altitudes. On y trouve également des lichens et des sphaignes.
Après un rappel du fonctionnement de ces milieux fragiles, nous étudierons leur végétation exceptionnelle.

Sylvie Duret et Julie Knutti sont biologistes et ont étudié ces milieux très particuliers des Préalpes et du Jura en liaison avec l'Université de Neuchâtel.

Ressources Internet:
Page d'information sur les éboulis froid.
Résumé d'article sur le site du Muséum d'Histoire Naturelle

Programme des Soirées nature 2011

25/03/2011

Notre programme de Soirées nature 2011 est (enfin) complet.
En savoir +

Bilan d'activités 2010

14/03/2011

Le bilan d'activités 2010 de l'association est disponible: Document PDF.

Les rapaces nocturnes

25/02/2011
Jeune Chouette hulotte

Vendredi 25 mars 2011 à 20h30

par Pierre-Alain Ravussin, naturaliste à la station ornithologique suisse.

En raison de leur mode de vie nocturne, il est peu fréquent de pouvoir contempler à loisir les chouettes et les hiboux de notre région et c'est principalement grâce à leur voix que nous savons qu'ils vivent à nos côtés. Ces oiseaux n'en demeurent pas moins très attrayants.

Pierre-Alain RavussinLe virus des oiseaux, Pierre-Alain Ravussin l'a attrapé tardivement, pendant ses études à Lausanne. Il se définit ainsi comme un "retardé" ornithologique. Actuellement ce qualificatif est totalement dépassé: avec ses travaux de recherche, il est devenu un des spécialistes internationaux de la chouette de Tengmalm. Depuis 20 ans déjà, il étudie la population de la petite chouette dans le Jura nord-vaudois. Le travail est laborieux: au printemps, avec ses collègues, il arpente les forêts enneigées avec une longue échelle sur le dos, afin de contrôler les nichées dans des loges de pic noir et dans des nichoirs. Grâce au baguage, ils ont pu démontrer le caractère nomade de l'espèce.

Site de la Station Ornithologique Suisse

Sorties découverte

02/02/2011

Nous vous proposons pendant les vacances scolaires, des sorties découverte, les mardi et jeudi.
En savoir +

Aurores boréales, splendeurs des hautes latitudes

29/01/2011
Aurore boréale

Vendredi 25 février 2011 à 20h30

par Christophe Perez, animateur scientifique à l'EPFL Lausanne.

Les aurores polaires sont l'une des interactions Soleil/Terre les plus belles. Boréales dans l'hémisphère Nord, australes dans l'hémisphère Sud, elles n'ont cessé d'intriguer l'Homme.

Phénomène lumineux d'origine électromagnétique, ce spectacle merveilleux provoque néanmoins de sévères perturbations électromagnétiques au niveau du sol et dans les transmissions radio.

Quand et où apparaissent-t'elles ? D'où proviennent les différentes couleurs ? Quel est le rapport avec le Soleil ? Peut-on les prévoir ? etc...
Beaucoup de questionnements auxquels les sciences tentent de répondre aujourd'hui.

Christophe PerezChristophe Perez est animateur scientifique à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). Sa passion première étant la photographie, il part régulièrement en Laponie finlandaise photographier les aurores boréales. Alliant son intérêt pour ce phénomène et ses connaissances en physique, il en devient spécialiste et monte à partir de 1996 une exposition au Palais de la découverte ainsi qu'un exposé permanent.

Explications sur les aurores boréales
Reportage sur le site de la TSR

L'exposition La France Sauvage est ouverte

08/01/2011

L'exposition "La France Sauvage, photographies des réserves naturelles " des photographes Jean-François Hellio et Nicolas Van-Ingen est ouverte.
En savoir +

Meilleurs voeux 2011

02/01/2011

A l'occation de cette nouvelle année, les Amis de la Réserve Naturelle vous souhaitent une excellente année 2011.
En savoir +

Symphonie du bois, le bois source de passion

22/12/2010

Vendredi 28 janvier 2011 à 20h30

par François Boinay, directeur du Centre Nature des Cerlatez.

La Symphonie du Bois est une présentation du bois «ondé» qui se trouve dans l'arc jurassien et que les luthiers utilisent pour la réalisation d'instruments à cordes. Mais le bois de qualité qui résonne est aussi bien utilisé dans les instruments de percussions ou instruments à vent comme le cor des alpes.

La soirée présentera le film documentaire « Quand résonne le bois », long métrage de 80 minutes de Francis Hengy. Il met en valeur les paysages, les forêts et les personnes en relation avec ces bois de résonance qui font vibrer le monde entier... Au travers de magnifiques prises de vue, il met en scène et valorise les acteurs mêlés à la création d un instrument. De l'arbre à l'instrument (de la mort à la vie), en passant par des corps de métier plus ou moins connus.

« Quand résonne le bois », le pourquoi du film
En établissant des documentaires sur la nature et plus particulièrement sur l un des plus beaux insectes d Europe, la rosalie des Alpes (1er prix aux championnats suisses en 2006), Francis Hengy est amené à rencontrer et à côtoyer des gens extraordinaires qui lui ont transmis leur passion quant à ces bois de résonance : les ouvriers forestiers, les cueilleurs de bois, les scieurs, les sangliers, etc. A travers les rencontres et les discussions « magiques » sur ces bois de résonance, Francis Hengy décide de réaliser un film long métrage pour mettre en valeur ces professionnels méconnus, depuis le forestier au musicien. Il est ainsi tombé amoureux de certains de ces instruments au point d'apprendre à en jouer avec l'objectif de les jouer pour la première du film.

Archives
> 2017
> 2016
> 2015
> 2014
> 2013
> 2012
> 2011
> 2010
> 2009
> 2008