Maison de la Réserve Naturelle du Lac de Remoray - www.maisondelareserve.fr
Piquets dans la neige
Menu

Nouvelles de la Rés...

Année précédente Année précédente

Nouvelles de la Réserve Naturelle

Novembre 2019

Pâturage
Les koniks polski ont quitté la réserve naturelle le 11 novembre afin de rejoindre leur quartier d'hiver au Montrinsans. Une saison 2019 sans problème et d'une belle efficacité pour la gestion des milieux naturels. Merci aux bénévoles qui secondent l'équipe dans la gestion du troupeau.

Balisage
Le balisage de la partie sud de la réserve naturelle est remis à neuf début novembre (financement Dreal). Piquets acacia et petites plaquettes mentionnent désormais clairement la limite précise de cet espace protégé.

Ornithologie
Le passage des Bécassines sourdes est remarqué avec 5 oiseaux le 8 novembre et 2 le 12. Deux Bécasses des bois sont observées, en forêt de la Grand'Côte le 8 octobre et en tourbière du Crossat le 15 novembre. En forêt de la Grand'Côte, une Chevêchette d'Europe chante le 18 octobre. Enfin l'hivernage de la Pie-grièche grise s'amorce avec un oiseau au marais le 12 novembre. Trois Grandes aigrettes fréquentent actuellement le marais.

Entomologie
Formation Diptères Comme le veux la tradition depuis maintenant 2012, une semaine de formation est consacrée en novembre à l'étude des diptères, pour accroitre la détermination des récoltes issues de l'étude syrphes (2009 à 2011). Du 4 au 8 novembre, Phil WITHERS et Christophe LAURIAUT étaient présents en appui à l'équipe gestionnaire (photo). Etaient également présents nos collègues des réserves naturelles du Ravin de Valbois (Doubs) et de la Grande Cariçaie (Suisse). Cette séance a permis de valider nos collections de références et de nouvelles avancées sur plusieurs familles (Chlroropidae, Drosophilidae…).
La fin de l'année doit permettre d'établir la liste des diptères des deux réserves naturelles du Doubs, en vue d'une publication commune en 2020. La liste du lac de Remoray dépasse désormais les 1500 espèces ! Affaire à suivre…

Suite au partenariat de longue date entre notre association et Phil Withers, les résultats d'échantillons de Sciarides (une petite famille de Diptères) viennent de nous parvenir. Le spécialiste, Jean-Paul Haeni, a déterminé 9 espèces dont trois sont nouvelles pour la France et deux autres nouvelles pour la science !

Exemple de Chironomidae : Chironomus plumosus -
	Commons

Une seconde phase du travail remarquable de Joël Breuil sur l'inventaire a été rendu cet automne : l'inventaire des Chironomidae (une des plus vaste famille de diptères) en 2019 présente une liste de 119 espèces supplémentaires. Parmi elles, 11 sont nouvelles pour la France et 16 restent encore non décrites. Le nombre des Chironomidae connus de la RNN est ainsi porté de 188 taxons/espèces à 307 appartenant à 90 genres différents. La description d'une première nouvelle espèce est en cours de publication dans Ephemera, à l'effigie de la réserve naturelle : Smittia remoraya sp. n..

La connaissance de la faune entomologique de la réserve est complétée par l'inventaire d'un nouvel ordre, celui des Psocoptères, grâce à l'investissement de Candice Gagnaison.
Ces insectes de moins d'un centimètre présentent une silhouette particulière. Leur tête est globuleuse avec des yeux saillants et ils présentent des ailes nervurées parfois tachetées selon les espèces.
Un Psoque :
	  Graphopsocus cruciatus Environ une centaine d'espèces de Psoques a été répertoriée en France. Ils peuplent des habitats variés : le feuillage des arbres, l'écorce des troncs, les murets de pierre, la végétation rase et même des milieux anthropisés comme les habitations, les entrepôts, les bibliothèques … pour certaines espèces. Ils consomment essentiellement des moisissures et des champignons microscopiques.
Comme de nombreux insectes, les psoques sont relativement méconnus et sont à découvrir !

Octobre 2019

L'été indien est marqué par des pluies salvatrices au début du mois et un redoux ces derniers jours laissant voir un beau passage migratoire de passereaux.

Ornithologie
Un passage migratoire marqué de passereaux est observé depuis le 10 octobre, avec un passage remarqué de Geais des chênes : 70 individus en 15 minutes le 12 au matin. Le 14 au matin, au moins 2000 passereaux parmi lesquels Pinsons des arbres, Alouettes des champs, Grosbecs casse-noyaux, Pipits, Tarin des aulnes, Mésanges bleues, Geais des chênes, Étourneaux sansonnets et Linottes mélodieuses, longent le lac de Remoray en une vingtaine de minutes seulement !

Les niveaux d'eau plus élevés dans les marais attirent quelques Bécassines des marais, avec un maximum de 26 oiseaux le 14 octobre. La première Bécassine sourde est contactée dans les premiers jours du mois. Une femelle de Busard des roseaux chasse le 9 octobre.

Le comptage des oiseaux d'eau réalisé le samedi 13 octobre dans la réserve naturelle donne les résultats suivants : 17 Canards colverts, 3 Foulques macroules, 15 Grèbes huppés, 2 Cygnes tuberculés, 4 Grands cormorans, 1 Fuligule milouin, 4 Fuligule morillon, 3 Grandes aigrettes, 2 Goélands leucophés.

Entomologie
Emus hirtus L'inventaire des coléoptères de la RNN se poursuit, avec plusieurs nouvelles espèces. Le Staphylin bourdin (Emus hirtus) est inconfondable grâce à ses magnifiques poils dorés. Généralement il se faufile dans les bouses de vache très fraîches pour chercher des petits coléoptères coprophages et asticots dont il se nourrit. Curieusement il ressort des excréments toujours impeccable, les poils propres et bien peignés !
Dans les semaines à venir des coléoptères appartenant à 3 familles différentes vont être identifiés : les Elateridae par Clément Grancher, les Mordelidae et Scaptiidae par Pascal Leblanc. Affaire à suivre…

Mammifères
Un muscardin est observé à 3 reprises (6, 19 septembre et 1er octobre) au bord du Lhaut et le nid, belle petite boule ronde composé de fines feuilles, est découvert le 11 octobre !

Gestion
Plusieurs chantiers de réouverture de la saulaie sont effectués par l'équipe, au sud du lac. Ils visent à maintenir une répartition idéale entre les milieux ouverts et les ripisylves au marais. Si ces chantiers modestes mais efficaces vous intéressent, merci de contacter l'équipe gestionnaire de la réserve naturelle.

Septembre 2019

L'épisode pluvieux du 19 et 20 août fait du bien au marais, sans recharger les nappes toujours basses. Le niveau des lacs est assez haut, sans commune mesure avec la situation de 2018.

Ornithologie
La seule nichée de Fuligule morillon est observée sur la base de loisirs (plan d'eau de la Seigne) avec deux poussins... qui n'étaient plus qu'un 15 minutes plus tard. Quatre jeunes Pie-grièches écorcheurs sont élevés au marais durant ce mois d'août et une famille de Locustelle tachetée avec des jeunes volants est observée le 23 août.
La migration automnale s'amorce très timidement : première Bécassine des marais le 21 août, 9 Bergeronnettes printanières et un Traquet motteux s'alimentent dans les prairies agricoles des Valières le 4 septembre.

Diptères
Le travail sur les syrphes continue avec encore et encore de nouvelles espèces qui complètent l'inventaire :
- une femelle d'Eristalinus aeneus butine sur la menthe le long de la Drésine le 6 août. Cette espèce est intéressante, beaucoup plus exigeante que sa voisine Eristalinus sepulchralis, déjà observée sur le site,
- un mâle de Platycheirus aurolateralis apporte une 18ème espèce au genre prestigieux des Platycheirus de la réserve naturelle,
- enfin une nouvelle preuve des modifications climatiques est apportée par la découverte d'Eumerus argyropus, toujours du côté de la Drésine. Cette espèce n'est connue pour l'instant en France que du sud et des Gorges de l'Ardêche. Quel étonnement de la découvrir dans les montagnes du Jura !
Ces 3 espèces portent l'inventaire des syrphes de la réserve naturelle à 239 espèces, chiffre exceptionnel.

Orthoptères
Calliptamus
	barbarus - Commons Les deux stations connues de Psophus stridulus sont visitées fin août. Cinq mâles sont contactés près du Brey, et un seul à la Clusette (site Natura 2000).
La belle surprise de l'année est la découverte le 30 août de nombreux individus de Calliptamus barbarus, le long de la voie ferrée à Derrière le Mont (2 mâles et 5 femelles) ainsi que le long de la départementale 46 qui domine le lac de Remoray (1 mâle et 4 femelles). Jusqu'alors, l'espèce n'était signalée qu'en plaine dans le Doubs.
Il s'agit de la 32ème espèce d'orthoptère observée dans la réserve naturelle, traduisant également les changements climatiques globaux ?

Coléoptère
Cicindella hybrida
	- Commons Une centaine d'individus de Cicindèle sont observés en limite de réserve naturelle, sur un talus en bord de route. Deux espèces différentes cohabitent sur cette zone : Cicindella hybrida et Cicindella sylvicola.
C'est la deuxième fois que ces epèces sont observées dans la réserve. La dernière observation de Cicindella sylvicola remonte à 2006. Elle est considérée comme assez commune sur le massif jurassien contrairement à Cicindella hybrida, une espèce rare localement.

Fauche tardive au marais
Les conditions météorologiques ont permis une belle saison de fauche en 2019. Au sud du lac, un programme ambitieux attendait le gestionnaire en bas-marais cet été, avec la fauche de deux nouvelles parcelles préparées (broyage) à l'automne 2018. Six secteurs sont fauchés le 23 août, avec un niveau d'eau proche du terrain : 56 balles rondes sont produites.
Fauche du marais Aux Valières, le secteur traditionnel est fauché (une année sur deux) le 2 septembre. 85 balles rondes sont produites quelques jours plus tard.
Enfin 5 balles rondes sont réalisées le 5 septembre dans les bas-marais à l'ouest du Crossat. Ce foin, pressé vert, est utilisé pour pailler le bouchon de tourbe permettant la fermeture d'un drain important réalisé en 2017 et 2018 dans le cadre du programme Life « tourbières du Jura ».
Au total, 146 balles rondes traduisent une exportation de matière organique importante au marais en 2019.

Août 2019

Quelques épisodes pluvieux début août font remonter le niveau du lac et la nappe d'eau pour le plus grand bien du marais. Malgré cela, les nappes restent très basses, justifiant le maintien des arrêtés de restriction sur l'eau affichés dans les mairies.

Ornithologie
L'observation le 1er août d'une nichée de Rousserolles turdoïdes dans la roselière au nord de la base de loisirs apporte la première preuve de reproduction certaine de cette espèce dans la réserve naturelle ! Le second couple n'a pas été revu. Les 3 espèces de Rousserolles sont donc nicheuses certaines dans la réserve naturelle.
Au marais, le couple de Pie-grièche écorcheur nourrit 4 jeunes volants le 10 août.

En migration, un Chevalier guignette est observé le 29 juillet sur la base de loisirs et 7 Hirondelles de rivage chassent au nord du lac le 1er août.

mâle de Cupido
	argiades - Commons

Entomologie
Papillons
Suite à la découverte d'un Silène (Brintesia cirse) le 14 juillet (cf dernière lettre), deux nouveaux individus sont contactés : au marais le 23 juillet et sur le chemin Margot dans la partie Natura 2000 de la forêt de la Grand'Côte le 2 août.
Lors des transects hebdomadaires des papillons de jour, la 81ème espèce est découverte le 23 juillet : l'Azuré du trèfle (Cupido argiades). Généralement observée en dessous de 600 m d'altitude, la présence de cette espèce à 850 m est intéressante. L'avenir nous dira s'il s'agit d'un cas isolé ou de l'amorce d'une colonisation des secteurs d'altitude. Un nouvel indice des modifications climatiques qui vont impacter fortement nos communautés d'espèces.Spilomyia manicata

Syrphes
L'inventaire des syrphes de la réserve naturelle comporte actuellement 236 espèces, avec la découverte d'une espèce remarquable découverte les 23 puis 29 juillet au marais : Spilomyia manicata. L'espèce butine les ombellifères et la Succise.

Odonates
Un individu de Sympetrum jaune d'or (Sympetrum flaveolum) est observé en limite de la Réserve le 17 juillet (Candice Gagnaison). Quelques jours plus tard, le coeur de la population est trouvé au sud du lac, à proximité de la Drésine.Sympetrum
	flaveolum Une dizaine d'individus dont des tandems (preuve de reproduction) survolent le secteur du marais pâturé par les chevaux koniks polski. C'est la première que ce Sympetrum est vu en nombre dans la réserve.
Cette libellule se reconnait assez facilement grâce à ses grandes taches jaunes à la base des ailes.

Le Sympetrum striolatum est observé le 1er août au marais du Lhaut, et sur la base de loisirs (2 individus, Catherine Genin).

Juillet 2019

Malgré les remontées de nappe suite aux pluies du 9 au 12 juin, puis d'un bel orage le 22 (20 litres/m2 à Labergement, 25 à Remoray, 40 à Malbuisson !), les niveaux d'eau sont mis à mal par une semaine caniculaire du 24 juin au 1er juillet. La nappe des tourbières et marais s'est effondrée en seconde partie de cette intense période de chaleur. Depuis, la pluie se fait attendre et la bise continue à assécher les milieux tout en apportant des températures plus confortables.

Ornithologie
La fin de la période de nidification 2019 apporte de belles nouvelles :
- Deux Rousserolles turdoïdes fréquentent les rives est du lac de Remoray le 26 juin. Auront-elles apprécié le feu d'artifice du 14 juillet ?
- 24 chanteurs de Rouserolle effarvatte sont recensés à la même période, contre une quinzaine en 2017. Il s'agit d'un excellent résultat après une installation tardive de cette espèce paludicole (roselières) ce printemps.
- 3 couples de Pie-grièche écorcheur fréquentent le sud du lac de Remoray (un en marais dans le même buisson que 2018) et deux dans les haies en milieu agricole.
- Concernant les Tariers des prés, un léger redressement de la population semble se confirmer : 10 couples semblent s'être reproduits cette année (7 aux Valières, 2 au sud de la réserve et 1 au nord). De nombreux jeunes volants sont actuellement observés sous ces conditions thermiques propices. Grâce à la mobilisation des agriculteurs, l'espèce est peut-être en train d'être sauvée aux abords du lac de Remoray.
- Enfin la grande nouvelle concerne le Râle de genêts. Le record de 2018 (5 chanteurs) est égalé, voire dépassé avec une grosse activité dans les premiers jours de juillet (3 chanteurs très assidus aux Valières, avec une observation en vol le 8 juillet en matinée). Une fourchette entre 4 et 7 chanteurs peut être avancée, résultat exceptionnel ! Dans le site Natura 2000, un chanteur est également décelé au Montrinsans depuis le 30 juin.
Quelques Cailles des blés sont également signalées.

Pour d'autres espèces, l'automne pointe le bout de son nez. Un Chevalier culblanc est observé au Crossat le 28 juin, déjà sur la route migratoire post-nuptiale.

Valorisation des données
Dans le cadre du Congrès 2019 des réserves naturelles de France (avec les parcs nationaux), un livret sur l'état des lieux du patrimoine naturel en France dans les réserves naturelles est édité. Notre travail contribue fortement à cette synthèse avec notamment un focus sur les suivis des papillons (page 33 - courbes du suivi du Cuivré de la Bistorte et du Damier de la Succise) et la découverte de nouvelles espèces (zoom en page 13). Plaquette à découvrir dans son intégralité en suivant ce lien.

Lepidoptères
Brintesia cirse - Commons Le Silène (Brintesia cirse) crée la surprise de ces derniers jours, avec une observation le 14 juillet. Sa dernière observation, exactement au même endroit, remonte en août 2006. Six données concernent la réserve naturelle, de 1992 (Yves Gonseth) à 2019.
L'espèce, qui apprécie les bois clairs et les lisières bien exposées se porte assez bien dans la région (statut LC = préoccupation mineure) dans la liste Rouge de Franche-Comté.

Odonates
Une exuvie d'Orthetrum coerulescens est trouvée aux mares des Vurpillières le 27 juin puis une femelle adulte quelques jours plus tard. Cette espèce n'avait pas été observée dans la Réserve depuis 1997.

Orthoptères
Tettigonia viridissima est observé le 15 juillet en bordure de la RNN. La grande sauterelle verte est commune à basse altitude mais assez rare et localisé dans le Haut-Doubs.

Cryptoflore
Nitella tenuissima Une nouvelle espèce de Characée a été découverte en bordure du plan d'eau de la Seigne. Il s'agit de Nitella tenuissima, petite algue affectionnant les eaux plutôt alcalines généralement de faibles profondeurs.
D'après les données à disposition, cette Nitelle a été mentionnée en Franche-Comté que sur 3 localités dont la plus proche se situe à Frasne en 1987 (CBN-ORI). Côté Suisse, cette espèce a été retrouvée en 2016 dans plusieurs stations de la rive sud du lac de Neuchâtel (Grande Cariçaie) (Infoflora).

Comptage des Œillets superbes
Une belle équipe de bénévoles, stagiaire et salariés a réalisé le comptage des Œillets superbes le 15 juillet. Avec 5938 tiges comptabilisées, l'année 2019 révèle le deuxième meilleur score depuis la mise en place du comptage en 2006. Comptage des
	oeillets superbes

Juin 2019

L'ensemble du mois de mai fut finalement bien frais et maussade. Malgré quelques précipitations, les niveaux d'eau étaient déjà très bas début juin. Les perturbations du 9 au 12 juin apportent 76 litres au m2, permettant une forte remontée des eaux en tourbière et au marais.

Ornithologie
Le premier Râle des genêts est entendu au Rondeau dès le 23 mai. Un second est noté aux Valières le 1er juin, puis un troisième entre les deux lacs le 2 juin. Un quatrième chanteur vient d'arriver dans les prairies au sud de la réserve naturelle le 13 juin. 2019 est donc une nouvelle très bonne année pour cette espèce prioritaire de l'avifaune du lac de Remoray, proche du record de 2018 (5 chanteurs) !
Une Caille des blés chante le 23 mai au sud du Crossat, observation sans lendemain.
Quarante cinq territoires de Râles d'eau sont recensés en 2019, 31 au nord du lac et 14 au sud.
Une seule Marouette ponctuée est signalée entre les deux lacs, du 6 au 25 mai.
La nidification de la Bécassine du marais au sud du lac reste très aléatoire : chevrotements et chants sont encore notés le 10 mai, mais le silence s'impose depuis le 23 mai. Quelques indices en juin seraient les bienvenus !
Bihoreau gris - J. Planet Nous espérions vous annoncer une bonne nouvelle dans cette lettre d'information : la première nidification du Bihoreau gris (héron de nuit) dans le Haut-Doubs, suite à la présence d'un couple entre les deux lacs du 30 avril au 26 mai. Le 21 mai, le couple est très démonstratif dans les saules qui bordent le Doubs et un emplacement de nid est suspecté. Mais la nidification ne se concrétise finalement pas et les oiseaux semblent avoir quitté les lieux le 26 mai, suite à un dernier cliché offert par la famille Planet, voisin du secteur de repos diurne.
Tariers des prés : De nombreux couples sont présents dans les prairies agricoles de la réserve naturelle. Dans la partie hors réserve le couple présent semble s'être déplacé. En périphérie de la réserve naturelle, la reproduction de 2 couples restent toujours à confirmer pour une population globale du site qui oscille entre 6 et 8 couples.
Un seul couple de Pie-grièche écorcheur est noté autour de la réserve naturelle.
Des jeunes Milan royaux sont observés dans les différents nids visités : 1 jeune presque volant dans le nid d'Âge-Marion (d'autres jeunes sont probablement déjà hors du nid), 3 jeunes dont 1 encore au nid au Blanc bief et 2 jeunes au nid dans la parcelle C de la Grand'Côte, toujours nourris par Marie-Claire.
De plus en plus rare dans notre Haut-Doubs, l'Alouette des champs chante aux Valières le 30 mai.
Enfin une Gélinotte des bois est observée en forêt de la Grand'Côte le 7 juin.

Côté migrateurs, notons le passage d'un groupe de Guépiers d'Europe au sud du lac le 31 mai.

Entomologie
Les Courtillières se manifestent ces dernières semaines : 2 chanteurs chantent en tombée de nuit dans la tourbière du Crossat le 23 mai, une autre dans les prairies agricoles des Valières le 2 juin, et une belle population exploite les prairies exposées sud proches du blockhaus le 3 juin.

La Leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis) est contactée en tourbière du Crossat : 2 mâles sont découverts le 12 juin. L'espèce n'avait pas été contactée depuis 2015 dans la réserve naturelle.

Papillons
Avec beaucoup de retard, les premiers Cuivrés de la bistorte sont observés en tourbière du Crossat le 15 mai. Les effectifs dans les transects hebdomadaires et les prospections complémentaires sembleraient rassurants dans la réserve naturelle.
Le premier Damier de la Succise est noté le 1er juin. Pour cette espèce également, quelques données intéressantes rassurent après une année 2018 très pauvre en données.

Syrphes
Trois nouvelles espèces pour la réserve naturelle sont découvertes :
- Melangyna barbifrons, le syrphe des neiges (donc précoce), dans le secteur des Vurpillières,
- Criorhina ranunculi dans le marais de la Drésine,
- Paragus albifrons, donnée provenant de la base de loisirs en juillet 2018.
L'inventaire des syrphes de la réserve naturelle comporte désormais 233 espèces !

Herpétologie
Observation peu fréquente d'un Orvet fragile en bord de route à Labergement-Sainte-Marie le 23 mai.
Une Couleuvre à collier est découverte morte aux Vurpillières, victime peut-être de Corvidés ou d'un renard ?

Mai 2019

Deux épisodes neigeux sont observés en avril et mai, avec beaucoup d'arbres cassés par une neige lourde et du vent : les 3 et 4 avril, puis le 4 mai. L'ambiance du 5 mai avec de la neige sur les feuilles et la végétation démarrée est étonnante. Les niveaux d'eau, très bas déjà début avril, sont remontés suite à différentes perturbations depuis le 25 avril. La fraicheur engendre finalement un retard de la végétation estimé à environ 15 jours.

Balisage de la RNN

20ème année de pâturage
Le troupeau de 5 Koniks polski a rejoint le marais le 3 mai pour son travail estival. Il s'agit de la vingtième année de pâturage réalisée dans la réserve naturelle, suite à l'arrivée de Tarla et Dlawik en mai 1999.

Amélioration du balisage
Une dizaine de panneaux 50 x 50 cm ont été fabriqués cet hiver et posés sur le terrain en ce début de printemps. Ils visent à signaler la réserve naturelle et sa réglementation à l'aide de pictogrammes clairs et précis.

Ornithologie
Migration
Rémiz penduline

Bihoreau gris Trois Sarcelles d'été s'alimentent sur le Doubs le 5 avril. Des Chevaliers culblanc sont contactés à la Louvetière le 9 avril et au sud du lac le 22 avril, puis entre les 2 lacs le 26 avril. Deux Rémiz penduline font escale sur la base de loisirs le 15 avril. Trois Bihoreaux gris arrivent le 22 avril au soir dans le marais sud de la réserve naturelle et se posent en bordure de la tourbière du Crossat. Un Bihoreau gris stationne entre les lacs du 30 avril au 10 mai. Quatre Hirondelles de rivage sont posées dans un saule de la base de loisirs en compagnie d'une trentaine d'Hirondelles rustiques le 6 mai Des Traquets motteux sont de passage vers le Crossat les 19 et 20 avril, puis aux Valières le 6 mai. Ce dernier jour, un Busard des roseaux (type femelle) chasse au dessus du Doubs. Deux Grandes aigrettes fréquentent encore la Taverne, mais n'ont toujours pas le bec en couleur nuptiale (noir).

Oiseaux nicheurs
- Bilan mitigé pour le Pipit farlouse : avec 3 territoires notés en 2017 et 2018, 2019 semble légèrement meilleure avec 4 territoires probables.
- De nombreuses espèces arrivent : Coucou gris le 9 avril, Pouillot de Bonelli le 18 avril, Locustelle tâchetée le 22 avril, Fauvette grisette le 2 mai, Faucon hobereau le 6 mai, Fauvette des jardins et Rousserolle effarvatte le 10 mai. Au sud du lac de Saint-Point, la Rousserolle turdoïde est contactée le 9 mai.
- L'Alouette des champs semblait la grande absente des prairies agricoles, mais un oiseau vient d'être contacté le 10 mai aux Valières.
- La héronnière située sur l'île de la base de loisirs comporte actuellement 17 nids.
- La visite des cavités de pic noir permet de découvrir une loge occupée par un Pigeon colombin au sud de la Grand'Côte le 23 avril. Un couple est également entendu au nord le 17 avril.
- Les premiers Tariers des prés sont notés le 19 avril. Le 7 mai, 3 mâles chanteurs sont entendus aux Valières, puis une dizaine d'individus fréquentent les lieux le 10 mai. La nidification constatée en 2018 semble porter ses fruits, et la pose de piquets devraient attirer les oiseaux vers les parcelles fauchées tardivement (15 juillet). Au sud de la réserve naturelle, un couple s'est formé dans une bande de marais pour la deuxième année consécutive, rejoints par un mâle en attente d'une partenaire !
- Bécassine des marais : le suivi de la nidification de la bécassine indique le retour, après 2 années d'absence, de la reproduction. Deux couples sont cantonnés au sud du lac avec chants, chevrotements… Espérons que les pluies observées ces derniers jours n'auront pas ennoyé les pontes ! Pas de reproduction malheureusement aux Valières, au Rondeau, ni à la Louvetière.
- Une Marouette ponctuée est contactée entre les deux lacs le 6 mai ; l'oiseau n'a cependant pas été réentendu.
- Milans royaux : 5 couples sont installés dans la réserve naturelle et ses abords immédiats. Le 5 avril, la femelle d'Âge-Marion couvait déjà !
- Une soirée de prospection des rapaces nocturnes est organisée le 18 avril dans la forêt de la Grand'Côte (hors réserve naturelle). Riche soirée avec une Chouette de Tengmalm entendue, 3 Chevêchettes d'Europe, 2 Chouettes hulottes et de nombreuses Bécasses des bois. Merci au 14 personnes qui ont répondu présent !

Réalisé par Bruno Tissot, Hadrien Gens, Anaëlle Bernard et Samuel Maas, un article présentant l'évolution de l'avifaune de la réserve naturelle nationale du lac de Remoray, de 1950 à nos jours, vient d'être publiée dans Bourgogne Franche-Comté Nature (n° 28 - 2018).

Mammifères
- Un Loir est signalé par Mme et Mr Duval de Saint-Point en forêt de la Grand'Côte. La détermination est précisée par l'équipe le 19 avril : il s'agit en réalité d'un Lérot, espèce proche. L'espèce est nouvelle pour la réserve naturelle ; l'inventaire des mammifères comporte actuellement 52 espèces.
- Plusieurs observations de Chamois sont réalisées en avril, en lisière de la forêt de la Grand'Côte, puis le long du ruisseau de Remoray le 7 mai.
- Une laissée de Cerf est découverte en tourbière du Crossat le 26 avril.
- Une Laie accompagne des marcassins de quelques jours en Grand'Côte le 17 avril.

Entomologie
Endomychus coccineus - Hectonichus / Commons Coléoptères
En forêt de la Grand'Côte, l'Office national de forêts (Raphaël Megrat) a démarré un inventaire (sur 3 ans) consacré aux coléoptères saproxyliques.
Une nouvelle espèce est découverte dans la tourbière du Crossat : Endomychus coccineus, de la famille des Endomychidae (nouvelle famille pour la réserve naturelle). L'espèce est aussi surnommée la "fausse coccinelle", avec ses couleurs vives rouge et noir. La larve affectionne les bouleaux, présents en quantité dans le Crossat !

Lépidoptères
La saison 2019 démarre au ralenti : toutes les espèces classiques, à la faveur d'une belle semaine ont été contactées début avril (Citron, Petite tortue, Aurore, Robert le Diable…). Depuis, la météo quasi-hivernale apporte un retard dans la phénologie : au 10 mai, le Cuivré de la Bistorte se fait toujours attendre ! Le suspens demeure pour cette espèce en déclin dans la réserve naturelle et ses alentours… La première Lucine est notée le 10 mai, à la faveur d'une éclaircie.

Un travail de bibliographie a été réalisé en cette fin d'hiver pour rechercher l'origine de plusieurs données historiques qualifiées de douteuses. Les premières mentions de lépidoptères diurnes dans la réserve naturelle remontent désormais à 1946, avec les observations savoureuses de Jean Bourgogne (publiées en 1965 dans la revue Alexanor - Merci à Pascal Dupond du Muséum d'Histoire naturelle de Paris pour son aide). Ces prospections relatent, entres autres, d'abondants Fadets des tourbières (espèce désormais disparue du site) et d'une mention d'une femelle de Nacré de la Canneberge (l'espèce n'a plus jamais été contactée depuis...). Malgré la date très tardive (4 juillet 1946), le Cuivré de la Bistorte était également observé par l'entomologiste, signe probable d'une population très abondante à cette époque, statut confirmé par deux prospections de Georges Betti en mai 1966 et 1973 (une cinquantaine d'individus observés à chaque reprise dans les zones humides au sud du lac !). Le Cuivré de la Bistorte présente aujourd'hui dans la réserve naturelle des densités bien plus faibles… La liste des papillons de jour de la réserve naturelle atteint désormais 80 espèces, et un travail de synthèse est envisagé.

Diptères
Dix ans après le début des travaux sur les syrphes de la réserve naturelle (2009), 4 tentes Malaise ont été placées par l'équipe dans les derniers jours du mois de mars (2 en marais et 2 en forêt). Les emplacements, identiques à ceux d'il y a 10 ans,vont permettre des comparaisons intéressantes de l'évolution des milieux de la réserve naturelle en une décennie. La première récolte, assez pauvre en raison d'une météorologie froide, est en cours de détermination par l'équipe et son réseau de spécialistes.
Ceratopogonidés : Un travail sur cette famille de Nématocère à larve aquatique, proche des chironomes, a été mené cet hiver. Trente neuf espèces ont été déterminées par deux spécialistes polonais (Ryszard Szadziewski & Patrycja Dominiak). Toutes sont nouvelles pour la réserve naturelle et 8 n'étaient pas encore connues en France ! Un grand merci à ces déterminateurs et également à Phil Withers, qui a minutieusement préparé le matériel cet hiver, pour l'envoi aux spécialistes.
Psilidés : Chyliza extenuata vient d'être découverte par l'équipe dans une récolte de tente Malaise de 2018. Il s'agit de la 17ème espèce de psilidae (37 en France) inventoriée dans la réserve naturelle.

Botanique
Comptage des fritillaires Comptage des Fitillaires
Les comptages annuels des Fritillaires pintade (Fritillaria meleagris) ont été réalisés dans les prairies agricoles des Vallières et au marais sud respectivement le 2 et le 11 avril. Cette année seulement 202 fleurs ont été recensées dans les prairies agricoles. Ce résultat est très décevant, la moyenne depuis 2007 s'élevant à 435 pieds.
Au marais sud, le résultat est plus encourageant avec 2723 pieds dénombrés, la moyenne depuis 2003 s'élevant à 1708 pieds.

Avril 2019

Après une semaine de bise desséchante, les niveaux d'eau des marais sont à nouveau assez bas.

Ornithologie
Une Gélinotte des bois est observée dans la Grand'Côte (parcelle G) le 27 février et une autre est levée au Crossat le 20 mars (Pierre DURLET). Deux territoires de Pic noir sont identifiés en mars dans la forêt de la Grand'Côte. Le protocole Petites Chouettes de Montagne est réalisé avec Sabrina Clément dans le bois de Chargebin (Remoray et Vaux-et-Chantegrue) le 21 mars et permet de contacter une Chevêchette d'Europe, 1 (ou 2?) Chouettes de Tengmalm, 2 à 3 Chouettes hulottes et 2 Bécasses des bois à la croule.

Aux marais, deux territoires de Bécassine des marais sont à noter au sud du lac (écoutes dimanche 24 mars et samedi 30 mars) mais aucun chant ou chevrotement n'a été pour l'instant entendu aux Valières et au Rondeau. Les Râles d'eau commencent à se manifester fin mars et les premiers chants de Fauvettes à tête noire et de Pouillots fitis sont entendus le 1er avril dans la réserve naturelle.

Echasse blanche - LB

Chez les migrateurs, une Échasse blanche fait escale au bord du Doubs le 1er avril et s'alimente à proximité de 31 Sarcelles d'hiver, 7 Sarcelles d'été (5 mâles) et un couple de Canard Souchet. Il s'agit de la troisième observation de ce bel échassier après 1989 et 1990 ! L'individu s'alimente encore entre les deux lacs les 2 et 3 avril. Cinq Grandes Aigrettes chassent le long de la Taverne le 1er avril. Deux Chevaliers culblancs sont présents entre les deux lacs depuis le 30 mars et un troisième est observé sur la base de loisirs le 1er avril. Un Busard des roseaux type femelle est observé au sud du lac le 1er avril en compagnie de 14 Grands cormorans.
Un Traquet motteux mâle chasse dans les prairies agricoles de la réserve naturelle le 1er avril. Enfin, une Huppe fasciée passe en migration du côté de la base de loisirs le 2 avril.

Entomologie
Les premières odonates ont été observées sur la base de loisirs le 31 mars. Il s'agit de Leste brun (Sympecma fusca), seule espèce de libellule capable de passer l'hiver au stade adulte. Cachés dans la litière, sous la neige ou sur les tiges de roseaux, les lestes bruns entrent en léthargie vers novembre et redeviennent actifs au printemps.

La valorisation des coléoptères capturés avec les tentes Malaise continue avec du tri à la famille pour arriver ensuite à une détermination à l'espèce. Depuis début 2019, 66 nouvelles espèces présentes dans la RNN ont été saisies dans notre base de données. Plus de la moitié proviennent d'un gros travail de Bernard Lemesle qui a su identifier plus de 500 individus de diverses familles. Un grand merci à lui !

Botanique
Berula erecta Une nouvelle espèce de plante a été découverte pour la réserve naturelle et le site Natura 2000. La Petite Berle (Berula erecta), plante semi-aquatique, a été observée dans le ruisseau de la Drésine.

Les espèces vernales telles que les Scilles à deux feuilles (Scilla bifollia), Tussilages (Tussilago farfara) Crocus (Crocus vernus), Ficaires (Ficaria verna) et Fritillaires (Fritillaria meleagris) sont fleuries. Le printemps était bel et bien là avant le temps hivernal de ces derniers jours !

Mars 2019

Les deux derniers comptages hivernaux des oiseaux d'eau donnent les résultats suivants :
* Le 16 février, avec le lac de Remoray gelé à 100 % : 8 Cygnes tuberculés, 1 Grèbe huppé, 10 Canards colverts, 8 Foulques macroules, 3 Grandes aigrettes, 1 Héron cendré.
* Le 17 mars : 8 Cygnes tuberculés, 10 Grèbes huppés, 4 Grèbes castagneux, 15 Fuligules milouins, 36 Fuligules morillons, 49 Canards colverts, 30 Canards siffleurs, 32 Sarcelles d'hiver, 2 Harles bièvre, 101 Foulques macroules, 3 Grandes aigrettes, 20 Grands cormorans et 65 Mouettes rieuses.

Une Pie-grièche grise est observée au-dessus de la Taverne les 25 et 26 février.

Février 2019

Après un épisode de froid marqué, le lac de Remoray est gelé depuis le 22 janvier.

Le comptage Wetlands effectué le samedi 12 janvier donne les résultats suivants sur le lac de Remoray : 8 Canards colverts, 4 Cygnes tuberculés, 14 Fuligules morillons, 1 Sarcelle d'hiver, 1 Harle bièvre, 1 Grèbe huppé, 11 Foulques macroules, 1 grande Aigrette.

Cryptocephalus bipunctatus

Les premiers Milans royaux sont observés dans la vallée des deux lacs le lundi 11 février. Six Harles bièvres fréquentent les méandres de la Drésine le 13 février.

Entomologie
Depuis quelques jours, un tri des coléoptères à la famille est effectué. Ces insectes proviennent des premières tentes malaises posées dans la réserve naturelle. Certains spécimens sont directement identifiés à l'espèce. Tetrops praeustusA ce jour, 4 nouvelles espèces ont été découvertes: un Chrysomelidae (Cryptocephalus bipunctatus) et trois Cerembycidae ou longicornes (Tetrops praeustus, Stictoleptura maculicornis et Menesia bipunctata). Ce travail annonce de belles surprises pour 2019 !

Janvier 2019

L'hiver s'est installé, avec l'arrivée d'un épisode neigeux important ces derniers jours.

Le comptage du 15 décembre 2018 donne les résultats suivants :

Canard colvert : 28
Grèbe huppé : 4
Fuligule morillon : 21
Macreuse brune : 4
Foulque macroule : 7
Cygne tuberculé : 6
Sarcelle d'hiver : 18
Grand cormoran : 6
Grande aigrette : 1

L'observation des 4 Macreuses brunes s'aditionne à 3 autres individus découverts les jours suivants sur le lac de Saint-Point.
Signalons enfin 4 Bécassines des marais encore présentes le 2 janvier au marais.

Archives
> 2018
> 2017
> 2016
> 2015
> 2014
> 2013
> 2012
> 2011
> 2010
> 2009
> 2008
> 2007