Maison de la Réserve Naturelle du Lac de Remoray - www.maisondelareserve.fr
Piquets dans la neige
Année suivante Année suivante
Année précédente Année précédente

Nouvelles de la Réserve Naturelle en 2009

Décembre 2009

Un des 4 poussins de Milan royal marqué au mois de juin à Labergement avec la LPO Franche-Comté (programme de restauration national de l'espèce) vient d'être observé aux pieds des Pyrénnées espagnoles le 14 novembre 2009.
Espérons que son voyage en Espagne se passera bien, car beaucoup de cas d'empoisonnement là-bas fragilisent notre population de Milan royal.

Novembre 2009

Après deux mois splendides d'automne, novembre s'installe avec des pluies sérieuses fortement attendues. Marais, tourbières, rivières et lac reconstituent leurs stocks d'eau, et retrouvent ainsi des conditions normales. Après six mois de présence, le troupeau de Koniks polski vient de quitter le marais pour rejoindre des sols désormais plus secs.

Peu de présence de terrain du gestionnaire de la réserve en ce mois d'octobre, à priori assez calme. Le premier comptage d'oiseaux d'eau mi-octobre présente des effectifs très faibles. Il semble que les anatidés (canards) tardent à quitter leur site de nidification (Europe de l'est et du nord) !
Bécassine au filet La première Bécassine sourde est observée le 18 octobre, au sud du lac. Une séance de baguage le 25 permet de baguer une Bécassine des marais et 2 Bécassines sourdes. Une troisième sourde est contrôlée, baguée dans la réserve naturelle le 19 octobre 2008. Le 5 novembre, un groupe très important de Goélands (plus de 70) est observé sur le lac : essentiellement des Goélands leucophées accompagnés de 2 Goélands argentés et 2 Goélands bruns. Ces deux dernières espèces sont rarement notées dans le Haut-Doubs. Une Grande aigrette fréquente le site le même jour.

Syrphe ceinturé (Episyrphus balteatus) Mais les nouvelles importantes proviennent des déterminations entomologiques réalisées dans les binoculaires Côté syrphes surtout avec le début des déterminations des espèces provenant des marais et de la forêt de la Grand'Côte, lors d'un stage du conservateur dans le cadre national des réserves naturelles. La réserve naturelle nationale du lac de Remoray s'inscrit d'entrée comme un des sites majeurs pour ces diptères (mouches) en France. Au-delà du nombre très important de spécimens rencontrés dans les tentes malaises cet été, la diversité d'espèces semble considérable. Plus de 110 différentes ont déjà été identifiées dont de nombreuses très rares. La palme revient à Platycheirus amplus, nouvelle espèce pour la France, déterminée par le spécialiste européen des syrphes Martin Speight (Irlandais). D'ici quelques mois, la longue liste définitive des syrphes de la réserve naturelle devrait permettre une analyse très riche permettant de quantifier la bonne intégrité du site, notamment dans le domaine forestier.

Côté punaises (hétéroptères), le travail mené par le Conservatoire Régional des Espaces Naturels (CREN) de Franche-Comté (Magalie MAZUY) est aujourd'hui terminé. Plus de 115 espèces ont été déterminées, chiffre qui témoigne également de la grande richesse de notre réserve naturelle.

Octobre 2009

Septembre 2009 restera comme un mois splendide, doux. Mais le revers de la médaille est souvent présent dans la nature. La pluviométrie très faible (87 mm) après un bel été engendre des niveaux de nappe phréatique extrêmement bas. Les cours d'eau sont dans un état d'étiage très inquiétant et le stress hydrique des tourbières et marais au plus fort. La pluie se fait vivement désirer.

Sterne naine

Quelques migrateurs sont notés, malgré une présence très faible sur le terrain naturaliste :

Très peu de bécassines sont observées au marais, beaucoup trop secs actuellement. Malgré tout, 2 séances de baguage ont été effectués : 5 Bécassines des marais sont baguées et une contrôlée (baguage sur la réserve naturelle le 18 octobre 2008).

Le suivi des écrevisses à pattes blanches s'avère très positif en septembre. Les deux cours d'eau concernés par l'opération de réintroduction (2006/2008) sont prospectés les 21 et 22 septembre. Le 21, une femelle est observée avec un jeune encore accroché sous son ventre (la reproduction localement est donc désormais prouvée !). Le 22, 64 individus sont observés, ce qui constitue un résultat excellent, très prometteur pour l'avenir.

Côté fauche du marais, les niveaux d'eau très bas ont facilité ces opérations en 2009. 230 balles rondes ont été réalisées de chaque côté du lac, ce qui permet une exportation très importante de matière organique du marais.

Septembre 2009

Un beau mois d'août vient de se terminer, fortement ensoleillé et très peu pluvieux (environ 26 mm). Cet étiage estival a permis la fauche tardive de plusieurs parcelles de marais dans de bonnes conditions (notamment au Rondeau, sous l'ancienne Maison de la réserve) et du pâturage extensif intéressant (les Vallières, les Vurpillières...).

Tente malaise Cette première année de travail sur les syrphes est très encourageante et la détermination des espèces s'amorce actuellement. Nul doute que les tentes malaises nous apportent quelques enseignements précieux pour la gestion de la réserve naturelle dans les mois qui viennent.
Toujours dans les nouveautés, le travail sur les hétéroptères (punaises aquatiques et terrestres) réalisé par Magalie Mazuy (CREN Franche-Comté) permet un premier inventaire proche de la centaine d'espèces. Parmi elles, une est nouvelle pour la France !

Megère (Lasiommata megera) Une espèce de libellule rare dans la réserve a été observée les 24 et 27 août au nord-est du lac. Il s'agit de l'Aeshne affine (Aeshna affinis), dont une seule observation remonte à 1996. Une nouvelle espèce de papillon est découverte en bordure de la forêt de la Grand'Côte le 29 août : la Mégère (Lasiommata megera).

La fin du mois d'août est souvent riche pour l'observation d'oiseaux en migration : Balbuzard pêcheur, Busard des roseaux, Chevalier aboyeur, Gorgebleue, Becasseau de Temminck sont au rendez-vous. Mais le fait marquant de ces derniers jours restera la découverte par Laurent Beschet de très nombreux Râles d'eau (voir les photos réalisées par Jérôme Salvi sur son site) et de 4 Marouettes ponctuées sur les vasières découvertes entre les deux lacs, le 2 septembre. Parmi elles, un juvénile est noté, qui prouve la réussite de la reproduction locale de cette espèce prestigieuse.

Août 2009

Le milieu de l'été vient de basculer. Juillet fut agréable, pour une fois.

2009 sera décidément l'année des canards. Après la Nette rousse et la Sarcelle d'été, la reproduction d'une nouvelle espèce prestigieuse est constatée dans la réserve naturelle : la Sarcelle d'hiver. Nous vous l'avions presque annoncée au mois dernier : sa reproduction était subodorée avec une femelle sans doute sur les oeufs le 24 juin. La certitude arrive le 21 juillet à la tourbière du Crossat, où la même femelle est observée avec 5 poussins de quelques jours sur le secteur restauré en 2007. Belle émotion puisqu'il s'agit de la seconde nichée franc-comtoise jamais observée (une nichée en Bresse jurassienne en 2007). La nichée est à nouveau observée le 4 août, avec au minimum deux jeunes sur le Lhaut. Il faut ajouter à cela la reproduction à nouveau confirmée du Grèbe à cou noir au sud du lac Saint-Point (1 jeune avec les adultes le 25 juillet), et les premières nichées de Fuligule morillon et milouin actuellement recensées.

Les poussins de Milan royal qui ont été marqués fin juin ont aujourd'hui quitté les aires. N'hésitez pas à les rechercher jusqu'en septembre et notez bien les 4 couleurs visibles sur leurs ailes avant de nous les transmettre.

Une Alouette lulu chante sur le communal de Remoray le 3 juillet, et une nichée de Chevêchette d'Europe vient d'être découverte par les frères SALVI, proche de Labergement. Des photos magnifiques sont visibles sur le site internet de Jérôme.

A noter une Grande aigrette le 24 juillet, au sud du lac de Remoray.

Côté entomologie, aucun Apollon n'aura dons été observé en 2009 vers la chapelle de Saint-Théodule, ce qui est inquiétant. Une nouvelle espèce de libellule est découverte dans la réserve naturelle : le Leste brun (Sympecma fusca), qui porte à 48 le nombre d'Odonates de ce site protégé. Le mois d'août verra un travail s'intensifier sur les orthoptères (nouveau contact de l'Oedipode stridulente (Psophus stridulus) sur le site NATURA 2000) et sur les syrphes (espèces de diptères). Des nouvelles sans doute le mois prochain.

Cardère sauvage Du côté botanique, le suivi des Oeillets superbes (Dianthus superbus) sur une parcelle appartenant à l'association confirme les bons résultats de l'année dernière : 2298 tiges ont été comptées avec l'aide précieuse d'une dizaine de personnes.
Une « nouvelle espèce » pour la Réserve : le Cardère sauvage (Dipsacus fullonum) ! Il est aussi appelé cabaret des oiseaux car l'eau s'accumule à la base de ses feuilles et attire ainsi de nombreux assoiffés ! Pouvant atteindre deux mètres de haut, le cardère avait déjà du être remarqué auparavant mais il ne figurait pas encore sur la liste réunissant toute la flore de la Réserve naturelle.

La cartographie des espèces d'intérêt patrimonial a permis de réunir des informations sur plus d'une quinzaine de plantes. Parmi celles-ci figurent la Ciboulette (Allium schoenoprasum), les deux plantes carnivores de la Réserve : la Grassette commune (Pinguicula vulgaris) et le Rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia) ou encore la Canneberge (Vaccinium oxycoccos) et le Chèvrefeuille bleu (Lonicera caerulea).

Ciboulette Rossolis à feuilles rondes Canneberge Chèvrefeuille bleu

Juillet 2009

Plusieurs stagiaires apportent une aide importante à l'équipe au mois de juin.

  • Les oiseaux d'eau sont suivis par Baptiste TRIMAILLE qui découvre une nichée de Nette rousse au sud du lac Saint-Point (site NATURA 2000) le 18 juin. C'est la seconde preuve de nidification dans la montagne jurassienne, après Frasne en 1987. Une nichée de Sarcelle d'été est également observée depuis le 12 juin dans la réserve naturelle. La nidification de la Sarcelle d'hiver est également subodorée, avec une femelle propbablement sur les oeufs le 14 juin dans la tourbière du Crossat.
  • Coordonnée par la LPO Franche-Comté, une opération de marquage de jeunes Milans royaux s'est déroulée à Labergement le 22 juin. 6 poussins ont été bagués sur 3 aires, dont 5 marqués à l'aile avec des bandes de couleur. Vous trouverez le reportage photo ici.
  • En entomologie, les résultats sont excellents dans le bassin du Drugeon pour la Leucorrhine à large thorax (Catherine GENIN et Ghislain RIOU). Près de 600 individus sont recensés, ce qui constitue un record. Les résultats des transects sur le Fadet des tourbières sont également très bons. Ce papillon rare est également bien présent sur le site NATURA 2000 (Elise BITAULT), où il fréquente de nombreux bas-marais, tout comme dans la réserve naturelle. L'année est exceptionnelle pour le Solitaire dans la tourbière du Crossat, avec des effectifs très importants ce printemps. Sur le communal de Remoray, l'Azuré de la croisette est à nouveau présent, avec de belles pontes notées début juillet. Au lac de Remoray, la présence de la très rare Leucorrhine à front blanc est notée en 2009 : 9 individus ont été contactés le 2 juillet (Antoine PLATTE).
  • Dans la forêt de la Grand'Côte, un protocole national de suivi de la quantité de bois mort laissé en forêt est en train de voir le jour en partenariat avec l'ONF. Deux stagiaires (Amélie DABIN et Thomas) mettent en place des placettes permanentes (1 par hectare) où un premier inventaire a lieu (quantité de bois, taille et essence des arbres vivants, présence de régénérescence, strate arbustive, ...). Ce suivi sera renouvelé dans 15 ans.
  • Le pâturage bovin de la Réserve va commencer prochainement, tout d'abord par des vaches Highland devant la Maison de la Réserve puis plus tard dans le marais aux Vallières.

Juin 2009

Le mois de mai est toujours exaltant pour le naturaliste.

Avifaune

Quelques derniers migrateurs sont observés : 1 Héron pourpré le 13 mai (C. Béraud), 2 Sternes caugeks sur le lac Saint-Point le 8 mai (L. Beschet), 4 Guêpiers d'Europe survolent la tourbière le 2 juin...

Mais l'attention du gestionnaire de la réserve naturelle se porte surtout sur les espèces nicheuses. Du positif avec la présence d'un Râle de genêts depuis le 10 mai (2 oiseaux sont contactés dernièrement du côté de Gellin, à quelques kilomètres). Cette espèce prioritaire vient donc rejoindre les quelques chanteurs de Marouette ponctuée (encore 2 chanteurs le 25 mai dans la réserve, et 3 au sud du lac Saint-Point) et le couple de Sarcelle d'été, dont le nid est subodoré le 18 mai. Les effectifs de Râles d'eau sont intéressants en 2009, avec 51 cantons cartographiés les 23 et 25 mai. 3 Cailles des blés sont contactées début juin, et la colonie de Hérons cendrés abritait 13 nids à la Platière (avec un nombre de jeunes par nid important). Les 4 aires de Milans royaux sont désormais surveillées, et une opération de marquage des jeunes devrait se dérouler dans les semaines qui viennent (dans le cadre d'un programme national coordonné par la LPO). Un couple de Sarcelle d'hiver est encore observé le 29 mai, alors que les 2 couples de Grèbe à cou noir sont présents sur le site NATURA 2000. Sur ce site, 2 Rousserolles turdoïdes et 1 Locustelle luscinioïde chantent actuellement (passereaux paludicoles prioritaires au niveau régional). Une Fauvette babillarde chante en forêt de la Grand'Côte depuis le 11 mai, un couple de Gobemouche gris est observé en tourbière le 2 juin (nid découvert le 9 juin) et 1 Bruant zizi chante depuis le 3 juin.

Inquiétude pour la population de Tarier des prés dont le nombre de couples (recensement non terminé) semble à nouveau à la baisse, et le Sizerin cabaret dont la disparition du massif jurassien paraît désormais inéluctable. 1 seul chanteur entendu dans la réserve naturelle le 10 mai, sans doute le dernier de notre région ! La reproduction du Cygne tuberculé a échoué en 2009, et le Petit gravelot n'a plus fréquenté ce printemps la base de loisirs !

Entomofaune

Le mois de mai fut globalement ensoleillé, mais la fraîcheur engendrée par la bise a bridé la sortie des premiers insectes. Le premier Cuivré de la bistorte est noté le 11 mai, Damier de la Succise le 22 mai, Solitaire le 25 mai. Quelques observations de libellules rares pour la réserve sont notées ce mois de mai : une femelle d'Anax napolitain le 25, et plusieurs Aeshnes printanières à partir du 30. Mais l'événement attendu est la confirmation de la présence de la Leucorrhine à gros thorax, dont 2 mâles sont observés actuellement sur les secteurs réhabilités de la tourbière. Une enveloppe larvaire (exuvie) prouvant la reproduction de l'espèce localement a été récoltée le 1er juin. Ces données sont à mettre en relation avec les résultats exceptionnels du suivi réalisé cette année sur le proche bassin du Drugeon. Une Courtilière chante le 18 mai. Cette donnée est actuellement la plus haute en altitude de Franche-Comté pour l'espèce.

Botanique

Sylvie Duret remplace actuellement Céline Mazuez en raison de l'arrivée d'un heureux événement ! Une actualisation de la répartition de plusieurs espèces remarquables de la réserve naturelle est en cours.

Gestion

Le troupeau de konik polski a repris son rôle écologique dans les marais de la réserve depuis le 12 mai. Le 4ème plan de gestion de la réserve naturelle (2010/2014) a été validé successivement par le comité consultatif et le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN) les 5 et 7 mai.

Mai 2009

La saison 2009 est désormais bien lancée :

  • Après nombreuses hésitations, 6 Vanneaux huppés (3 couples ?) ont tout de même décidés de se réunir pour tenter la nidification : une femelle couve depuis quelques jours.
  • Une première Marouette ponctuée est contactée avec joie (absence de l'espèce en 2008) le 13 avril (nord du lac). D'autres oiseaux la rejoignent en fin de mois avec un maximum de 4 chanteurs contactés les 30 avril et 1er mai. Actuellement, 2 oiseaux se font entendre.
  • Des chants au sol de Bécassine des marais sont notés au nord du lac, et des chevrotements à la fin avril sur 4 ou 5 territoires. La présence de ces oiseaux en mai reste à confirmer.
  • 2 à 3 couples de Sarcelles d'été sont actuellement présents et paradent entre les lacs de Remoray et Saint-Point. L'installation de cette espèce prestigieuse semble se confirmer.
  • 1 Locustelle luscinïoide entendue du 20 au 28 avril. L'oiseau, activement recherché, reste depuis introuvable.
  • 2 couples de Grèbe à cou noir fréquentent désormais le sud du lac Saint-Point.
  • 1 couple de Nette rousse est présent sur le même secteur depuis le 4 avril. La reproduction est fortement suspectée et va faire l'objet de toute notre attention.
  • 1 Rousserolle turdoïde chante au sud du lac Saint-Point depuis le 7 mai.
  • Arrivée des premières Rousserolles verderolles (5 mai) et Pie-grièche écorcheur (6 mai).
  • Enfin, le travail de stage de Marc Velten sur le Milan royal s'est terminé. Les 4 aires des 4 couples fréquentant la réserve naturelle et le site NATURA 2000 ont été découvertes. Les oiseaux couvent actuellement.

Côté entomologie, la saison commence à peine : premières émergences de libellules et premiers chants de Grillons champêtres !

Enfin, suite à des abus, nous rapellons que la circulation des chiens non tenus en laisse est interdite sur la base de loisirs.

Avril 2009

Le mois de mars fut encore froid, avec de belles chutes de neige, pour clore un long hiver dans le Haut-Doubs. Gelé depuis fin décembre, le lac de Remoray vient de se libérer de ses glaces, au 6 avril !

Les premiers oiseaux, toujours pressés de retrouver leur site de nidification, étaient pourtant au rendez-vous : Rougequeue noir le 14 mars, Bécassine des marais et Grive musicienne le 15, Hirondelle rustique le 19, Pouillot véloce le 27. 18 Harles bièvres sont notés le 17, au sud du lac gelé. Les Vanneaux huppés sont de retour dès le 27 mars, et 2 à 3 couples fréquentent actuellement la réserve naturelle ou le site NATURA 2000. La Grive mauvis apprécie cette fraîcheur scandinave, et un chanteur transperce le froid matinal du Crossat le 18, sans doute avant de reprendre sa route vers le grand Nord.
La dernière crachée de neige est saluée par de nombreux nouveaux chanteurs le 29 mars : Accenteur mouchet, Pipit farlouse, Bruant des roseaux et Râle d'eau. Ils sont suivis par la Bécasse des bois, qui croule en Grand'Côte le 1er avril, puis la Fauvette à tête noire et le Pouillot fitis le 5 avril. Le printemps s'installe ! L'hivernage se termine pour la Pie-grièche grise avec un oiseau encore observé le 31 mars.
Le Grèbe à cou noir est de retour sur le site Natura 2000 en amont du lac St Point. Un premier individu est observé fin mars avant d'être rejoint par 2 autres congénères.

Marc Velten a débuté mi-mars un stage de deux mois sur le Milan royal, rapace prestigieux dont la population européenne décline. L'objectif est de localiser les aires des 5 à 7 couples fréquentant le site NATURA 2000. Deux premières aires viennent d'être découvertes.

Dans les bureaux, c'est le sprint pour boucler le 3ème plan de gestion (2010/2014) de la réserve naturelle, qui sera validé début mai par le comité consultatif et le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (C.S.R.P.N.).

Mars 2009

Un vrai mois de février dans un vrai hiver ! Quelques températures très basses (la nuit la plus froide de l'hiver du 14 au 15 février avec -31°C à la tourbière du Crossat !), le lac toujours totalement gelé mais les cours d'eau sont dégelés et accueillent les premiers oiseaux :

Ailleurs, c'est encore bien calme. Les premiers Hérons cendrés sont au bord des nids, les premiers chants de Pinson des arbres sont entendus depuis le 26 février et 1 Grive mauvis est observée le 28. Aucune grive ne chante encore.

Février 2009

Un bel hiver dans le Haut-Doubs. Le lac de Remoray est totalement gelé depuis fin décembre et la température fût fraîche durant quelques nuits : -22°C au Crossat le 5 janvier à l'aube, et - 24°C le 13 du même mois. Mais la vie est là, prête à exploiter la moindre sensation de douceur :

Le gel des marais a permis de réaliser deux nouvelles tranches de travaux sur le site NATURA 2000. La coupe de saules vient d'être réalisée sous la Louvetière et sous l'Auberge du Coude, permettant une belle réouverture de 4 hectares de marais.
La quasi totalité des saules coupés seront broyés en plaquettes utilisées comme combustible. Financés par l'Europe et l'Etat, ces travaux ont été réalisés par l'entreprise locale Jura Natura Services.

Des images de ces travaux peuvent être consultées sur cette page.

Archives
> 2018
> 2017
> 2016
> 2015
> 2014
> 2013
> 2012
> 2011
> 2010
> 2009
> 2008
> 2007