Maison de la Réserve Naturelle du Lac de Remoray - www.maisondelareserve.fr
Piquets dans la neige
Année suivante Année suivante
Année précédente Année précédente

Nouvelles de la Réserve Naturelle en 2010

Décembre 2010

Peu d'observations en novembre sur la réserve naturelle. Pendant le comptage Wetlands du 21 novembre (ci-dessous), une Pie-grièche grise a été observée au sud du lac, sur son désormais traditionnel secteur d'hivernage.
Comptage du 21 novembre : Cygne tuberculé : 11, Canard colvert : 19, Grèbe huppé : 10, Fuligule morillon : 69, Fuligule milouin : 17, Sarcelle d'hiver : 79, Garrot à oeil d'or : 2, Foulque macroule : 105, Grand cormoran : 11, Mouette rieuse : 62.

Par ailleurs, voici quelques observations aux alentours du Lac Saint-Point :
- le 8/11, 7 Canards siffleurs
- le 10/11, 6 Mésanges à longue queue nordiques (Aegithalos caudatus caudatus)
- le 11/11, 11 Canards chipeaux et 2 Serins cini à l'Escale
- le 15/11, 1 Goéland argenté aux Grangettes et 3 Nettes rousses à l'Escale
- le 16/11, 1 Bouvreuil trompetteur dans la forêt de la Grand'côte et 5 Nettes rousses à l'Escale
- le 26/11, 36 Sarcelles d'hiver sur St Point
- le 27/11, 27 Sarcelles d'hiver et 2 Tadornes de Belon sur St Point
- le 1/12, 5 Goélands cendrés à l'Escale, 93 Sarcelles d'hiver, 19 Canards chipeaux sur St Point
- le 2/12, 7 Canards pilets, 4 Canards souchets, 14 Canards chipeaux, 2 Canards siffleurs, 1 Sarcelle d'hiver sur St Point
- le 3/12, 2 Bouvreuils trompetteurs à St Point
- le 4/12, 2 Bouvreuils trompetteurs aux Grangettes, 14 Canards chipeaux, 7 Garrots à oeil d'or, 10 Sarcelles d'hiver, 6 Harles bièvres, 9 Tadornes de Belon, et au minimum 67 Sarcelles d'hiver.

Novembre 2010

Première quinzaine du mois d'octobre superbe. La seconde est plus changeante, avec les premiers flocons sur la réserve !

Quelques passages migratoires notés : Busard des roseaux et Busard Saint-Martin (1 mâle le 29 octobre), Mésange rémiz (le 8), 1 Grande aigrette le 14, une troupe de Sarcelles d'hiver (30 le 1/10 au Crossat et 41 sur le lac le 17). Côté bécassines, la migration marque le pas et un seul oiseau a été bagué depuis les dernières nouvelles (51 bécassines baguées à ce jour). 1 Bécassine sourde levée dans les pieds le 29.

Le Milan royal Syrphus Pendant ce temps, le poussin Milan royal Syrphus, bagué en forêt de la Grand'Côte fin juin, et noté et photographié en Espagne le 1er octobre.

Côté écrevisses à pattes blanches, une prospection nocturne le 8 octobre sur un des deux cours d'eau concerné par les réintroductions (2006 / 2008) permet de contacter 20 individus (15 femelles et 5 mâles). Résultat encourageant !

L'hiver arrive, et le troupeau de konik polski quitte le marais le 20 octobre, après une très belle saison de pâturage écologique. Merci à eux !

Octobre 2010

Septembre 2010 fut globalement agréable, avec quelques épisodes pluvieux (les 7 / 8, 13 et 16) et un premier week-end froid du 24 au 26.

La recherche de migrateurs n'est plus une priorité, engendrant donc peu d'observations. A noter cependant le passage de 7 Guépiers d'Europe le 23 septembre, aux Champs Nouveaux. Le travail du gestionnaire sur les migrateurs est désormais focalisé sur les bécassines, à travers les opérations hebdomadaires de baguage (dans le cadre du suivi national coordonné par l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage).Bécasseau variable 50 Bécassines ont été baguées depuis le 22 août avec les premières Bécassines sourdes notées le 5 octobre. Ce début de saison est prometteur, meilleur même que l'année 2008 où 114 bécassines (80 bécassines des marais et 34 sourdes) avaient été baguées.

Sur le lac Saint-Point, quelques oiseaux de passage : Mouette pygmée (7/9 et 26 au 28/9), Busard des roseaux (10/9), Balbuzard pêcheur (10/9), Cignogne noire (10/9), Goélands bruns (25/9), Grand gravelot (26/9), Guifettes noires (26/9), Mouette mélanocéphale (25/9 au 1/10), Bécasseau variable (4 et 5/10).

Une journée orthoptères a été réalisée avec Hugues Pinston (Conservateur de la RNN du Sabot de Frotey -70) le 23 septembre. La prospection s'est orientée sur le site NATURA 2000. Pas de découverte majeure, mais présence sur le communal de Remoray de Decticus verrucivorus, Omocestus haemorrhoidalis, Stenobothrus lineatus et Metrioptera bicolor.
La récolte des syrphes se termine. Place désormais à la détermination sous binoculaire.

Chantier avec l'IME Deux chantiers d'automne ont été réalisés avec l'appui des adolescents de l'Institut Médico-Educatif (IME) de Pontarlier : l'un en saulaie au marais le 14 septembre et l'autre sous la falaise de Saint-Théodule le 5 octobre. Ce dernier chantier, qui vise à sauvegarder une petite population d'Apollons très en danger, fait l'objet d'un projet financé par Noë Conservation.

Aux Vallières, le retournement et enfouissement des souches de saules s'est effectué dans des conditions très délicates (terrain très mou à faible portance) le 27 septembre par l'entreprise locale Jura Natura Services. Ces travaux sont réalisés dans le cadre de NATURA 2000.

Enfin, les dernières fauches tardives sont réalisées au marais le 16 septembre (cariçaie, objectif ornithologique) et le 4 octobre (bas-marais, objectif botanique et entomologique).

Fauche au marais

La présence de mycologues au Salon du Champignon a permis de compléter la liste des champignons présents dans la réserve naturelle. En effet, sur les 16 espèces cueillies dans la forêt de la Grand'Côte, 13 étaient absentes de l'inventaire publié dans le plan de gestion 2010-2014. 114 taxons sont désormais connus sur le territoire de la réserve.

Septembre 2010

Août 2010 fut une nouvelle fois chaotique. Gros épisodes pluvieux dans la nuit du 4 au 5 août (32 mm) et du 14 au 17 août (58 mm). Les zones humides sont gorgées d'eau, ce qui est une bonne chose pour elles. La situation est nettement moins aisée pour les gestionnaires qui les exploitent : fauche, pâturage !

Fauche au marais La fauche commence en prairies traditionnelles seulement le 5 août (34 balles rondes sur Remoray), puis le 31 août au marais : 19 balles rondes en prairies humides, 11 en bas-marais, 41 en phalaridaie. Une récolte honorable dans des conditions délicates (haut niveau d'eau et sol très peu portant) d'une qualité médiocre.

Des travaux de réouverture de la saulaie débutent le 10 août aux Vallières (Jura NATURA services sur crédits NATURA 2000). Saules coupés, branches exportées et broyées (25 m³ de plaquettes). Le retournement et enfouissement des souches se fera à l'automne.

Milan royal Les derniers nicheurs sont encore en activité en août :
- 1 Pouillot de bonelli chante en Grand'Côte le 4,
- 1 nichée de Pie-grièche écorcheur (bonne nouvelle !) avec 4 jeunes volants, découverte le 12 août, est encore observée le 17,
- 1 nichée de Fuligule morillon avec 4 poussins le 12 août entre les deux lacs,
- 1 jeune Coucou gris (reproduction locale) est observé sur les secteurs de bas-marais fauchés le 3 septembre,
- l'envol des jeunes milans royaux bagués est certain avec les observations de :
  * Melissa au-dessus de la forêt de la Grand'Côte le 13 août,
  * Syrphus à Frasne le 23 août,
  * Jocelyn en vol au-dessus de l'aire le 18 août,
  * Beauregard aux Grangettes le 6 septembre.

Côté migration, les classiques sont notés :
- Bondrée apivore : 6 les 3 août et 3 le 28 août,
- 14 Chevaliers sylvains le 18 août,
- 1 femelle de Gobemouche noir le 2 septembre,
- 1 Cigogne noire aux Vurpillières le 23 août,
- 1 Balbuzard pêcheur en chasse sur le lac le 8 septembre,
- de nombreuses Bécassines des marais notées depuis fin août. Deux séances ont permis de baguer 18 oiseaux les 22 et 30 août.
Enfin un probable Bruant des neiges est observé au nord du lac le 8 septembre. Cette observation étonnante par la date sera soumis pour avis au Comité d'Homologation Régional prochainement. En cas d'acceptation, ce serait une nouvelle espèce dans la liste des oiseaux de la réserve naturelle.

Fin de vie pour un beau Chat forestier tué en bord de route à la Bonavette le 18 août.

Mélilot blanc Fin de saison pour les insectes. Malgré de nombreuses prospections, pas de nouvelles données remarquables pour les orthoptères (criquets, sauterelles).

C'est terminé pour les papillons au marais (2010 restera comme une année bien modeste). Chez les syrphes, quelques adultes sont encore observables et une nouvelle espèce (la 165 ème !) a été découverte le 9 septembre : Volucella inanis.

Botanique
Lors de la fauche d'une prairie au sud du lac, une grande plante très ramifiée avec des grappes de petites fleurs blanches attire notre attention en bordure de saulaie.
Il s'agit de Melilotus albus, le Mélilot blanc en français, plante relativement fréquente sur les chemins, alluvions, graviers et décombres mais qui n'avait, jusqu'à présent, jamais été mentionnée dans la réserve. Le Mélilot blanc rejoint donc sur la liste ses deux cousines à fleurs jaunes : le Mélilot officinal (Melilotus officinalis) et le Mélilot élevé (Melilotus altissimus).

Août 2010

Un beau mois de juillet jusqu'au 22. Depuis, la situation est variable alternant journées ensoleillées, fraîcheur et averses (parfois conséquentes). Le niveau d'eau des cours d'eau et marais est actuellement très haut, ce qui est globalement positif en plein été.

Chiroptères

Le stage de Jocelyn Claude sur les chauves souris est achevé, voici un résumé :
La période de prospection vient de se terminer au 15 juillet conformément au protocole. Les épisodes pluvieux et trop frais de mi-juin (entre autres) n'ont pas permis de prospecter autant que nous l'aurions souhaité. Malgré tout, les résultats sont là et sont riches de renseignements :
Gîte à chauves-souris 1. Le niveau de fréquentation de la forêt est élevé (20 contacts par heure).
2. les contacts en soirée sont précoces, ce qui atteste la forte probabilité de présence de colonies de reproduction.
3. le genre Myotis est très présent (entre 70 et 80% des contacts) et serait représenté par trois espèces.
4. cinq espèces ont été contactées : la Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus), la Noctule de Leisler (Nyctalus leisleri) qui est une nouvelle espèce pour la réserve, et trois espèces de Myotis encore en cours de détermination.

Les connaissances que nous disposons sur les chauves souris forestières dans le Haut-Doubs et même dans d'autres régions sont incomplètes (par rapport aux cavernicoles notamment). Cela est dû aux difficultés de prospections sur le terrain mais aussi du fait de leur biologie : par exemple, les chauves souris arboricoles changent de gîtes très régulièrement (tous les 2 à 3 jours) ! En toute logique, l'étude de ces mammifères passionnants devrait se poursuivre dans la forêt de la Grand'Côte.
N'oublions pas que ces petits mammifères volants (les seuls au monde) ont une écologie particulière et sont surtout très sensibles aux perturbations (coupes rases, fragmentation des paysages, pesticides, dérangement en hibernation, ...). Elles sont donc de bons indicateurs qui nous renseignent sur la qualité du milieu.

Autre bonne nouvelle pour la réserve, le 16 juillet, au cours d'une soirée de prospection avec Laurent Beschet, nous avons pu obtenir la preuve de la reproduction d'une colonie de Murin de Daubenton (Myotis daubentonii) en bordure de la Réserve non loin de la forêt de la Grand'Côte. Cette espèce chasse principalement au dessus du Doubs mais utilise aussi la Forêt comme territoire de chasse et potentiellement comme gîte (repos et/ou reproduction).
Souhaitons longue vie aux chauves souris de la réserve.

Ornithologie

- Le seul Râle de genêts de Franche-Comté est contacté jusqu'au 12 juillet, au nord-est de la réserve. Plus de contact depuis : a-t-il apprécié le feu d'artifice du 14 ?
- Au sud du lac, deux Bécassines des marais sont contactées le 13 juillet. Vol circulaire, cris et même quelques chants émis : un signe fort de reproduction très probable.
- Milan royal : les jeunes poussins marqués le mois dernier (Mélissa, Syrphus et Beauregard) ont pris leur envol et sont actuellement contactés à proximité de leurs aires. Des nouvelles d'Alexandra, poussin marqué à l'aire de Labergement le 22 juin 2009, qui vient d'être observée en vallée de la Loue.
- Un couple de Gélinotte levé le 18 juillet en forêt de la Grand'Côte, signe d'une reproduction sans doute échouée. Un oiseau chante le 1er août.
- La Bondrée apivore, rapace insectivore, s'est reproduit au Buclé et en forêt de la Grand'Côte (jeunes volants actuellement).
- Des nichées tardives de Fuligules sont actuellement observées : F. milouin (2 nichées les 24 juillet et 27 juillet) et F. morillon (1 nichée le 31 juillet)
Volucelle zonée (Volucella zonaria) - Une femelle de Sarcelle d'hiver est notée au sud du lac, gobant des insectes en faisant de petits sauts, le 31 juillet. Aucun poussin ne semblait l'accompagner.

Entomologie

Syrphes : Quelques nouvelles espèces sont découvertes en chasse à vue : Volucella zonaria (photo) le 18 juillet et Leucozona laternaria. La détermination de spécimens délicats se poursuit par Martin Speight : la liste s'est encore allongée pour arriver à 164 espèces actuellement.

Moiré sylvicole (Erebia aethiops) La saison des papillons touche à sa fin au marais. L'espèce la plus tardive est actuellement sortie : Moiré sylvicole (Erebia aethiops), avec 156 individus le long du transect cette semaine. En forêt, de belles espèces sont actuellement observées : Grand mars changeant, Tabac d'Espagne, Petit sylvain...

Leucorrhinia albifrons, rarissime libellule en France, est observée les 19 et 20 juillet sur le lac : 6 imagos au minimum.
Enfin la recherche d'Ecrevisses à pied blanc est un peu décevante : seuls 3 individus sont découverts le 27 juillet.

Juillet 2010

La première quinzaine de juin est variable, alternant de belles journées avec des épisodes plus frais et pluvieux. Belle seconde quinzaine.

Chiroptères
Jocelyn Claude est actuellement en stage sur les chiroptères de la forêt de la Grand'Côte. Voici un premier bilan.

Sérotine"Après un premier travail de prospection, il s'avère que l'activité des chauves souris du massif est élevée : 20 contacts/heure (pour mémoire en Franche-Comté la moyenne est de 5-10 contacts/heure en forêt). Selon Sébastien Roué (chargé de mission chiroptères à la CPEPESC Franche-Conté), cette activité est intéressante surtout à cette altitude.
Ce spécialiste nous a rendu visite pour avancer sur l'aspect qualitatif de l'étude. Il en ressort que le site est très peu fréquenté par des espèces du genre Pipistrellus (espèces ubiquistes) mais plutôt par des espèces du genre Myotis (actuellement en cours de détermination), espèce beaucoup plus intéressante en terme de fréquentation et d'utilisation élevée de la forêt (80% des contacts). A noter aussi la présence de la Noctule de Leisler (Nyctalus leisleri) qui est également une espèce attachée à la forêt.
Il semblerait aussi que certains secteurs soient plus favorables que d'autres. Mon travail va permettre d'affiner tout cela, en particulier du côté des mares forestières où les contacts sont très élevés (jusqu'à 140 contacts/heure le 2 Juilllet)
Voici donc un nouvel enjeu qui se dessine pour cette superbe forêt avec probablement de la capture pour l'année prochaine suivie de la recherche de probables colonies en reproduction. De plus, mon départ pour Nîmes en formation ATEN va nous permettre d'avancer sur les démarches et les méthodes de suivi, d'étude et de conservation des chauves souris sur le territoire de la Réserve. Affaire à suivre..."

Ornithologie
Bilan rapide des espèces prioritaires :
- Râle des genêts : le seul oiseau franc-comtois est contacté sur une prairie au sud du lac le 23 juin (date très tardive), à minuit. A 10 heures du matin le 24, la prairie est fauchée ! Il faudra attendre le 1er juillet pour contacter à nouveau l'espèce, cette fois au nord-est du lac (même oiseau ?). Cet unique chanteur franc-comtois est encore actif ces jours-ci.
- Une seule des 2 nichées de Vanneau huppé a mené ses jeunes à l'envol au sud du lac, bien encadrés par le troupeau de konik polski ! 2 jeunes sont volants le 14 juin. Par contre, la seconde nichée (3 poussins très petits notés le 30 mai) n'a pu arriver à terme (prédation très probable par les corneilles noires ou le renard).
- Quatre poussins de 3 aires de Milan royal ont été bagués et marqués lors ce mois de juin (coordination LPO) :
    • Beauregard : poussin marqué à Age Marion (secteur Beauregard) blanc jaune (aile gauche) et rose noir (aile droite) le 21 juin
    • Mélissa, blanc bleu / blanc bleu (facile !) et Syrphus , blanc bleu / blanc jaune, marqués en Grand'Côte le 30 juin
    • Jocelyn : marqué en forêt communale de Chantegrue, blanc jaune / noir bleu, le 30 juin.
N'hésitez pas à nous faire parvenir toute observation de Milan royal marqué.
- L'observation de 2 Bécassines des marais au sud du lac le 27 juin, confirme la reproduction très probable de l'espèce sur ce site.
- Un couple de Sarcelle d'hiver est observé sur le secteur où l'espèce a niché en 2009 (et sans doute 2008) le 25 juin. La nidification est peut-être en route.
- Une femelle de Sarcelle d'été est notée sur la Taverne le 13 et 25 juin. Son comportement laisse craindre l'abandon d'une couvée localement.
- La Locustelle luscinioïde est entendue depuis la mi-juin.
- La reproduction du Grèbe à cou noir a été observée fin juin avec un couple accompagné d'un jeune.
Côté migrateur, l'automne s'annonce (déjà) avec 1 Chevalier culblanc le 27 juin, en route vers le sud.

Fadet des tourbières Entomologie.
- Trois Fadets des tourbières (Coenonympha tullia) sont observés entre le 29 juin et le 7 juillet. Ces chiffres toujours faibles montrent à nouveau la fragilité de l'espèce sur la réserve. Le suivi effectué par notre équipe sur la vallée du Drugeon montre des résultats très bons et quelques densités record pour ce papillon.
- Les densités du Solitaire (Colias palaeno) sont à nouveau excellentes cette année.
- Côté libellules, la Leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis) est observée le 25 juin.

Juin 2010

Le mois de mai 2010 restera comme un mois froid, instable et peu plaisant.
Cette fraîcheur a engendré des rassemblements très importants d'Hirondelles à la mi-mai, chassant les insectes sur le lac, au ras de l'eau : 500 à 600 oiseaux notés les 16 et 17 mai.
Avec l'arrivée des Rousserolles verderolles (16 mai), l'ensemble du cortège des oiseaux nicheurs est désormais en place dans la réserve.
Le point en ce début du mois de juin :
- Tarier des prés : 15 couples fréquentent actuellement la réserve, soit une progression nette par rapport à 2009 (10 couples). C'est un bon résultat pour ce passereau fragile.
- Les deux couples de Vanneaux huppés ont des poussins au sud du lac. Ils ne sont pas encore volants à ce jour.
- Une Marouette ponctuée est entendue timidement à la Taverne les 11 et 13 mai. Depuis, plus rien ! Il s'agit sans doute d'un oiseau en halte migratoire. Un printemps donc sans Marouette sur la réserve naturelle.
- A ce jour (9 juin), les Râles de genets ne sont toujours pas arrivés.
- Un Héron pourpré le 8 mai au sud du Lac Saint-Point.
- Un chanteur de Locustelle luscinioïde est noté dès le 10 mai, le long de la Taverne. Il s'agit d'un second chanteur avec l'oiseau observé au sud du lac Saint-Point.
- Un couple de Hibou moyen-duc s'est reproduit sur la base de loisirs (île). Les poussins sont observés le 22 mai.
- un couple de Nette rousse visite l'île également le 22 mai (nidification en cours ?).
- Pour la première fois, la Gélinotte des bois est contactée lors des points d'écoute (STOC EPS). Ce contact traduit sans doute la bonne santé de l'espèce en forêt de la Grand'Côte.
- Le Sizerin cabaret est à nouveau contacté en ce mois de mai (12, 17 et 31 mai). La recherche de la nidification sera une priorité en ce mois de juin.

Côté entomologique, la saison démarre avec du retard.
Le premier Damier de la Succise est observé le 5 juin, et 5 individus viennent d'être contacté lors du transect du 9 juin.

Mais ce sont les syrphes qui tiennent actuellement la vedette, avec le passage du spécialiste européen Martin Speight. La Réserve naturelle du lac de Remoray abrite désormais 4 nouvelles espèces pour la France : Platycheirus amplus, Neoascia unifasciata, Pipizella mongolorum (espèce de Mongolie et de Sibérie, avec 2 seules mentions en Europe centrale), Platycheirus immarginatus.
Une cinquième est en cours de vérification et la liste des syrphes de la réserve approche désormais les 150 espèces !

Mai 2010

Un beau mois d'avril succède à mars, météorologie clémente depuis le 5. Le niveau d'eau des nappes phréatiques est déjà bas en fin de mois. La première dizaine de mai est fraîche, pour ne pas dire hivernale certains jours, sans cumul d'eau conséquent.
La migration se poursuit avec quelques observations intéressantes : un mâle de Tadorne de Belon le 11 avril, un Bihoreau gris le 18 avril, une Grande aigrette le 26 avril, une Aigrette garzette du 2 au 7 mai, sans doute la même vue aux Grangettes le 7, un Torcol fourmilier le 1er mai et un autre le 7, un Bécasseau sanderling aux Grangettes le 7 mai, deux Cigognes blanches le 8 mai.
Les nicheurs locaux continuent de « rentrer » : Tarier des prés (22 avril), Locustelle tachetée (26 avril), Martinet noir et Serin cini (27 avril), Pouillot de Bonelli (7 mai), Rousserolles effarvatte (29 avril) et turdoïde (8 mai), Locustelle luscinïoide (9 mai)?.
Un premier bilan des nicheurs précoces au 10 mai :
- Vanneau huppé : toujours 3 couples au stade de la couvaison. Eclosion planifiée si tout va bien aux alentours du 15 mai,
- Milan royal : 5 aires recensées à ce jour. Un des adultes de la dernière aire est marqué (Blanc-blanc, bleu-rouge). Il s'agit de Marie-Claire (du prénom de notre stagiaire qui l'a découverte !), poussin marqué à l'aire à La Rivière-Drugeon le 23 juin 2007. Marie-Claire a été observée à trois reprises depuis : à Isserteaux (près de Clermont-Ferrand) à l'âge 10 mois, à Laguiole à 1 an et 3 mois, à La Rivière-Drugeon à 1 an 11 mois. Adulte, elle se reproduit donc désormais à proximité de la réserve naturelle. Ces données, tout à fait remarquables, sont collectées dans le cadre du plan national de restauration du Milan royal, piloté par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO),
- Bécassines des marais : au minimum 4 couples semblent tenter la reproduction du sud du lac de Remoray à l'entrée de celui de Saint-Point. Résultats encourageants,
- Deux mâles et une femelle de Sarcelle d'été sont actuellement présents sur les sites de nidification mais la ponte ne semble pas encore avoir eu lieu. Par contre, nous n'avons plus de contact avec la Sarcelle d'hiver depuis quelques semaines.
- Aucune donnée pour la Marouette ponctuée au 9 mai, ce qui devient préoccupant pour cette espèce prioritaire,
- Gélinotte des bois : un travail de recherche d'indices sur placettes circulaires a été effectué en forêt de la Grand'Côte en mars / avril. Résultats meilleurs que prévus, avec 10 placettes positives sur 38,
- Le couple de Sizerin cabaret, découvert le 24 mars, a été contacté à plusieurs reprises depuis. Dernière observation le 2 mai,
- Un couple de Pigeon colombin couve en cavité de la Grand'Côte,
- 14 à 15 nids de Hérons cendrés sont recensés à la héronnière

Entomologie : Malgré la fraîcheur, les premiers papillons diurnes sont notés, notamment l'Aurore en grand nombre et les deux premiers Cuivré de la bistorte le 27 avril. Une nouvelle saison d'inventaire syrphes (diptères) est en route avec l'installation de 4 tentes Malaise (forêt et tourbière acide).
Belle émotion avec l'observation le 29 avril d'une femelle d'Ecrevisse à pieds blancs graînée (oeufs sous le ventre), sur un des cours d'eau concerné par la réintroduction. C'est un signe à nouveau très encourageant.
Enfin, au niveau mammifères, à noter l'observation de 2 Rats musqués traversant le Lhaut le 3 mai. Il s'agit de la première mention pour cette espèce dans la réserve naturelle.

Avril 2010

Le printemps s'installe désormais, avec une dernière nuit froide le 12 mars (-18°C au Crossat). Quelques hivernants s'attardent encore sur le lac : 2 femelles de Garrots encore le 7 avril et un maximum de 4 couples les 13 et 22 mars. Un mâle de Harle piette est noté le 22 mars. La Pie-grièche grise, qui a hiverné au sud du lac, quitte ce secteur le 16 mars. Un individu est encore observé au Rondeau le 1er avril.

Les retours de migrateurs se succèdent : 1 Balbuzard pêcheur le 27 mars, première Hirondelle rustique le 22 mars, stationnement d'un groupe d'environ 50 Bécassines des marais depuis le 28 mars, 3 Chevaliers gambettes le 1er avril, 11 Grives mauvis le 7 avril...

Au sud du lac St Point, 2 Nettes rousses (1 couple) sont présentes depuis le 2 mars et sont rejointes le 24 par une deuxième femelle. A noter aussi : 2 Grèbes à cou noir depuis le 27 mars, 3 Chevaliers culblancs le 31 mars, 3 Canards souchets le 2 avril, 2 Sarcelles d'été le 3 avril.

Les premiers chants suivants sont notés : Bécasse des bois (croule) le 22 mars, Accenteur mouchet le 24 mars, Pouillot véloce le 25 mars, Pouillot fitis le 6 avril... Au marais, jusqu'à 12 Vanneaux huppés sont observés et la première ponte est décelée le 1er avril. Les Harles bièvres paradent sur les cours d'eau, à proximité des nichoirs. La nidification sera-t-elle constatée en 2010 ? Le suivi des aires de Milan royaux a démarré : deux d'entre elles sont fréquentées depuis le 24 mars. Les premières Sarcelles d'été sont observées depuis le 21 mars. Enfin notons avec plaisir l'observation d'un couple de Sizerin cabaret depuis le 24 mars, espèce que nous pensions disparue des montagnes du Jura.

Côté forêt, un couple de Pigeon colombin fréquente la Grand'Côte depuis quelques jours. Un chanteur de Gélinotte des bois est contacté le 22 mars, et un couple traverse un chemin forestier le 31 mars. Cette espèce prestigieuse fait l'objet d'un suivi standardisé par placettes circulaires. Partout dans les montagnes du Jura, de très nombreuses Chouettes de Tengmalm sont contactées, avec des effectifs record cette année. Par contre, son chant n'a pas encore été décelé dans la forêt de la Grand'Côte.

Mars 2010

L'hiver est toujours bien installé sur le Haut-Doubs. Totalement gelé sur la totalité du mois de février, le lac vient de perdre la moitié de ses glaces, suite aux premiers jours doux de mars. Mais la bise l'empêche ces jours-ci de continuer à sortir de l'hiver.
Le comptage Wetlands des oiseaux d'eau a permis de recenser le 14 février :
- 2 Cygnes tuberculés
- 12 Foulques macroules
- 5 Harles bièvres
- 2 Canards colverts
- 2 Sarcelles d'hiver
- 4 Fuligules morillons
- 7 Grèbes castagneux

Bien modestes résultats pour des oiseaux exclusivement fixés sur les cours d'eau non gelés, en bordure du lac. 10 Garrots à oeil d'or paradent le 25 février sur une petite poche d'eau libre à l'embouchure du Lhaut. Une Pie-grièche grise fréquente actuellement le sud de la réserve (fin d'hivernage).
Mais le printemps s'annonce : chant des premiers Pinsons des arbres (22 février), Grives draine (27 février) et musicienne (1er mars). Le premier papillon est observé le 1er mars, en lisière de la forêt de la Grand'Côte (une Petite tortue). Le premier Vanneau huppé est également noté à partir du 1er mars. Cinq individus paradent le 2 mars au Rondeau, où l'espèce a niché en 2009. Les Hérons cendrés sont également les premiers à réagir : 11 oiseaux sont observés au bord des nids le 25 février. A ce jour, il est fort probable que les premiers oeufs soient déjà pondus.

Avec l'arrivée du printemps, notre présence se renforce sur la base de loisirs pour que les chiens soient tenus en laisse. Ca grince des dents, mais nous progressons, toujours dans le registre de la pédagogie et de l'information.

Février 2010

Neige, froid et quelques pluies forment actuellement le quotidien de la réserve naturelle. Le lac est totalement gelé depuis plusieurs semaines et une seconde nuit glaciale (après celle du 19 au 20 décembre) tombe sur le Haut-Doubs du 31 janvier au 1er février : -28° C au sud du lac !
Sur les rivières non gelées, environ 80 Canards colverts et une quinzaine de Sarcelle d'hiver attendent les jours meilleurs. Quelques Harles bièvres sont encore notées mi-janvier.

Rendez-vous le mois prochain pour les prémisses du printemps.

Janvier 2010

Un Plongeon imbrin est toujours visible sur le lac Saint-Point depuis le mois de novembre. Il était accompagné les 6 et 7 janvier par une Mouette pygmée, et du 16 au 23 janvier par un mâle immature de Harelde boréale, dont c'est la troisième donnée pour le Haut-Doubs.

Archives
> 2018
> 2017
> 2016
> 2015
> 2014
> 2013
> 2012
> 2011
> 2010
> 2009
> 2008
> 2007