Maison de la Réserve Naturelle du Lac de Remoray - www.maisondelareserve.fr
Piquets dans la neige
Année suivante Année suivante
Année précédente Année précédente

Nouvelles de la Réserve Naturelle en 2011

Décembre 2011

Mois de novembre exceptionnel de douceur et de beau temps. La météo bascule depuis quelques jours vers, peut-être, le début de l'hiver.
La douceur automnale entraîne quelques spectaculaires observations : certains criquets chantent encore le 24 novembre dans le communal de Remoray (Stenobothrus lineatus et Chortippus bigutullus), pour des records de longévité.
Dans le cadre de la préparation d'une étude poussée sur les papillons de nuit de la réserve naturelle, une première soirée est réalisée le 15 novembre. Yann Baillet de l'association Flavia ADE a mis en place pendant 2 heures un système lumineux à ultra-violets qui a attiré, malgré le froid déjà vif (0 degré), une dizaine d'individus.
Etude sur les Hétérocères Trois espèces d'Hétérocères ont ainsi été contactées : Ptilophora plumigera (Le Plumet, le Porte-Plume), Operophtera fagata (La Cheimatobie du Hêtre) et Erannis defoliaria (L'Hibernie défeuillante), à l'écologie étonnante liée à une activité par temps très froid (vie des adultes entre octobre et décembre, femelle aptère -sans aile-, adulte incapable de s'alimenter...).
Cette première séance inaugure un travail d'inventaire approfondi sur les hétérocères (environ 5150 espèces en France) de la réserve naturelle, qui va s'étaler entre 2012 et 2014. La suite en images sur cette page.

Chez les oiseaux, le comptage Wetland du 13 novembre reste décevant. Très peu d'oiseaux fréquentent le lac :
- Grèbe castagneux : 1
- Foulque macroule : 4
- Canard colvert : 14
- Grèbe huppé : 14
- Sarcelle d'hiver : 50
- Fuligule milouin : 6
- Fuligule morillon : 7
- Harle bièvre : 3
- Cygne tuberculé : 3
- Goéland leucophée : 1

Les 2 Grandes aigrettes, signalées le mois dernier, ont été rejointes par une troisième depuis quelques jours. Le premier Garrot à oeil d'or est noté le 21 novembre. Quelques Busards Saint-Martin passent encore en migration : une femelle les 14 et 19 novembre et un mâle le 28 novembre. Le groupe de Sarcelles d'hiver augmente sur le lac pour atteindre 81 individus le 8 décembre. A cette même date, 2 Mouettes pygmées sont observés, tout comme 1 Grèbe à cou noir et sans doute 2 Pie-grièches grises. Quelques rares Bécassines des marais sont encore notées.
En forêt de la Grand'Côte, la Chevêchette d'Europe est contactée les 16 et 20 novembre. Une Bécasse des bois est encore notée le 8 décembre.

Enfin les Milans royaux fréquentent encore en nombre le Haut-Doubs. A Labergement l'individu "Marie-Claire" (marquage blanc blanc / rouge bleu), né en 2007 dans le Drugeon et ayant niché en 2011 en forêt de la Grand'Côte est observé encore le 8 décembre avec un autre individu (non marqué). Nous venons d'apprendre l'observation d'"Anthony", poussin marqué le 10 juin 2011 entre les deux lacs, en Espagne à 30 km au nord de Madrid le 30 novembre.
Le troupeau de Koniks polski a rejoint ses quartiers d'hiver au Montrinsans le 23 novembre.

Novembre 2011

En ce bel automne, c'est très calme côté observations naturalistes :
- 30 Bécassines ont été baguées à ce jour (27 Bécassines des marais et 3 Bécassines sourdes). Ce résultat est très modeste par rapport à la qualité d'accueil des milieux naturels, très favorables cet automne.
Quelques contrôles intéressants sont à noter :
- 1 Bécassine des marais baguée le 5 octobre 2010 dans la réserve naturelle, et contrôlée le 25 octobre 2011
- 1 Bécassine des marais baguée le 31 août 2010 dans la réserve naturelle, et contrôlée le 25 octobre 2011.
- 1 Bécassine des marais baguée le 31 août 2010 dans la réserve naturelle, et contrôlée le 13 octobre 2011.

Le comptage Wetlands d'octobre (le 16) a donné les résultats suivants : 21 Grèbes huppés, 35 Sarcelles d'hiver, 11 Foulques macroules, 6 Fuligule morillon, 4 Canards colvert, 3 Cygnes tuberculés, 1 Fuligule milouin et 1 Goéland leucophée.
Deux Grandes aigrettes sont observées le 29 octobre au bord du lac, et l'hivernage de la Pie-grièche grise est notée à compter du 18 octobre.

Octobre 2011

Un très beau mois de septembre, synonyme d'été indien.
Est-ce la conséquence de cette belle météo ? La migration d'automne se fait très calme, avec une quasi absence de Canards en migration sur le lac, et un démarrage très timide de la migration des limicoles, notamment des bécassines.
Le baguage des bécassines démarre donc tardivement le 26 septembre, avec 11 Bécassines des marais baguées (essentiellement des juvéniles). Une seconde séance a lieu le 3 octobre, avec 3 Bécassines des marais baguées et la première Bécassine sourde à une date assez précoce.

Quelques migrateurs continuent de passer:
Le 17, arrivée de 8 Sarcelles d'hiver puis 22 le 19 au sud du lac de Remoray et sur la Drésine.
Une Grande Aigrette fréquente la rive sud du lac de Remoray du 17 au 19.
A signaler également le passage d'au moins une dizaine de Busards des roseaux en migration au cours de ce mois de septembre.
Le 17, passage de 6 Balbuzards pêcheurs au dessus des lacs de Saint-Point et de Remoray.

Leste brun Au niveau libellules, la saison touche à sa fin avec plusieurs Lestes bruns (Sympecma fusca) observés en forêt de la Grand'Côte début octobre. Cette espèce est la seule à passer l'hiver sous la forme adulte dans nos régions.

La saison de pâturage s'achève également pour notre troupeau de Koniks polski qui quittent le marais le 4 octobre.

Rendez-vous le mois prochain pour des observations sans doute plus fournies compte-tenu du changement de temps qui s'opère actuellement.

Septembre 2011

Un mois d'août assez agréable, entrecoupé de deux épisodes pluvieux importants : un premier très conséquent le 15 août avec 72 mm d'eau (presque jusqu'à 100 mm par secteur) et un second les 26 et 27 août (30 mm). La zone humide est alors inondée totalement, pour son plus grand bonheur. Les gestionnaires du marais qui pratiquent des fauches tardives sont moins enthousiastes, car elles s'annoncent délicates !

Les foins
Les foins dans la réserve - Photo J. Claude
Le tracteur enlisé Dans ce contexte, près de 70 balles rondes sont tout de même exportées du marais les 23 et 31 août. La récolte hivernale est tout juste assurée. Conséquence d'un terrain très peu portant et du fort niveau d'eau, le tracteur marais se trouve enlisé lors d'une fauche pour les bécassines !
L'aide du tracteur marais du Drugeon et du treuil forestier prêté par le GAEC de la Vuillaumière est alors nécessaire pour sortir de ce mauvais pas. Un grand merci à eux !

Ornithologie

Deux nichées de Pie-grièche écorcheur sont observées sur le communal de Remoray les 7 et 13 août. Encore des contacts avec le Sizerin cabaret à la base de loisirs le 18 août. La nidification de la Bondrée apivore est constatée en forêt de la Grand'Côte avec des jeunes volants accompagnés des adultes le 19 août.

Avec août débute réellement la migration. Quelques observations traduisent ces déplacements vers le sud :
- 1 Gorgebleue est notée le 12 août aux Vallières, puis une autre les 31 août et 1er septembre au sud du lac,
- 1 Héron pourpré se pose à la Taverne le 15 août,
- 2 Marouettes ponctuées sont contactées à proximité de la Drésine le 31 août. Quelques "tuits" caractéristiques trahissent leur présence dans la cariçaie haute.
- 1 Balbuzard pêcheur est observé le 5 septembre au sud du Lac
Lézard des souche (Lacerta agilis) - enfin les bécassines se font attendre, ce qui est inquiétant. Pour l'instant, quelques oiseaux seulement sont contactés et la campagne de baguage n'a pas encore démarré.

Herpétologie

1 Lézard des souches (Lacerta agilis) est observé lors de notre sortie orthoptères du 13 août dans le communal de Remoray.

Entomologie

L'événement du mois d'août est la découverte par Catherine GENIN d'un (vieux !) mâle d'Agrion de Mercure (Coenagrio mercuriale) le long du ruisseau des Vurpillières le 17 août.. Cette découverte est importante car l'espèce est inscrite à l'annexe 2 de la directive habitats. En augmentation dans la vallée du Drugeon, cette petite libellule semble en augmentation dans le Haut-Doubs et monter en altitude. Le 23 août, Catherine découvre une autre espèce pour la réserve naturelle : le Sympétrum strié (Sympetrum striolatum). Ce dernier est peu commun à notre altitude. La liste des odonates de la réserve compte donc désormais 50 espèces, soit la moitié de la faune de France !

Détermination au laboratoire Détermination au laboratoire
Jocelyn CLAUDE a continué son été de détermination des insectes de la réserve naturelle. Voici quelques informations de sa main.

Conopidae
Petit complément de dernière minute pour cette famille de diptères floricoles (cf lettre d'info du mois dernier) : la liste augmente ! soit 10 espèces pour la réserve naturelle dont une nouvelle trouvée en forêt la veille de mon départ : Leopoldius signatus.

Ragionidae
Cette famille de mouches (Diptère) est connue pour contenir certains des membres vivants les plus primitifs de Brachycera. Les adultes vivent sur la végétation dans les écosystèmes forestiers plus ou moins humides et sont prédateurs ou saprophages. Les larves vivent dans le sol et consomment des décomposeurs (lombrics, coléoptères ...).
Femelle de Rhagio immaculatus Femelle de Rhagio immaculatus
Actuellement, nous avons observé dans la réserve naturelle 10 espèces sur les 32 qui peuplent le nord de l'Europe. Malheureusement, la biologie de toutes ces espèces n'est pas encore totalement connue dans la littérature mais certaines sont indicatrices des forêts où le recyclage de la matière se fait dans des conditions non perturbées. C'est le cas de Chrysopilus splendidus dont la larve vit dans les matières organiques en décomposition (bois pourri et litière de feuilles). Rhagio tringarius quand a lui, est présent uniquement dans les clairières forestières au niveau de la strate herbacée.
D'autres sont strictement inféodées aux habitats tourbeux tel Rhagio immaculatus que l'on ne retrouve que dans la tourbière acide du Crossat.

Femelle de Tanyptera a. atrata Femelle de Tanyptera a. atrata
Cténophorinae
Ces grands diptères à allure de moustique font partie de la famille des tipules (appelés vulgairement cousins). Seule Tanyptera atrata atrata a été contacté cet été dans la réserve naturelle. C'est une sous-espèce ubiquiste relativement répandue dans le paléarctique occidental.
Notons que les larves des ctenophorinae sont saproxiliques et se développent dans le bois feuillu en décomposition. Les espèces de cette sous-famille pourraient s'avérer représenter, de manière particulièrement significative, l'état de conservation de la faune saproxilique forestière (la plupart des espèces étant rares voire même très rares surtout à 900 m d'altitude). D'où l'intérêt de l'inventaire et du suivi de ce taxon dans les écosystèmes forestiers âgés tel la Grand'Côte.
Chrysopa perla, une espèce abondante sur toute la réserve naturelle Chrysopa perla, une espèce abondante sur toute la réserve naturelle
Du fait des méthodes d'inventaire utilisées cette année qui étaient non adaptées, d'autres espèces n'ont pas pu être inventoriées. Donc affaire à suivre dans les prochaines années...

Chrysopidae
Très bons auxiliaires dans la lutte contre les insectes "indésirables" comme les pucerons, les cochenilles, les psylles, etc, les chrysopes ont aussi été inventoriés pour la première fois cette année dans la réserve naturelle.
Il existe 1200 espèces dans le monde pour une cinquantaine en France. Nous possédons actuellement 6 espèces dont Chrysopa perla qui est la plus connue et la plus commune. Ce n'est pas pour rien si cette redoutable prédatrice est appelée le lion des pucerons !
Signalons aussi la discrète Hypochrysa elegans qui est une espèce printanière, polliniphage et exclusivement liée au Hêtre (Fagus sylvatica). C'est une première donnée pour le Doubs !
La liste complète de ce taxon est attendue sous peu, elle est actuellement en vérification chez une spécialiste française.

Botanique
Inventaire des bryophytes Inventaire des bryophytes

Par l'intermédiaire de Gilles BAILLY, le Conservatoire National Botanique de Franche-Comté a réalisé un inventaire des bryophytes (mousses) de la réserve naturelle. Un rapport sera rédigé d'ici la fin de l'année, mais le travail de terrain a permis d'inventorier près de 150 espèces différentes.

Août 2011

Après une première quinzaine de juillet plutôt ensoleillée et agréable, la seconde partie du mois est fortement arrosée et fraîche.

Mammifères

Côté chiro
Murin de Daubenton Jocelyn CLAUDE et Laurent BESCHET ont réalisé mi-juillet une soirée de prospection de chiroptères sur la réserve naturelle :
Etaient présentes, ce soir là, au dessus du lac et aux alentours plusieurs espèces : la Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistellus), le Murin de Daubenton (Myotis daubentoni) et la Noctule de Leisler (Nyctalus leisleri). Mais la plus grande surprise fût la présence de la Sérotine commune (Eptesicus serotinis) qui est une nouvelle espèce pour la réserve. Cette chauve-souris boréale, de taille moyenne, fréquentait la roselière au Sud-est du lac à la recherche de coléoptères et de lépidoptères nocturnes. Aussi, signalons la présence de la Sérotine de Nilson (Eptesicus nilssonii) dans le village de Labergement-Sainte-Marie. Cette chauve-souris de taille moyenne fréquente de nombreux villages du Haut-Doubs, notamment pour chasser des diptères sous les lampadaires. Elle n'était pas encore connue à Labergement.
Enfin, nous constatons encore une fois, et avec grands regrets, que le blockhaus est très peu utilisé par les chauve-souris comme gîte de repos et cela malgré les aménagements réalisés il y a quelques années. A signaler de récents actes de vandalisme (14 juillet !) qui créent des courants d'air dans l'édifice.

Nos "stagiaires forêt", Audrey BERNARD et Loïc BIRCKER sont à l'origine de la première donnée de Cerf sur la forêt de la Grand'Côte : une biche observée le 26 juillet.
Un jeune Muscardin est rencontré en mégaphorbiaie le 26 juillet, se déplaçant sur les feuilles de pétasite.

Ornithologie

Deux évènements importants sont à signaler ce mois-ci :
- une nichée de Pie-grièche écorcheur (avec jeunes volants) est découverte aux Vurpillières le 31 juillet, puis le 1er août. La nidification de l'espèce est donc toujours d'actualité dans la réserve naturelle. A noter que 6 couples sont présents ce printemps au Montrinsans, tout proche.
- la nidification du Sizerin cabaret sur la base de loisirs, avec des allers-retours incessants des adultes le 11 juillet. La nidification s'opère donc encore sur cette dernière station franc-comtoise pour l'espèce. Le Sizerin est également contacté le long de la voie ferrée le 4 août.
Les Locustelles luscinioïdes sont toujours présentes : 2 chanteurs le 5 juillet le long de la Taverne, et un encore le 29 juillet. Malgré l'absence de suivi spécifique cette année, quelques nichées de Fuligules milouin et morillon sont tout de même notées.
La Bergeronnette des ruisseaux nourrit des jeunes dans une petite falaise à proximité des sources des Vurpillières le 11 juillet. En forêt de la Grand'Côte, Audrey et Loïc lèvent une très probable nichée de Gélinottes (4 oiseaux) le 13 juillet, en limite supérieure de réserve. Dans la même forêt, le jeune Milan royal "Mat" (blanc bleu (aile gauche) et bleu blanc (aile droite)) prend son envol vers le 14 juillet, est encore nourrit par la femelle le 24 juillet et visite le Montrinsans le 3 août !
Côté migration d'automne, un Chevalier culblanc fuit le feu d'artifice (!) le 14 juillet, et la première Bécassine est notée les 24 et 25 juillet le long de la Drésine.

Entomologie

Le monde de l'entomologie franc-comtoise est en deuil avec le décès de Jean-Yves ROBERT, à l'âge de 43 ans. Conservateur du jardin zoologique de la Citadelle de Besançon, spécialiste des coléoptères cérambycides dont il avait réalisé l'atlas régional en 1997, Jean-Yves était en relation fréquente avec notre association. A son épouse et ses 3 enfants, à son père Jean-Claude (maître de conférences honoraire au laboratoire d'écologie animale de l'Université de Franche-Comté), nous adressons nos sincères condoléances.

La liste des syrphes de la réserve naturelle compte désormais plus de 200 espèces avec quelques nouvelles découvertes, notamment une espèce rare Melanogaster parumplicata connue en France uniquement de Haute-Savoie.

Pour les Odonates (libellules), nouveaux contacts avec la Leucorrhine à front blanc (L. Albifrons) le 11 juillet sur les gravières.
Côté orthoptères, nouvelle rencontre avec la sauterelle Barbitiste des bois (Barbitistes serricauda) le 22 juillet (une femelle), en forêt de la Grand'Côte. Cette espèce, finalement assez commune, est très rarement observée.

Jocelyn vous propose de faire un bref arrêt sur les Membracidae, petite famille atypique appartenant à l'ordre des homoptères.

Demi Diable (Centrotus cornutus) Les "Cigale bossues" comptent environ 2500 espèces dans le monde dont ¾ en Amérique tropicale. En France, il existe 4 espèces dont une seule est présente sur la réserve naturelle : le Demi Diable (Centrotus cornutus) ou encore la Cigale épineuse. Ce petit insecte (7-8 mm) est un cousin des pucerons et des cigales qui vit dans les lisières floues et les buissons en se nourrissant de la sève des feuillus. Il est reconnaissable à ses 2 cornes (d'où son nom latin C.cornutus). Mais le plus surprenant est son "casque" orné d'un long appendice ondulé, aussi appelé carène pronotale, prenant des proportions démesurées chez les espèces tropicales.
De récents travaux scientifiques (CNRS) prouvent que cette carène pronotale est en réalité une troisième paire d'ailes vestigiale. Du jamais vu chez les insectes, actuellement définis par un corps divisé en trois partie (tête, thorax, abdomen), une paire d'antennes, trois paires de pattes et deux paires d'aile ! Voici donc une "insignifiante" découverte qui va révolutionner les théories évolutives chez le groupe des insectes, preuve que tout organisme présente un intérêt et mérite d'être étudié.

Conopidae
Mâle de Conops flavipes, une espèce peu contactée sur la réserve naturelle Dans la continuité de ma mission d'entomologie, un travail a été mené ce mois-ci sur les conops. Ce sont des insectes floricoles, proches des syrphes, appartenant à la famille des conopidae (ordre des diptères). Sur les 60 espèces européennes, 6 (pour l'instant) sont observées dans la réserve naturelle : Conops vesicularis, Conops flavipes, Conops quadifaciatus, Myopa bucata, Thecophora fulvipes et Sicus ferrugineus. La première est omniprésente alors que les autres semblent plus rares. Les adultes sont solitaires et possèdent un appareil bucal en forme de trompe très allongé, adapté pour s'alimenter sur les ombélifères, notamment celles du genre Knautia. Les larves sont parasites des bourdons, abeilles, guèpes et autres aculéates.

Comptage des Oeillets superbes Flore

Comme chaque saison, un comptage d'Œillets superbes (protection nationale) a été effectué le 14 juillet, sur une parcelle gérée par l'association (alternance de fauche et de pâturage, entrecoupée d'année de repos). Le résultat inattendu est excellent : 7522 tiges dénombrées, alors que le meilleur résultat pour l'instant était (2008) de 2749 pieds. Cette bonne nouvelle "récompense" la gestion mise en place sur ces milieux fragiles.

Juillet 2011

Du nouveau coté chiro par J. Claude Grand Murin (Myotis myotis) espèce contactée en bordure de la RNN il y à quelques années

Souvenez-vous en 2010, suite à notre première étude avec la participation de Sébastien ROUE (Chargé de mission chauves souris à la CPEPESC et par ailleurs conservateur de deux réserves), nous avions premièrement décelé une activité intéressante et suspecte sur le versant forestier de la Grand'Côte. Et deuxièmement, nous avions déterminé avec certitude 2 espèces : la Pipistrelle Commune (Pipistrellus pipistrellus) et la Noctule de Leisler (Nyctalus leisleri) nouvelle espèce pour la réserve.

En plus de ces dernières, nous savons maintenant de manière certaine (grâce aux enregistrements pris avec ce spécialiste) que le Murin de Daubenton (Myotis daubentonii) et le Murin à moustaches (Myotis mystacinus) fréquentent la partie forestière de la réserve en période de reproduction. Sans émettre de certitudes totales, à cause des difficultés d'identification, le Murin d Alcathoé (Myotis alcathoe) est vraisemblablement présent sur ce splendide versant. L "Alcathoe" et le "Moustache" sont toutes deux des espèces forestières donc susceptibles de gîter chez nous. Le "Daubenton", quand à lui, est plutôt aquatique mais fréquente d'autant la forêt et cela aussi bien pour le gîte que le couvert. Sa présence n'est donc pas surprenante !

Pour compléter cet inventaire nous avons réalisé, le 20 juin de cette année, une soirée de prospection nocturne avec le spécialiste franc-comtois. Plutôt décevant : les chiroptères n'étaient pas présents ce soir là dans la forêt.
Ce même soir, un complément d'étude, à l'aide de 5 détecteurs enregistreurs, à permis de :
- confirmer la faible fréquentation cette nuit là,
- déterminer 2 autres nouvelles espèces pour la réserve que sont la Pipistrelle de Nathusius (Pipistrellus nathusii) et la Pipistrelle Pygmée (Pipistrellus pygmaeus) qui sont toutes deux des espèces qui fréquentent des milieux forestiers à proximité d'étendues d'eau. Ce qui porte à 7 le nombre d'espèces fréquentant la forêt en période de reproduction dont 5 forestières. Or, selon les spécialistes, plus on est en altitude, plus les espèces se raréfient !
- et enfin, l'opération à permis d'étudier l'activité au cours de la totalité de la nuit pour confirmer ou non la probable présence de colonie(s) de chauves-souris en reproduction dans la partie forestière de la réserve ou à proximité : mais le suspens demeure ! Nous attendons plus d'informations de la part de Sébastien dans les jours à venir. Donc affaire à suivre...
Mais notre belle histoire avec les chiroptères dans la réserve ne s'arrêtera pas là puisque -entre autre- d'autres espèces sont à déterminer et de multiples questions restent non élucidées à l'issue de ces deux années d'inventaire. Alors chauves-souris de la Grand'Côte, rendez vous donc l'année prochaine !


Le mois de juin fut chaotique jusqu'au 26, alternant pluies et fraîcheur.

La bonne nouvelle pour les oiseaux est découverte au marais le 13 juin, avec l'arrivée d'un Râle de genêts qui chante accompagnée de plusieurs Cailles des blés (chanteurs dans la réserve naturelle). Fidélité qui fait plaisir pour cette espèce au déclin dramatique en Europe de l'ouest (1300 chanteurs en France en 1990, 500 actuellement dont la moitié dans les basses vallées angevines). En Franche-Comté, seulement 2 oiseaux sont contactés ce printemps : un en Haute Saône et l'autre dans la réserve naturelle du lac de Remoray ! Fragile présence qui récompense la mise en place depuis des années des mesures agri-environnementales liées à NATURA 2000 (fauche tardive) acceptées par les agriculteurs locaux.

Trois Locustelles luscinioïdes chantent toujours entre les lacs de Remoray et de Saint-Point. Année étonnante pour le Bruant proyer, nombreux dans le Drugeon : 1 chanteur est découvert le 14 juin au nord-est du lac de Remoray.
Le recensement des Tariers des prés n'est pas réjouissant : 10 couples au maximum pour la réserve naturelle, soit un de ses effectifs les plus faibles depuis 20 ans !
En forêt de la Grand'Côte, le Pouillot siffleur est contacté le 20 juin et 2 Gélinottes des bois sont levées le 24.

Le 21 juin, deux nouveaux poussins de Milan royal sont bagués et équipés de code couleur :
- Mat (forêt de la Grand'Côte), blanc bleu (aile gauche) et bleu blanc (aile droite),
- Louison (forêt de Chantegrue), blanc bleu, bleu vert.
Les 6 poussins équipés ce printemps sont actuellement volants. Ouvrez l'oeil et signalez nous leur présence si vous les croisez !

Fin juin et les premiers signes de la migration d'automne : un Chevalier culblanc déjà sur le retour le 14 juin, le long de la Drésine.

Côté insectes, les observations du Solitaire (Colias palaeno) sont nombreuses. Ce papillon protégé se porte bien dans les tourbières de la réserve naturelle. Ce n'est pas le cas de l'Apollon (Parnassius apollo) et du Fadet des tourbières (Coenonympha tullia) non observé en 2011 ! Pour le premier, il semble bel et bien disparu de la falaise de Saint-Théodule, malgré nos efforts pour maintenir ce coteau attractif (défrichements). Le cas du Fadet des tourbières est peut-être moins critique, car les conditions météorologiques de ce mois de juin n'ont pas permis une prospection optimale. L'espèce a été contactée le 25 juin sur deux secteurs du site NATURA 2000, à proximité de la réserve naturelle.

Chez les libellules, un mâle de Leucorrhine à large thorax (Leucorrhinia pectoralis) est observé en tourbière le 22 juin, et une bonne dizaine de Leucorrhines à front blanc (Leucorrhinia albifrons) fréquentent le lac et la gravière le 5 juillet.
La liste des Syrphes de la réserve naturelle s'approche désormais des 200 espèces pour cet espace prestigieux, avec la détermination de 4 nouvelles espèces lors de ce mois de juin dont le magnifique Doros profuges.

Présentation des Panorpes par J. Claude Panorpa vulgaris

Après les chauves-souris l'an passé, me voici de retour cet été pour une mission d'entomologie. A cette occasion, je m'intéresse -entre autre- à la détermination des Panorpes. Ces insectes, appartiennent à l'ordre des mécoptères. Ils sont vulgairement appelés mouche-scorpion du fait de l'appareil copulateur des mâles évoquant une "queue de scorpion". Les panorpes se nourrissent essentiellement de petits insectes morts et de détritus végétaux.

Pour l'instant, la réserve naturelle compte 4 espèces sur les 7 françaises : Panorpa vulgaris, P. communis, P. germanica et P. alpina. Si les trois premières espèces sont "classiques", la présence de P. alpina est intéressante, car cette espèce est moins répandue que les autres (sans être rare pour autant ! surtout dans le Nord Est !!). C'est la forêt de la Grand'Côte qui abrite le maximum d'espèces (4), contre une seule en tourbière (P. germanica) et une autre en bas marais (P. vulgaris).
Il reste cependant d'autres espèces potentielles à trouver et encore d'autres échantillons à trier, alors rendez-vous le mois prochain pour un nouveau bilan sûrement plein de bonnes surprises !

Juin 2011

Après les mois d'avril et mai estivaux, ce début de juin est marqué par le retour de la fraîcheur et de la pluie. De fortes chutes d'eau ont permis aux marais de retrouver un niveau d'eau satisfaisant avant l'été, ce qui est rassurant.

Pour les oiseaux de la zone humide, les bonnes nouvelles sont rares et doivent être appréciées à leur juste valeur :
- l'année est excellente pour les Râles d'eau, avec 61 cantons répertoriés (52 au nord et 9 au sud du lac). Il s'agit du second meilleur résultat depuis 20 ans de suivi (record de 71 en 2007),
- trois Locustelles luscinioïdes fréquentent actuellement la Taverne et le sud du lac Saint-Point. Ce passereau paludicole est rarissime en Franche-Comté,
- deux chanteurs de Rousserolles turdoïdes animent toujours la même roselière au sud du lac Saint-Point,
- l'arrivée des Rousserolles verderolles à compter du 19 mai,
- un couple de Sizerin cabaret est contacté le 29 mai. L'espèce est donc toujours en sursis !
- une femelle de Sarcelle d'hiver est levée le 11 juin dans la tourbière du Crossat (site où l'espèce avait niché en 2009). Le nid est-il caché quelque part ?
- enfin les Cailles des blés semblent nombreuses cette année : 4 chanteurs actuellement dans la réserve naturelle.

Aucune arrivée à ce jour de Râle de genets ! Une Marouette ponctuée est contactée les 16 et 17 mai, mais plus depuis. Constats préoccupants qui pourraient alourdir les mauvaises nouvelles de l'année (absence de Bécassines des marais et de Sarcelle d'été nicheuses, prédation des nids Vanneaux huppés...).
Dans le coteau sec dominant Remoray, l'Alouette lulu chante le 12 mai, le Bruant zizi nourrit des jeunes le 30 mai et la Pie-grièche écorcheur arrive tardivement ce même jour.
En forêt de la Grand'Côte, la seconde aire de Milan royal est découverte avec joie par Matthieu PELTIER, stagiaire chargé de découvrir les lieux de reproduction de ce rapace prestigieux. Les premiers baguages et marquages de poussins à l'aire ont été réalisés le 10 juin par la Ligue de Protection des oiseaux (LPO) de Franche-Comté. Dans quelques jours les 4 poussins suivants voleront et pourront être observés aux alentours du lac de Remoray :
- Audrey (Blanc bleu sur l'aile gauche / Jaune noir sur l'aile droite)
- Fred (Blanc bleu / Jaune Jaune)
- Anthony (Blanc bleu / Rouge vert)
- Carole (Blanc bleu / Rouge blanc)
N'hésitez pas à nous signaler toute observation de Milan royal marqué, en notant bien les 4 couleurs (2 sur chaque aile).

Signalons pour clore les oiseaux :
- une Bernache nonnette sur la base de loisirs le 16 mai, observée actuellement sur le lac saint-Point. De toute évidence cet oiseau est issu de captivité,
Canard avec flèche - le spectacle incroyable (photo ci-contre) au bord du lac Saint-point d'un Canard colvert orné d'une flèche lui transperçant l'avant du corps. Ce dernier, en pleine forme et ne se laissant pas attraper, provoque la curiosité du secteur !

La saison entomologique se poursuit, toujours en avance : les premiers Solitaire (Colias palaeno) sont rencontrés le 25 mai en tourbière. 2 mâles de Leuccorhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis) sont également observés fin mai. Enfin l'inventaire des Syrphes (diptères) de la réserve naturelle ne cesse de surprendre : la venue du spécialiste Martin SPEIGHT (malgré une météo maussade) a permis d'atteindre le chiffre de 194 espèces sur cet espace protégé de 330 hectares !

Enfin, le plan de gestion 2010-2014 de la Réserve Naturelle est disponible en ligne dans une version allégée et simplifiée.

Mai 2011

Printemps précoce, forte température et pluviométrie dérisoire. 2011 démarre sur la base d'une année très sèche : le niveau d'eau des marais et des rivières est déjà très bas, comme en pleine période estivale. Constat inquiétant !

Côté flore, le recensement de la Fritillaire pintade dans un second secteur de la réserve naturelle confirme les bons résultats annoncés le mois dernier : 1873 pieds contre 1580 en 2010.

Côté oiseaux, c'est la douche froide au marais pourtant trop sec (!) :
- la Marouette ponctuée contactée le 12 avril entre les deux lacs n'est pas réentendue. Il s'agissait donc d'un migrateur en passage. Aucun oiseau nicheur n'est donc entendu pour la seconde année consécutive !
- aucune Sarcelle d'été n'est actuellement présente sur la réserve naturelle,
- aucun chant ni aucun chevrottement de Bécassine des marais n'a été entendu ce printemps. La dernière "année blanche" remonte à 1997. Après 4 couples nicheurs en 2010, l'absence totale de Bécassines en 2011 est très préoccupante, dans un contexte de déclin marqué de l'espèce en France qui n'épargne pas la vallée voisine du Drugeon. A l'avenir, il n'est pas certain d'entendre à nouveau la Bécassine chanter autour du lac de Remoray...!
- aucun Râle de genêts actuellement, mais ceux-ci peuvent encore arriver.
- le 14 avril, la ponte du Vanneau huppé est découverte prédatée, très probablement par des sangliers.

Les Tariers des prés sont rentrés');?> vers le 20 avril, les Locustelles tachetées le 22 avril et les Rousserolles effarvattes le 2 mai... A noter un chant de Huppe fasciée (oiseau de passage) lors des points d'écoute du 23 avril et un Balbuzard pêcheur le 15 avril.

Aeschne printanière

C'est en forêt de la Grand'Côte que les nouvelles avicoles sont les meilleures : 1 Pouillot siffleur chante depuis le 23 avril, 2 territoires de Pigeon colombin sont occupés, et 2 couples de Milans royaux sont actuellement suivis.

La saison démarre pour les insectes :
- observation d'Aeschnes printanières ce qui confirme l'installation de l'espèce dans le Haut-Doubs (conséquence très probable du réchauffement climatique),
- les premiers Cuivrés de la Bistorte sont observés le 27 avril, en avance,
- la troisième année d'étude des syrphes a débuté depuis le 15 avril, avec des observations intéressantes dès les prémisses du printemps.

Cuivré de la Bistorte

Comme chaque début de mai, le troupeau de konik polski de l'association a quitté le Montrinsans le 6 mai pour prendre ses quartiers d'été dans la réserve naturelle. Au travail désormais, dans l'unique but de favoriser la biodiversité des marais !

Enfin signalons la visite des conservateurs de deux réserves naturelles nationales à Remoray : RNN de la Bassée (île de France, 77) et RNN de la Haute Chaîne du Jura (Ain, 01) les 27 et 29 avril.

Avril 2011

Le printemps est désormais installé et de belles périodes ont permis à la végétation de démarrer avec une quinzaine de jours d'avance. Agréable, mais quelque peu inquiétant !

Butor étoilé Les derniers hivernants tardent encore à partir. Quelques Garrots sont encore observés sur le lac le 3 avril, une troupe d'une centaine de Sarcelles d'hiver le 10 avril, 4 Grandes aigrettes jusqu'au 22 mars, 1 Butor étoilé entre les deux lacs jusqu'à fin mars... 22 Cigognes blanches passent en migration le 22 mars.

Les oiseaux continuent d'arriver : premiers chants de Pouillot véloce et Râle d'eau le 14 mars, Hirondelle rustique le 21 mars, Sarcelle d'été le 22 mars, Milan noir le 24 mars (nicheurs locaux), Rougequeue à front blanc le 30 mars, Pouillot fitis le 3 avril, Fauvette à tête noire le 10 avril...
La nidification des espèces les plus précoces a déjà démarré : 17 nids pour le Héron cendré avec les premiers jeunes entendus dès le 5 avril.
Au sud du lac, deux couples de Vanneau huppé sont présent, et la couvaison a démarré pour l'un d'eux le 1er avril.
Notre travail annuel sur le Milan royal a commencé avec l'arrivée de Matthieu, stagiaire chargé de découvrir les aires autour de la réserve naturelle. La femelle marquée "Marie-Claire" (voir notre dernière lettre d'infos) est appariée et construit actuellement en forêt de la Grand'Côte.
Deux poussins marqués sur le site sont actuellement observés dans la vallée du Drugeon :
- Mélissa (blanc bleu / blanc bleu), marqué le 30 juin 2010 en Grand'Côte, actuellement du côté de Bouverans,
- Lily (blanc jaune / rouge jaune), marqué le 22 juin 2009 au Fourpérêt, actuellement du côté de Chaffois.
Inquiétude pour les Bécassines des marais qui, pour l'instant, ne chantent pas dans la réserve naturelle.
Enfin une Marouette ponctuée a été entendue entre les deux lacs le 12 avril.

Hachette (Aglia tau) Côté insectes, la saison démarre également. Les grillons champêtres chantent dès le 10 avril, eux aussi en avance. Pour les papillons, les Aurores sont sortis, tout comme la Hachette (papillon nocturne actif de jour), observée dans la forêt de la Grand'Côte le 13 avril.

Côté batraciens, la fraie s'est opérée à nouveau curieusement ce printemps.
L'évaluation des passages petite faune est actuellement en cours par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO). Les premières prospections ne semblent pas très concluantes !

Côté flore, l'association gestionnaire de la réserve naturelle a commencé ses suivis de la Fritillaire pintade (Tulipe d'eau). Premier site compté le 13 avril avec des résultats intéressants : 917 pieds recensés en 2011, contre 329 en 2010. Un second site sera compté prochainement.

Mars 2011

Nous voici dans une période de transition qui doit lier l'hiver au printemps ! Le lac se libère de ses glaces le 7 mars.

Certains hivernants sont encore là en ce début de mars : la Pie-Grièche grise a été encore observée le 11 mars, au sud du lac, 2 Bécassines des marais le 17 février, 1 Tadorne de Belon le 21 février, 2 Grandes Aigrettes sont toujours présentes (13 mars), tout comme une belle troupe de Harles bièvres (jusqu'à 22 individus le 5 mars).

Réalisé le 13 mars, le dernier comptage Wetlands (octobre à mars) donne les résultats suivants :

Foulque macroule : 183
Fuligule morillon : 59
Fuligule milouin : 3
Canard colvert : 44
Sarcelle d'hiver : 80
Harle bièvre : 12
Harle piette : 1
Garrot à oeil d'or : 5
Cygne tuberculé : 5
Grèbe huppé : 15
Grèbe castagneux : 8
Grand cormoran : 9
Goéland leucophée : 1


Mais le printemps frappe à la porte :
Les chants de plusieurs passereaux se font désormais entendre : Grive draine (depuis le 15 février), Bruant des roseaux (6 mars), Tarier pâtre (6 mars), Grive musicienne (7 mars), Accenteur mouchet (11 mars)...
Les Vanneaux huppés sont arrivés début mars : 2 oiseaux le 3 mars, et 5 le 13 mars. Les parades nuptiales ont débuté !
Les premières pontes sont observées pour les Hérons cendrés, dont une quinzaine de nids sont actuellement occupés.
Un Pic mar est observé en forêt de la Grand'Côte le 26 février, mais n'a pas été revu depuis.
Le 7 mars, passage d'un vol de 71 Goélands leucophées au dessus de la Réserve, direction nord-est.
La belle surprise ornithologique de ce mois est l'observation d'un Milan royal marqué à Labergement Sainte Marie le 24 février. Blanc-blanc sur l'aile gauche, bleu-rouge sur l'aile droite. Il s'agit de "Marie-Claire", oiseau bagué poussin à la Rivière-Drugeon en 2007, observé en 2008 vers Clermont Ferrand et Laguiole, revu en 2009 à La Rivière-Drugeon, et noté à Boujeons en 2010. Cet oiseau, supposé femelle, est désormais à proximité du village de Labergement, et a été observé à trois reprises.

Les premiers insectes sortent de leur torpeur hivernale, et l'observation d'une libellule adulte le 6 mars fut une surprise. Il s'agit de la seule espèce à hiberner à l'état adulte : le Leste brun (Sympecma fusca). Cette espèce n'avait été observée qu'à une seule reprise dans la réserve naturelle, en été 2009. Les premiers papillons sont également rencontrés, essentiellement des Petites tortues.

Février 2011

- 1 Linotte mélodieuse le 16 janvier
- 1 couple de Grands corbeaux le 16 janvier
- 1 Chouette chevêchette en Grand'Côte le 19 janvier
- 1 mâle de Garrot à oeil d'or blessé sur la glace sans possibilité de le sauver les 24 et 25 janvier
- 1 Bécassine sourde au sud du lac le 19 janvier (hivernage)
- 7 Bécassines des marais le 12 janvier
Par ailleurs, une Grande aigrette? fréquente l'ensemble de la vallée des 2 lacs depuis le début du mois. Deux Butors étoilés ont également été observés régulièrement.

Voici les résultats du comptage Wetland du 16 janvier :
- Harle bièvre : 24
- Canard colvert : 156
- Garrot à oeil d'or : 9
- Sarcelle d'hiver : 109
- Fuligule Morillon : 31
- Fuligule Milouin : 35
- Canard Pilet : 1 mâle
- Cygne tuberculé : 7
- Grèbe castagneux : 4
- Foulque macroule : 78
- Goéland leucophée : 2
- Goéland cendré : 3
- Héron cendré : 6

Côté sangliers, un prélèvement lors de la saison de chasse très important cet hiver (près de 70 sangliers), prélèvement nécessaire compte tenu d'une population locale très forte et de risques majeurs de dégâts agricoles trop importants.

Janvier 2011

L'hiver a du mal à s'imposer. Ces dernières semaines voient alterner des périodes de neige, de grande douceur et de froid intense (-25°C à la tourbière du Crossat le 30 novembre, et -24°C le 3 janvier). Le lac de Remoray est pris par les glaces depuis le 27 décembre et la neige, abondante vers la mi-décembre, a actuellement totalement disparue.

Le comptage Wetland réalisé le 18 décembre 2010 a donné les résultats suivants : 9 Harles bièvres, 99 Canards colvert, 81 Sarcelles d'hiver, 3 Canards chipeaux, 28 Fuligules morillon, 1 Grèbe huppé, 1 Grèbe castagneux, 1 couple de Garrot à oeil d'or, 11 Cygnes tuberculés, 65 Foulques macroules.

Quelques hivernants sont notés : Pie-grièche grise (1 à la Clusette le 21 décembre et 1 aux Vurpillières le 23), 1 Grande aigrette les 5, 7 et 10 janvier, 23 Harles bièvres, 1 mâle de Canard pilet et 1 Pipit spioncelle le 10 janvier.
Un Butor étoilé fréquente le marais sud du Lac Saint-Point depuis le 23 décembre, rejoint les 27 et 28 décembre par un second individu à Saint-Point.
Quelques oiseaux de passage sont également notés : 1 Vanneau huppé le 8 décembre, 2 Goélands cendrés le 8 décembre, 1 Accenteur mouchet le 9 décembre, 2 Bécassines des marais le 23 décembre... Un groupe de 21 Grues cendrées posées nous a été signalé à Chantegrue le 7 décembre.
La douceur invite les premiers chanteurs à se manifester : Mésange charbonnière, Grand corbeau, Cincle plongeur....
Un Jaseur boréal est signalé dans le Drugeon le 9 janvier. Ouvrez l'oeil ! Cet oiseau pourrait bien montrer le bout de ses plumes sur notre secteur.

Malgré une pression de chasse soutenue, de nombreux dégâts de sangliers sont apparus en décembre dans ou en périphérie de la réserve naturelle. Le gestionnaire s'efforce de ne pas laisser stationner trop de sangliers sur le site, avec l'appui du lieutenant de louveterie local.

Mais la grande nouvelle de ce tout début d'année restera entomologique, avec la détermination d'une quatrième espèce de syrphe nouvelle pour la France : Platycheirus jaerensis, espèce scandinave mentionnée à une seule reprise en Suisse. L'inventaire des espèces de la réserve est actuellement de 177 espèces.

Archives
> 2018
> 2017
> 2016
> 2015
> 2014
> 2013
> 2012
> 2011
> 2010
> 2009
> 2008
> 2007