Maison de la Réserve Naturelle du Lac de Remoray - www.maisondelareserve.fr
Piquets dans la neige
Année suivante Année suivante
Année précédente Année précédente

Nouvelles de la Réserve Naturelle en 2012

Décembre 2012

Comme l'année dernière à pareille époque, quelques Grandes aigrettes tentent de passer l'hiver. On comptera 6 individus le 24 novembre sur l'ensemble de la vallée des deux lacs. Un Butor étoilé est encore présent le long du Doubs le 10 décembre. L'effectif de Harle bièvre augmente progressivement. Un groupe de 22 individus est observé le 16 décembre.
Les fortes chutes de neige de ce début de mois ont fait fuir la Pie grièche grise qui avait commencé à hiverner entre les deux lacs.
Signalons aussi le passage de quelques migrateurs peu fréquents :
- Une femelle de Harle huppé le 11 décembre
- 6 Oies cendrées le 16 décembre
- 2 Canards chipeaux le 13 décembre

Suite à l'opération de baguage des 18 et 19 octobre derniers, coordonnée par Pierre DURLET, deux Mésanges rémiz ont donné lieu à des contrôles. La première, baguée en Pologne en 2011 a parcouru 1250 km pour arriver au bout d'un an à Remoray. La seconde, baguée à Remoray a été contrôlée 6 jours plus tard dans la Drôme. La carte des axes migratoires est indiquée ci-dessous.

Carte Migration Remiz

Novembre 2012

Le retour des Grandes aigrettes est noté depuis le 24 septembre (1 oiseau) avec un maximum de 4 individus le 12 novembre. Quelques passages de Bécassines des marais sont observés (20 les 20 octobre) et une Bécassine sourde le même jour (pas d'opérations de baguage cet automne car le marais est inondé fréquemment).
Une plume de Butor étoilé est découverte au sud du lac de Remoray le 18 octobre. 1 à 2 individus fréquentent l'entre deux lacs du 6 au 12 novembre. Deux Tadornes de Belon le 27 octobre au sud du lac de Saint-Point et 4 le 6 novembre.
Un passage de Grues cendrées est marqué fin octobre : des cris sont entendus au Brey le 12, puis 13 et environ 30 oiseaux passent au-dessus du lac de Saint-Point le 28 et 9 le lendemain au-dessus du lac de Remoray (P. Durlet).
Une Pie-grièche grise est présente (début probable d'hivernage) depuis le 4 novembre entre les deux lacs.

Une séance de baguage coordonnée par Pierre DURLET les 18 et 19 octobre permet le baguage de 20 Mésanges rémiz. Deux oiseaux sont contrôlés (une bague suisse et une polonaise), et un oiseau bagué sur place sera contrôlé en vallée du Rhône (Roman sur Isère - Drôme) 6 jours plus tard (le 24 octobre). Ces résultats (15 % de contrôles) sont prometteurs pour une première opération.

En forêt de la Grand'Côte, la Chevêchette est observée le 21 octobre, en tombée de nuit.

Panneau d'entrée dans la réserve

Le troupeau de koniks polski quitte les marais les 23 et 29 octobre, avant de rejoindre son quartier d'hiver les 11 et 12 novembre.

Enfin signalons la pose fin octobre de deux panneaux d'entrée dans la réserve naturelle (photo ci-contre).

Octobre 2012

Peu d'observations d'oiseaux en ce mois de septembre à la météo perturbée.
Un essai de baguage toutes espèces, sous la responsabilité de Pierre DURLET (bagueur CRBPO) est en cours au sud du lac, mais la pluviométrie et la forte hausse du niveau des eaux rendent l'opération délicate. Une première séance s'est déroulée les 20 et 21 septembre. 68 oiseaux de 14 espèces différentes ont été baguées, avec le contrôle d'une Hirondelle rustique baguée au nord de l'Allemagne (Hiddensee). Espérons d'autres séances cet automne.
Sinon, un Balbuzard pêcheur fréquente la base de loisirs le 25 septembre et une Grande aigrette le 6 octobre (J.L. Lambert, J. Brigatti).

Côté insectes, l'année d'inventaire des papillons de nuit par l'association Flavia sur la RNN de Remoray se termine sur de belles notes. Bien que la météorologie fût à nouveau un élément perturbateur (pluie la seconde nuit), les deux inventaires nocturnes réalisés le 17 et le 18 septembre réservèrent de très belles surprises. En tourbière du Crossat, Yann BAILLET eu l'immense joie de découvrir deux espèces très rares et très localisées en France : Lithomoia solidaginis (Noctuelle de la Verge-d'Or) et Hydraecia petasitis (Noctuelle du Grand-Taconnet). A notre connaissance, depuis 1980, cette dernière n'a été citée que dans deux départements français. Ces deux espèces semblent nouvelles pour le département du Doubs. La deuxième nuit fût pluvieuse, empêchant l'observation d'un grand nombre d'espèces. A noter tout de même la présence de nombreux Gortyna flavago (Drap d'Or).

Formation diptères

Une semaine de formation sur les diptères (hors syrphes) s'est déroulée du 8 au 12 octobre pour les deux réserves naturelles nationales du département du Doubs (Ravin de Valbois et Lac de Remoray). Encadrée par Phil WITHERS, l'initiation à plusieurs familles de diptères (Tabanidae, Dolichopodidae, Empididae, Stratiomyidae, Conopidae, Rhagionidae, Bombilidae, Ctenophorinae…) va permettre aux deux réserves d'accéder à un niveau de connaissances remarquables sur les diptères. Une seconde semaine d'approfondissement est planifiée à Valbois en mars 2013. D'ores et déjà, de nombreuses espèces sont nouvelles pour la France !

Une prospection écrevisses s'est déroulée le 17 septembre et a donné des résultats mitigés : 1 mâle et 3 femelles sur un cours d'eau, aucune sur l'autre. La taille des individus observés (70 mm) ne permet pas encore de savoir s'il s'agit d'individus issus de la réintroduction (2006/2008) ou des premiers jeunes nés sur le site. A suivre en 2013 !
Ecrevisse à pattes blanches Ecrevisse à pattes blanches

Concernant les chiroptères, des prospections avec les collègues du réseau mammifères de l'ONF ont eu lieu la première semaine de Septembre. Cette dernière session de l'année 2012 s'est déroulée sans encombre et a permis de réaliser de bons enregistrements. Groupe Développement Durable Encore en cours d'analyse, les premiers résultats indiquent des indices d'activité horaires honorables pour la saison. Affaire à suivre dans l'hiver…

Du 10 au 12 octobre, le groupe Développement Durable de Réserves Naturelles de France s'est réuni autour du lac de Remoray. Au programme des rencontres avec les élus locaux et de riches échanges sur l'intégration de la réserve naturelle dans le contexte socio-économique local.

Août-septembre 2012

Un été moyen d'un point de vue météorologique, assez perturbé en juillet et plutôt ensoleillé en août.

Plusieurs nichées de Tariers de prés sont notées lors de la première quinzaine de juillet, au marais comme dans les prairies agricoles à l'est du lac. Le Sizerin cabaret est contacté le 13 juillet, à proximité de la base de loisirs. La Locusctelle luscinioïde chante encore le long de la Taverne les 19 et 20 juillet. Une nichée de Hibou moyen-duc est présente au Buclé le 14 juillet. Un très probable Râle des genêts est levé au sud du lac le 24 juillet par Kelly, stagiaire botanique cet été. Enfin la Sarcelle d'hiver a de nouveau niché au sud du lac en 2012 : une nichée avec 3 jeunes juste volants est découverte sur la Drésine le 11 août.
Marouette ponctuée Entre les deux lacs, quelques observations :
- plusieurs Marouettes ponctuées sur la fin du mois d'août (avec un maximum de 5 individus le 24 août) ;
- une Gorgebleue à miroir du 21 au 27 août ;
- un Héron pourpré le 25 août ;
- deux Chevaliers culblancs le 27 août.
Enfin signalons un Martinet à ventre blanc en chasse au dessus du Doubs à Labergement le 30 août.

Succession étonnante d'événements en forêt de la Grand'Côte mi-juillet. Yann BAILLET termine une belle nuit d'observations d'hétérocères (papillons de nuit, voir ci-dessous) le 19 juillet par une rencontre appréciée : un Lynx vient observer l'entomologiste à 5h30, s'asseyant à une vingtaine de mètres durant 10 minutes. Belle rencontre d'une confiance réciproque ! Un essai d'observation sur le petit félidé le soir même restera vain, mais permettra de contacter la Chevêchette d'Europe, avec des cris suggérant la présence d'une nichée. Le contact auditif est confirmé le 21 juillet, avec l'observation à moins de 10 mètres d'une jeune Chevêchette qui "siffle" pour quémander de la nourriture. Quelques minutes plus tard, l'appel d'un adulte (sur des notes du chant d'automne) provoquera l'envol du juvénile. Il s'agit de la première mention de nidification certaine de ce petit rapace dans la forêt de la Grand'Côte.

Eustroma reticulatum Côté insectes, la saison restera comme bien modeste : Les résultats des premières sessions d'inventaires des lépidoptères ont été très mitigés. Malgré des conditions climatiques relativement clémentes, les sessions d'échantillonnage se sont révélées souvent décevantes aussi bien en nombre d'espèces qu'en nombre d'individus. Néanmoins, on notera la présence d'espèces très intéressantes marquant l'influence septentrionale et continentale de la Réserve naturelle. Phlogophora scitaCitons la présence de taxons comme Ecliptopera capitata, Eustroma reticulata (ci-dessus), Eulithis testata, Camptogramma scripturata, Amphipyra perflua, Phlogophora scita (ci-contre), etc. Ces données permettent de compléter les listes d'espèces sur la faune lépidoptèrique du Doubs avec, à notre connaissance, de nouvelles espèces pour ce département.

Chiroptères

En partenariat avec le réseau mammifère de l'ONF, une étude sur les chauves-souris est actuellement en cours dans la forêt domaniale de la Grand'Côte . La météo capricieuse rend les opérations très délicates, mais les premiers résultats sont intéressants. Du point de vue quantitatif (indice horaire d'activité) et qualitatif (nombre d'espèces présentes), les parcelles forestières gérées en futaie régulière (tous les arbres du même âge) apparaissent moins attractives qu'en futaie jardinée (peuplement hétérogène).Oreillard rouxDe plus, dans l'îlot de sénescence, au cœur de la réserve biologique dirigée (partie de la Grand'Côte intégrée au périmètre de la Réserve naturelle), les indices horaires sont encore plus élevés que dans le reste de la forêt. Cela démontre l'importance pour les chauves-souris, et l'ensemble de la biodiversité, de tels espaces exempts de toute intervention sylvicole. Les chiroptérologues y ont même trouvé une nouvelle espèce pour la réserve naturelle ! Sur les 27 espèces franc-comtoises, l'Oreillard roux (photo ci-dessus) est donc la 14ème espèce. Pas mal pour un site d'altitude !

Signalons que l'étude des poissons des lacs de Saint-Point et de Remoray s'est effectuée du 20 au 23 août, coordonnée par la Fédération de pêche du Doubs épaulée par de nombreux scientifiques franco-suisses. Les résultats sont attendus avec grand intéret d'ici quelques mois.

Enfin, le comptage d'Oeillets superbes sur une parcelle de prairies humides gérée par l'association gestionnaire de la Réserve naturelle a permis de dénombrer plus de 3000 pieds. C'est un bon résultat, mais loin du record de 2011 (plus de 7500 tiges).

Juillet 2012

Le mois de juin fut mitigé, alternant de belles périodes d'ensoleillement et des épisodes pluvieux ou orageux. Globalement, le printemps 2012 restera comme délicat.

Le Râle des genêts découvert dans les prairies le 29 mai, chante toujours au nord-est du lac. Un second individu a peut-être été contacté le 24 juin et un individu chantait assidûment en plein jour le 28 juin.
Reprise de chant également pour la Marouette ponctuée entre les deux lacs en milieu de mois (16 / 20 juin).
La Sarcelle d'hiver est de nouveau contactée au Crossat le 21 juin, près du site traditionnel de reproduction.
Un couple de Grèbe à cou noir semble actuellement présent au sud du lac de Saint-Point : la nidification reste à prouver par la présence de poussins de l'année.
Plusieurs espèces remarquables de passereaux sont toujours suivies :
- la Rousserolle turdoïde dans la phragmitaie au sud du lac de Saint-Point,
- la Locustelle luscinioïde le long de la Taverne (chanteur jusqu'au 23 juin au minimum),
- le Sizerin cabaret avec plusieurs secteurs de présence sur la réserve. La nidification à la base de loisirs semble effective,
- le Roselin cramoisi avec la présence du mâle rouge aux Granges Sainte-Marie et un chanteur assidu sous la Maison de la réserve le 18 juin (non revu depuis).
En forêt de la Grand'Côte, une nichée de Gélinotte des bois est découverte le 28 juin.
L'automne s'annonce déjà par les premiers signes de la migration postnuptiale : 1 Chevalier sylvain le 27 juin au sud du lac.

Malgré les conditions climatiques instables, la saison entomologique bat son plein.
Fadet de la Melique Absent en 2011, le Fadet des tourbières fait l'objet de quelques observations rassurantes cette année : 2 à 3 individus observés le 18 juin, puis un le 24 et un autre encore le 28 juin. Dans le site Natura 2000, d'autres petites populations sont contrôlées les 18 et 21 juin. Les observations nombreuses traduisent une année correcte pour le Solitaire, le Fadet de la Mélique et le Cuivré écarlate.
Pour les papillons de nuit, les prospections deviennent enfin intéressantes. Nuit d'observations riche le 29 juin avec la présence d'Ecliptopera capitata. Plusieurs prospections sont programmées pour l'été 2012.

Une nouvelle espèce de libellule est découverte le 21 juin avec la récolte d'une exuvie (enveloppe larvaire) d'Aeshne isocèle (Aeshna isoceles) au plan d'eau de la Seigne (stage ONEMA). Il s'agit de la 51ème espèce pour la réserve naturelle, chiffre tout à fait remarquable (90 espèces en France).

L'étude des araignées par Gilles BLANDENIER se poursuit. 177 espèces sont à ce jour inventoriées, dont 3 vraisemblablement nouvelles pour la France : Nuctenea silvicultrix (2 données en Allemagne et aucune en Suisse) et Talavera parvistyla au Crossat, Nusoncus nasutus en forêt de la Grand'Côte.

Oeillet superbe Le travail sur les syrphes continue avec de nouvelles espèces trouvées dans le site NATURA 2000, sur les pelouses sèches au-dessus de Remoray : Platycheirus ambiguus, Dasysyrphus hilaris et Paragus finitimus.

Enfin, un comptage d'Œillets superbes (espèce protégée au niveau national et à la cueillette interdite) aura lieu en fin de semaine, sur une parcelle gérée par l'association. Toute personne intéressée peut nous contacter pour y participer.

Juin 2012

Un mois de mai particulièrement frais, avec un petit épisode neigeux le 16. 80 mm de pluie et un printemps qui ne démarre pas. Les fortes pluies du 8 juin (35 mm) ont engendré l'inondation du marais, phénomène toujours délicat en pleine période de nidification !

Le recensement annuel des Râles d'eau permet la cartographie de 51 territoires (40 au nord du lac, 11 au sud). Résultat tout à fait satisfaisant.
Bonne nouvelle avec l'arrivée du "traditionnel" Râle de genêts à partir du 29 mai. Son chant caractéristique anime depuis les prairies au nord-est du lac. Il est accompagné pour l'instant de 2 Cailles des blés (depuis le 14 mai au sud de la tourbière et le 27 mai aux Vallières).
L'observation d'une Bécassine des marais le 9 juin traduit la présence de l'espèce en période de nidification au sud du lac, mais peut-être aussi la destruction du nid suite à la hausse du niveau des eaux.
Un couple de Sarcelle d'hiver fréquente actuellement le sud du lac et les mares tourbeuses. La nidification est espérée.

Actuellement, 11 couples de Tariers des prés sont recensés (résultat bien modeste). Une Locustelle luscinioïde fréquente depuis le 27 mai les roselières de la Taverne. La population de Locustelle tachetée semble importante cette année dans la réserve. Les premières Rousserolles verderolles sont notées depuis le 17 mai. Roselin cramoisi - photo J. Casagrande Deux Fauvettes babillardes chantent actuellement. Un couple de Sizerin cabaret est toujours présent sur la base de loisirs, alors qu'un Roselin cramoisi est découvert par Dominique MICHELAT entre les 2 lacs le 27 mai, revu le 1er juin par Laurent Beschet et photographié (ci-contre) le 10 juin par Joelle Casagrande. De nombreuses Pie-grièches écorcheurs sont observées aux alentours du 20 mai, dont 2 au marais.

Côté rapaces, deux nichées de Hibou moyen-duc sont notées en forêt de la Grand'Côte (8 juin) et au nord de la tourbière du Crossat (29 mai). Le travail effectué par Jérémy FACCHINI sur le Milan royal a permis une première opération de marquage de 8 poussins sur 3 aires le 11 juin dans le cadre du plan de restauration national coordonné par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO).

Vautour fauve - photo C. Page

Photographié mercredi 6 par Claude Page (ci-contre), un jeune Vautour fauve est resté plusieurs jours dans le ciel aux alentours de Labergement Sainte-Marie. En détresse et dénutri, le 8 en fin d'après midi, cet immature est signalé par un chasseur.
Avec l'appui technique de Christophe Guinchard (ONCFS, SD 25), le personnel de la Réserve Naturelle déclenche alors une opération de capture afin de rapatrier d'urgence l'individu au centre de soin Athenas (39). Souhaitons bon rétablissement à ce vautour pour qu'il puisse repartir dans plusieurs mois en quête de nouveaux territoires.

Pour les insectes, tout est désormais en retard avec une météorologie très défavorable. Très peu de Cuivrés de la Bistorte ont été observés, ce qui est inquiétant pour cette espèce prioritaire. Le bilan est plus mitigé pour le Damier de la Succise. Le premier Solitaire a été observé le 7 juin. A noter une nouvelle espèce de papillon diurne pour la réserve : un Cuivré fuligineux (L. tityrus), le 27 mai.

L'étude des papillons de nuit a bien du mal à décoller. Les résultats sont pour l'instant décevants, dans l'attente des premières nuits d'observation en seconde partie de juin.

Mai 2012

Mois d'avril très perturbé et arrosé (près de 150 mm !), suivi d'un début de mai encore bien frais. Le printemps a du mal à s'imposer en 2012, au grand bonheur des tourbières et marais, gorgés d'eau.

La hausse du niveau d'eau a anéanti la nidification commencée par le Vanneau huppé : ponte noyée et départ des oiseaux ! Dommage mais l'exercice est toujours délicat aux alentours du lac de Remoray.
Grosse inquiétude également pour la Bécassine des marais face au même phénomène. Les oiseaux contactés au sud du lac début avril ne sont plus contactés à la fin du mois. Mais l'espoir revient le 6 mai, avec un territoire noté à la Louvetière (chanteur au sol et chevrottement). Une prospection complète les 7 et 8 mai permet de cartographier 4 territoires : 1 à la Louvetière, 1 au sud du lac et 2 au nord-est. Résultat équivalent à 2010, mais très rassurant suite à l'année blanche de 2011. Rappelons que l'espèce est en déclin marqué en France, avec une population nicheuse désormais nettement sous la barre des 100 couples.

Très bonne nouvelle également le 6 mai avec un chanteur de Marouette ponctuée découvert entre les deux lacs. Cet oiseau est actuellement très locace et bien installé. Cette espèce prestigieuse n'avait pas été notée sur le site depuis 2009.
Bonne nouvelle également avec la présence le 8 mai d'un couple de Sarcelle d'hiver dans la tourbière du Crossat, lieu où l'espèce a niché en 2008 et 2009.
Enfin les passereaux paludicoles prestigieux sont de retour : Rousserolles effarvattes depuis le 28 avril et turdoïde le 6 mai, Locustelle tachetée le 29 avril et luscinïoide le 7 mai.
Chevalier aboyeur, photo J. Brigatti Tarier des prés, photo J. Salvi Les Tariers des prés sont également de retour depuis le 22 avril et le recensement annuel va s'opérer prochainement.
Jérémie, "stagiaire Milan royal", suit actuellement cinq couples nicheurs. Certaines installations semblent tardives cette année.
La migration prénuptiale continue avec quelques observations intéressantes :
- 2 Bihoreaux gris les 29 avril et 7 mai,
- 1 Héron pourpré le 27 avril,
Cuivré de la Bistorte - RN Remoray - quelques Chevaliers aboyeurs de passage, dont un est photographié (ci-dessus) sur la base de loisirs par Jérôme Brigatti le 17 avril.

La saison prend du retard pour les insectes, compte-tenu de la fraîcheur de ces dernières semaines. A noter la sortie des premiers Cuivrés de la Bistorte le 4 mai (22 avril en 2011 !). Rendez-vous le mois prochain pour un paragraphe entomologique plus développé !

Panneau pour la Primevère farineuse

Côté botanique, le comptage des Fritillaires les 16 et 19 avril donne des résultats satisfaisants : 1 049 pieds dans le marais au sud du lac (moyenne sur 9 ans : 1 229 pieds/an) et 560 pieds dans les prairies agricoles au nord du lac (moyenne depuis 2007 : 514 pieds/an).

Signalons la floraison actuelle de la Primevère farineuse, dont une belle station sur la base de loisirs. Même si cette espèce n'est plus protégée, nous rappelons que la cueillette des végétaux dans la réserve naturelle est interdite. Des panneaux d'information ont été posés sur le site.

Avril 2012

Après un beau mois de mars, avril semble plus mitigé ! Une bonne chose pour la nature qui a besoin d'eau en cette saison... Malgré l'actuelle fraîcheur, l'hiver touche cependant à sa fin.

Le dernier comptage Wetlands du 19 mars donne les résultats suivants sur le lac de Remoray :

- Canard colvert : 48
- Foulque macroule : 129
- Grand cormoran : 25
- Fuligule milouin : 2
- Fuligule morillon : 15
- Grèbe huppé : 5
- Garrot à oeil d'or : 2
- Harle bièvre : 17
- Grèbe castagneux : 5
- Sarcelle d'hiver : 67
- Sarcelle d'été : 10
- Cygne tuberculé : 8
- Goéland leucophée : 2

Un couple de Garrot à oeil d'or est toujours présent (le 9 avril) tout comme les Grandes aigrettes : au moins 4 individus le 10 avril.
Quelques migrateurs sont également notés : une troupe d'environ 60 Sarcelles d'hiver fréquente le lac depuis mi-mars, accompagnée d'une petite dizaine de Sarcelles d'été les 21 et 22 mars, jusqu'à 18 individus le 23 mars. 2 Oies rieuses découvertes par Laurent le long du Doubs le 23 mars (espèce très rarement observée dans les montagnes du Jura). Un Balbuzard pêcheur passe le 10 avril...
Le retour des espèces nicheuses se poursuit : 1ère Hirondelle rustique le 16 mars, 1er chant de Pouillot véloce le 22 mars, 1ère Hirondelle des fenêtres le 22 mars, 1er chant de Fauvette des jardins le 24 mars, 1er chant de Pouillot fitis le 9 avril...
Quelques Vanneaux huppés sont présents sur la réserve naturelle depuis le 19 mars. A noter le passage d'un groupe de 48 individus le 15 mars entre les deux lacs. Actuellement, un premier couveur est noté le 10 avril.
Après l'absence totale de nicheur de Bécassine des marais en 2011, un chanteur est contacté avec plaisir le 26 mars au sud du lac (chant au sol). Le chevrottement et chant au sol sont également notés le 1er avril, puis le 9 avril (2 chanteurs au sol et un chevrottement). C'est une bonne nouvelle pour cette espèce dont la nidification est de plus en plus rare en France.
Un minimum de 12 nids de Héron cendré sont actuellement recensés à la héronnière.
Le suivi de la nidification du Milan royal commence sérieusement avec l'arrivée de Jérémy FACCHINI, en stage pour 2,5 mois. Un à deux couples sont déjà au stade de la couvaison et les autres en cours d'installation. Les Milans noirs sont arrivés depuis le 19 mars, et la couvaison est déjà observée pour certains couples "traditionnels".

Au niveau entomologique, la saison ne fait que démarrer avec l'observation des premiers papillons précoces : Citron et Aurore, notés depuis le 28 mars. Le Leste brun (Sympecma fusca), qui hiverne à l'état adulte, est noté dans la tourbière du Crossat le 16 mars.

Panneau sur la base de loisirs

Nous profitons de cet appel du printemps pour rappeler que les chiens sur la base de loisirs doivent impérativement être tenus en laisse, petits ou gros, gentils ou méchants !!!

Enfin signalons la tenue du congrès annuel de Réserves Naturelles de France du 3 au 7 avril à Trégastel (Bretagne nord). 6 personnes (bénévoles et salariés) de notre association y participaient.

Mars 2012

Après un vrai mois de février hivernal, la douceur est de retour en mars. Les petites gelées nocturnes maintiennent cependant la couverture de glace qui occupe près de la totalité du lac à la mi-mars. Le comptage mensuel des oiseaux d'eau du lac de Remoray en février n'a donc pas eu lieu !

Trois Grandes aigrettes sont présentes sur le site après ce mois de février. Un mâle et deux femelles de Garrot à oeil d'or à l'embouchure du Lhaut le 3 mars et l'hivernage de la Pie-grièche grise se termine actuellement (dernière observation les 4 et 5 mars).

Dès les premiers signes de réchauffement, les oiseaux les plus précoces réagissent :
- un couple de Hibou moyen-duc parade le 23 février en forêt de la Grand'Côte (chants, cri de la femelle et claquements des ailes par le mâle en vol),
- des réactions fortes de passereaux témoignent de la présence probable de la Chevêchette d'Europe le 25 février en Grand'Côte. La Chevêchette confirme et chante en pleine journée (11 heures) le 9 mars,
- un premier couple de Milan royal est observé proche de l'aire le 25 février, et un second le 3 mars. Le mâle de ce dernier est "Marie-Claire", oiseau marqué (blanc-blanc aile gauche, rouge-bleu aile droite). Né à la Rivière-Drugeon en 2007, cet oiseau a niché dans la réserve naturelle en 2010.
- Un Bruant des roseaux le 4 mars,
- le couple de Grand corbeau transporte des matériaux de construction le 5 mars,
- 5 à 6 couples de Héron cendré sont proches des nids (Platière et plan d'eau de la Seigne) à partir de fin-février.

Deux observations intéressantes en forêt de la Grand'Côte :
- des traces de Gélinotte des bois sur la neige le 7 mars,
- 1 Pic épeichette chante le 25 février. Il s'agit de la première mention de l'espèce en forêt de la Grand'Côte, qui vient allonger la liste des Pics déjà observés dans cette forêt (Pics épeiche, noir, vert, cendré, mar, tridactyle), soient sept des huit pics français. Seul le Pic à dos blanc manque à l'appel, mais cette espèce est absente dans notre région. Le Pic épeichette (le plus petit de tous) est connu dans la réserve naturelle, fréquemment noté lors de ses migrations dans les saulaies des zones humides.

Les retours et premiers chants commencent à se succéder :
- Grive draine, le 25 février,
- Accenteur mouchet et Grive musicienne le 3 mars,
- Rougequeue noir et Bergeronnette grise le 5 mars,
- Pigeon ramier et Tarier pâtre le 9 mars
- Bruant jaune le 14 mars
C'est le printemps ! Ouvrez l'oeil et tendez l'oreille...!

Février 2012

Cette fois-ci, nous s'y sommes ! L'hiver sibérien a envahi la France et le Haut-Doubs. Les températures, qui ont chuté brusquement depuis le 1er février, affichent des valeurs négatives extrêmes : - 28°C la nuit du 6 au 7 février ! Encore hors gel sous l'effet de la bise le 4 février, le lac de Remoray (comme celui de Saint-Point) a gelé d'un coup à l'arrêt du vent dans la nuit du 4 au 5 février. Il est actuellement totalement gelé.
Nous vous rappelons que la patinage sur le lac de Remoray est en incohérence avec la réglementation de cet espace protégé et vous invitons à profiter du lac Saint-Point, comme patinoire merveilleuse !
En janvier et février, quelques passages de canards ont été observés :
- 6 Nettes rousses le 11 janvier,
- 136 Canards colvert le même jour,
- 72 Sarcelles d'hiver le 1er février
- 9 Tadornes de belon sur le lac le 2 février

Le comptage du 15 janvier donne les résultats suivants :
- Carnard colvert : 91
- Sarcelle d'hiver : 46
- Garrot à oeil d'or : 3
- Cygne tuberculé : 9
- Grèbe castagneux : 4
- Fuligule morillon : 2
- Harle bièvre : 13
- Foulque macroule : 4
L'hivernage de 2 Goélands leucophées, de 3 Grandes aigrettes et d'une Pie-grièche grise est constaté. Ces oiseaux n'ont pas été revus au cours des derniers jours glacials.

Janvier 2012

L'hiver a fini par s'installer durant le mois de décembre, même si les grands froids ne sont pas encore arrivés (en ce début de janvier, le lac n'est absolument pas gelé).

Grande Aigrette - photo P. Braz Le comptage des oiseaux d'eau de milieu de mois n'a pas été très riche :
- Foulque macroule : 25
- Canard colvert : 35
- Sarcelle d'hiver : 70
- Fuligule morillon : 15
- Garrot à oeil d'or : 3
- Grèbe huppé : 14
- Cygne tuberculé : 5
- Grand cormoran : 2

Trois Grandes aigrettes hivernent entre les deux lacs, tout comme une Pie-grièche grise.
Quelques données d'hivernants rares sont à signaler aussi sur ce secteur avec un Accenteur mouchet le 25 décembre, un Bruant des roseaux les 27 décembre et 10 janvier, un Sizerin flammé entre les deux lacs le 4 janvier. Deux très discrets Butors étoilés passent l'hiver dans les roselières au sud du lac St Point.
Lynx boreal Le 25 décembre, les 3 Eiders à duvet présents sur le lac Saint-Point depuis le 16 novembre visitent le lac de Remoray. Il s'agit de la troisième donnée de cette espèce dans la réserve naturelle.

Un Lynx est observé à proximité de la réserve naturelle fin décembre, sans doute le même que celui photographié au Brey le 17 décembre.

Durant l'hiver, l'analyse des données des tentes Malaise liées à l'étude syrphes (une 208ème espèce avec Cheilosia personata déterminée ces derniers jours) continuent à intéresser les spécialistes :
Polychrysia moneta - des contacts très prometteurs sont pris avec Phil WITHERS, spécialistes des diptères pour un travail en 2012 sur de nombreuses familles de diptères proches des syrphes,
- un premier travail sur les macro-hétérocères (papillons de nuit) s'achève avec la détermination de 115 espèces de 12 familles différentes, par Yann BAILLET (Flavia ADE). Malgré l'état actuel des connaissances encore très fragmentaire sur la distribution géographique et l'écologie de certaines espèces, 4 taxons sont déjà jugés comme remarquables : Entephria infidaria, Scopula ternata, Polychrysia moneta (en photo), Coranarta cordigera. Le dernier semble le plus intéressant, car cité jusqu'alors dans 4 départements français (Pyrénées-orientales, Hautes-Alpes, Savoie et Haute-Saône). Il s'agit d'une espèce boréo-alpine.

Archives
> 2018
> 2017
> 2016
> 2015
> 2014
> 2013
> 2012
> 2011
> 2010
> 2009
> 2008
> 2007