Maison de la Réserve Naturelle du Lac de Remoray - www.maisondelareserve.fr
Piquets dans la neige
Année suivante Année suivante
Année précédente Année précédente

Nouvelles de la Réserve Naturelle en 2013

Décembre 2013

Suite à l'opération de baguage du 1er novembre dernier, coordonnée par Pierre DURLET, une Mésange rémiz a donné lieu à un contrôle. L'oiseau, bagué dans la Réserve naturelle du Bagnas (Hérault) en octobre 2010 a parcouru 442 km pour arriver au bout de deux ans à Remoray, soit un beau transit entre réserves naturelles.

Nous vous rappelons que la pratique du patinage sur le lac de Remoray est incompatible avec la réglementation de cet espace protégé et vous invitons à profiter d'autres plans d'eau gelés.

Chiroptères
Murin de Brandt - Tomas Svacina Les enregistrements d'ultrasons des chauves-souris forestières récoltés en 2012 et 2013 dans la forêt de la Grand'Côte avec les naturalistes du réseau mammifères de l'ONF sont actuellement en cours d'analyse. Parmi les premiers résultats, une nouvelle espèce fréquentant la vieille futaie irrégulière vient d'être trouvée : le Murin de Brandt (Myotis brandtii). C'est la 3ème espèce ajoutée ainsi depuis le début de l'étude !
Vulnérable en Franche-Comté selon les critères de l'UICN, ce petit mammifère volant représente la 16ème espèce fréquentant la réserve naturelle. Ce chiffre tout à fait remarquable renforce l'intérêt de cette forêt pour les chauves-souris.

Calendrier Yves Bilat Le photographe suisse Yves Bilat, vient de publier un calendrier spécial chiroptère 2014 (format 28x28). Ce passionné des chiroptères était venu exposer ses clichés lors de notre fête de la chauves-souris.

Entomologie
Les Longchaeides (Lonchaeidae), diptères noir brillant ou bleu metallique semblent floricole à l'état adulte. Les larves sont principalement xylophages et une partie est associée aux arbres résineux et d'autres aux feuillus (caduques). Une liste des espèces françaises, actualisée par Phil Whithers, est en cours de publication. Intégrée dans ce travail, les espèces déterminées dans la réserve naturelle sont particulierement intéressantes car fortement liées aux vieux arbres résineux.
Sur les 50 répertoriées à ce jour en France par ce spécialiste, 19 sont présentes dans la réserve naturelle. Parmi elles, 7 espèces sont signalées pour la première fois en France et Earomyia bazini, qui n'avait jamais été revue depuis sa description en 1932, est retrouvée !

Novembre 2013

L'automne est fortement arrosé, et les marais sont actuellement totalement inondés. Le travail des koniks polski est terminé pour 2013 au marais. Les derniers chevaux quittent la réserve naturelle le 7 novembre.
Quelques espèces d'oiseaux en passage sont encore observées, entre deux averses :
- 1 Balbuzard pêcheur le 17 octobre, au sud du lac,
- 2 adultes de Goéland brun au dessus du lac le 19/10 et un individu 1er hiver le 7/11 aux Vallières,
- 1 Mouette pygmée 1er hiver le 19/10 sur le lac ; 6 individus le 5/11 et 1 adulte le 7/11 aux Vallières
- 1 Grèbe à cou noir entre les deux lacs le 1/11
- passage de 122 Grues cendrées à Vaux et Chantegrue (Jérôme Brigatti/Sylvie Lorin), de 9 individus et d'un petit groupe de nuit aux Grangettes le 2/11
- 1 Mouette mélanocéphale 1er hiver le 6/11 aux Vallières
- un groupe conséquent de près de 250 Mouettes rieuses aux Vallières le 6/11
- Quelques Pigeons ramiers encore en migration le 8 novembre…

Malgré la météo délicate, deux séances de baguage de bécassines ont eu lieu : les 22 (11 Bécassines des marais et 2 Bécassines sourdes) et 29 octobre (5 Bécassines des marais).

Mais l'observation de l'automne sera réalisée lors d'une séance de baguage des passereaux paludicoles, coordonnée par Pierre DURLET, bagueur toutes espèces pour le CRBPO. Le 1er novembre, une surprise de taille attend Pierre et Laurent dans un des filets (144 mètres) placés dans la roselière. De prime abord, l'oiseau laisse penser à une femelle de Bruant des roseaux, mais de taille plus petite et d'une coloration plus terne. L'observation attentive de divers critères permet d'identifier formellement un mâle de Bruant nain.
Bruant nainL'oiseau sera bagué, photographié puis relâché rapidement. La donnée sera soumis au comité d'homologation national (CHN). Originaire du nord de l'Europe et surtout de la Sibérie, le Bruant nain ne fait que quelques rares apparitions en France chaque année. Il s'agit de la première donnée de l'espèce en Franche-Comté, et évidemment dans la réserve naturelle (c'est donc la 230ème espèce recensée !).

Octobre 2013

Quelques données de migration lors des dernières semaines :
- 1 Torcol fourmilier dans un saule au sud du lac le 12 septembre,
- un groupe d'une cinquantaine de Sarcelles d'hiver fréquentent les mares tourbeuses le 23 septembre,
- 1 Balbuzard pêcheur perché le long du Lhaut le 2 octobre,
- 1 Grande aigrette est observée depuis le 6 octobre, aux abords du lac,
- la première Bécassine sourde est notée le 7 octobre (une seconde est levée le 11).
Ambiance dans les marais - P. Durlet Les opérations de baguage démarrent malgré la météorologie capricieuse. Deux séances ont été réalisées dans les roselières au sud du lac les 28 septembre et 13 octobre. Voici les premiers résultats (B : baguage, C : contrôle) :

Espèce28 septembre13 octobre
Rousserolle effarvatte1B 
Martin pêcheur1B 
Bruant des roseaux11B ; 1C8B
Mésange bleue1B1B ; 1C
Pouillot véloce6B ; 1C8B
Roitelet triple-bandeau1B 
Fauvette à tête noire2B 
Rémiz penduline 4B
Mésange charbonnière 2B
Rougegorge 1B
Pouillot véloce - P. Durlet Rémiz penduline - P. Durlet Enfin le premier comptage des oiseaux d'eau a eu lieu le 13 octobre, très calme :
Grèbe huppé : 18
Sarcelle d'hiver : 3
Fuligule morillon : 3
Fuligule milouin : 1
Foulque macroule : 42
Canard colvert : 7
Cygne tuberculé : 6

Entomologie

Tetragoneura sylvatica / Wikipedia Peter Chandler, spécialiste européen des Mycetophilidés vient de finir un premier travail de détermination. Les larves de ces petits diptères Nématocères vivent le plus souvent dans les champignons, le bois mort et la litière. Les adultes fréquentent tous types d'habitats et participent activement à la pollinisation de certaines plantes. Au total 78 espèces, toutes nouvelles pour la réserve naturelle ont été inventoriées par ce spécialiste : 20 sont des premières mentions pour la faune française dont une est nouvelle pour la science !
Toujours activement en cours, l'inventaire des diptères de la réserve naturelle dépasse désormais les 730 espèces, ce qui est conséquent.

Septembre 2013

Globalement un beau mois d'août, concrétisant un été bien ensoleillé.

Fauche au marais

La fauche au marais débute traditionnellement après la mi-août, une fois la reproduction animale terminée. Quatre secteurs de marais ont été fauchés entre le 20 août et le 4 septembre pour 46 balles rondes de foin exportées. Des problèmes hydrauliques sur la faucheuse nous ont contraint à annuler la fauche d'un cinquième secteur (Vallières). Du foin de qualité cette année, utilisé pour l'hivernage de nos koniks polski qui estivent actuellement au marais entre les deux lacs.

Ecrevisse americaine

Prévue dans le plan de gestion, une opération de contrôle de l'écrevisse américaine dans le lac est en cours. Cette espèce exotique, introduite par l'homme, peut constituer un danger pour les populations encore fragiles d'écrevisses à pattes blanches (espèce autochtone) issues du programme de réintroduction mené entre 2006 et 2008 sur certains cours d'eau de la réserve. Une première opération les 20 et 21 août n'a permis la capture que de 3 écrevisses américaines. Une seconde opération est en cours actuellement.

Diptères
Une 211ème espèce de syrphe a été découverte dans la réserve naturelle, le long de la Drésine : Eristalinus sepulchralis. Dans un travail pour le Parc naturel régional du Haut-Jura (forêts du Risoux et du Massacre), l'équipe a découvert très probablement une nouvelle espèce pour la science ! Les individus viennent d'être envoyés en Norvège pour confirmation au spécialiste européen du genre concerné (Platycheirus).

Mois d'août calme pour les oiseaux :
- présence de la Bondrée apivore en forêt de la Grand'Côte,
- une nichée de Cassenoix moucheté dans cette même forêt (31 août),
- une nichée de Pie-grièche écorcheur tardive en bordure de réserve naturelle découverte le 11 août.
Les migrateurs commencent à être observés : Bécassines des marais (depuis le 25 août), Chevalier culblanc (26 août et 4 septembre) et un groupe de 15 à 20 Sarcelles d'hiver noté au Crossat le 29 août.
Les opérations de baguage doivent démarrer en septembre.

Août 2013

L'été est particulièrement ensoleillé, avec quelques épisodes orageux parfois violents.

Graphoderus bilineatus

En entomologie, le travail d'inventaire des coléoptères aquatiques s'est poursuivi avec une semaine de présence de Gilles NEVEU, Jean-Luc LAMBERT et Catherine GENIN. L'inventaire devrait déboucher sur une soixantaine d'espèces. Deux découvertes remarquables :
- Graphoderus bilineatus, dytiscidé protégé au niveau national et européen (annexes 2 et 4 de la Directive Habitats)
- Ditiscus circumcinctus, avec une bonne répartition sur l'ensemble de la réserve naturelle.

L'inventaire des papillons de nuit a enfin trouvé des conditions optimales fin juin et début juillet. Plusieurs nuits ont permis de contacter 80 à 100 espèces, et de nombreuses espèces rares espérées ont été contactées. Un bilan complet vous sera fourni dans une prochaine lettre d'information.

Les Odonates ont eu beaucoup de retard cette année, avec des phénologies très décalées. Une recherche approfondie n'a malheureusement pas permis de contacter la Leucorrhine à front blanc (Leucorrhinia albifrons) en 2013. Le Sympetrum jaune d'or (Sympetrum flaveolum) a été découvert le long de la Drésine (une femelle le 2 août), tout comme le Cordulegastre annelé (Cordulegaster boltonii) le 24 juillet.

Balisage de la RN

Chez les oiseaux, notons la découverte attendue d'une nichée de Sarcelle d'hiver, sur le Lhaut restauré ce printemps : 5 jeunes sont observés le 2 août. À noter que cet secteur, désormais magnifique, a permis également la nidification de deux couples de Fuligule morillon, avec des poussins notés fin juillet et début août.

Le balisage de la réserve naturelle est en cours de rénovation. Plusieurs panneaux ont été posés en début d'été sur les secteurs stratégiques, afin de rappeler la réglementation en vigueur.

Juillet 2013

Après un printemps très défavorable, les premières chaleurs arrivent enfin depuis la mi-juin. La phénologie des différentes espèces est en retard de 15 jours à un mois.
La bonne nouvelle ornithologique est l'arrivée d'un premier Râle de genets le 19 juin, suivi d'un second dans les premiers jours de juillet. Les retards de fauche contractualisés par les agriculteurs après le 15 août devraient permettre à ces oiseaux de se reproduire.
La Sarcelle d'hiver est présente (au moins 1 couple) sur le secteur du Lhaut restauré cet hiver.
Plusieurs Nettes rousses (au moins 2 mâles et une femelle) fréquentent la réserve fin juin début juillet. La preuve d'une nidification est recherchée.
Quatre poussins de Milan royaux ont été marqués et bagués à l'aire les 17 et 26 juin, avec l'équipe de la LPO Franche-Comté.
La très mauvaise année pour le Tarier des prés s'est confirmée : 5 couples seulement sont présents.
Signalons l'observation étonnante d'un vol de 16 Tadornes de Belon sur le lac le 4 juillet.

Côté insecte, la saison est très en retard. Phénomène étonnant pour les papillons, il a été possible d'observer fin juin dans le Haut-Doubs le Cuivré de la bistorte et le Damier de la succise (espèces précoces) avec le Fadet des tourbières et le Solitaire (espèces tardives).
A noter la présence de la Couleuvre à collier dans deux secteurs de l'extrémité sud de la réserve. Signalée pour la première fois le long du Doubs il y a 20 ans, ce reptile a donc terminé la colonisation complète de la réserve naturelle.

Mai-Juin 2013

D'ores et déjà, ce printemps 2013 sera très mauvais et à oublier : les mois d'avril et mai auront subi une météorologie très arrosée et froide. Il faudra attendre la mi-juin pour percevoir les premières chaleurs.
Côté oiseaux, les mauvaises nouvelles se succèdent :
- aucun Râle de genets pour l'instant,
- le couple de Vanneau huppé cantonné au sud du lac a abandonné,
- le nombre de Tarier des prés est extrêmement réduit sur la réserve : le dénombrement est en cours mais la population ne devrait pas dépasser 5 couples (plus mauvais résultat depuis plus de 20 années de suivi !)
- absence de la Locustelle luscinioïde,
- le suivi Milan royal ne permet de localiser que 3 aires. Une est abandonnée en fin de couvaison. Une première séance de baguage et marquage des poussins a eu lieu le 17 juin avec 2 oiseaux concernés. La dernière aire (avec des jeunes plus tardifs) sera visitée à la fin du mois. C'est peu !

Les bonnes nouvelles sont rares :
- présence d'une Marouette ponctuée entre les deux lacs (nidification sans doute en cours),
- 3 territoires de Bécassines des marais,
- présence et comportement de nidification pour la Sarcelle d'hiver au sud du lac (un à deux couples),
- vraisemblablement deux couples de Nette rousse entre les deux lacs,
- en forêt deux couples de Pigeon colombin nichent en Grand'Côte.

Côté entomologie, le début de printemps est catastrophique. Espérons que les espèces ont pu résister à ces mauvaises conditions, et sont simplement en retard. A la mi-juin, le marais est presque vide de papillons !
Un premier Cuivré de la bistorte est noté le 10 mai, puis plus rien jusqu'au 12 juin, avec quelques individus en tourbière du Crossat et en bas-marais. Aucun Damier de la succise pour l'instant. Toutes les libellules sont en retard. La Leucorrhine douteuse est actuellement notée en tourbière, ainsi qu'une belle population de Coenagrion hasté (C. hastulatum), espèce en forte progression sur la réserve (rare jusqu'alors).

Comme chaque année depuis 10 ans, nous réalisons au marais sud de la réserve naturelle le comptage d'une forte station de Fritillaires pintades (Fritillaria meleagris). Le but de ce suivi scientifique est de mettre en relation l'évolution du nombre de pieds de la fritillaire avec la gestion écologique de cette parcelle : aucune action / fauche tardive / aucune action / pâturage équin extensif.
Graphique fritillaire Comme le montre la courbe de tendance, cette gestion semble favorable à cette espèce prestigieuse, protégée au niveau régional.
Encore merci aux bénévoles pour leur participation aux comptages !

Avril 2013

Malgré un hiver qui dure, la migration de printemps est d'actualité :
- 2 Balbuzards pêcheurs en migration active les 14 et 30 mars,
- important passage de Rougequeues noirs le 22 mars,
- première Bergeronnette printanière le 23 mars,
- premières Hirondelles rustiques le 26 mars,
- 1 Grèbe à cou noir au nord du lac de Remoray le 27 mars,
- 6 Grandes aigrettes le long de la Taverne le même jour,
- 5 Garrots sur le lac (encore une femelle le 6 avril),
- 27 Bécassines des marais au sud du lac le 30 mars,
- 1 Huppe fasciée sous Grange Neuve le 31 mars,
- 11 Sarcelles d'été sur le Doubs en aval de la Taverne le même jour,
- 182 Sarcelles d'hiver sur le Doubs le même jour,
- 17 Vanneaux à la Louvetière le 1er avril,
- 1 Combattant varié à la Louvetière le même jour,
- 1 Cigogne blanche survole la Maison de la réserve le 4 avril,
- 3 Bruants zizis au blockhaus le 6 avril,
- quelques Chevaliers gambettes et 1 Chevalier culblanc le 10 avril,
- 1 couple de Canard pilet le 6 avril à la Louvetière,
- première Hirondelle de fenêtre le même jour,
- 3 Chevaliers culblancs le 13 avril au Rondeau,
- aujourd'hui (14 avril), premier Martinet noir à Labergement, premier Pouillot fitis et première Fauvette à tête noire.
Concernant les premiers nicheurs importants, signalons :
- la couvaison en cours des Hérons cendrés (dénombrement en cours),
- l'arrivée tardive des Milans royaux. Le 2 avril, 6 oiseaux chassent ensemble les vers de terre. Parmi eux, le mâle marqué "Marie-Claire" (blanc blanc, rouge bleu), nicheur local depuis 2009 et né à la Rivière-Drugeon en 2007. Le suivi des couples nicheurs débute actuellement.
- Quelques Vanneaux huppés fréquentent actuellement les extrémités du lac.
- L'installation des Bécassines des marais : le 1er avril, un oiseau chante au sol et un autre chevrotte au sud du lac. Sur le même secteur, 2 oiseaux chevrottent le 10 avril, alors qu'un chanteur au sol est contacté.

Hétéroptères
Punaise Carpocoris fuscispinus - J. Claude

Magalie Mazuy du CEN Franche-Comté vient de finir l'inventaire des punaises (hétéroptères) de la réserve naturelle. Son travail de détermination a permis d'actualiser le nombre total d'espèces inventoriées à 169. Des prospections complémentaires en 2012 dans le site Natura 2000 ont permis de contacter 21 espèces supplémentaires, portant l'inventaire général à 189 espèces ! Signalons la présence remarquable dans la réserve naturelle de 6 espèces nouvelles pour la Franche-Comté : Acompocoris alpinus, Brachyarthrum limitatum, Nysius graminicola, Parapsallus vitellinus, Psallus (Psallus) cruentatus, Psallus (Pityopsallus) piceae. Enfin Stagonomus (Dalleria) bipunctatus pusillus, n'est pas nouvelle mais constitue la seule donnée contemporaine franc-comtoise.

Syrphes

Fin 2012, la réserve naturelle a publié un rapport d'étude basé sur l'inventaire des Diptères syrphidés.
Si vous souhaitez en apprendre plus sur la santé écologique de la réserve naturelle et la méthode novatrice 'Syrph the Net', voici le lien de téléchargement sur le site RNF.

Ephéméroptères, Plécoptères et Trichoptères

Depuis plusieurs années ces insectes à larves aquatiques sont finement étudiés par l'entomologiste Jean-Paul REDING. Ce spécialiste suisse des ordres Plécoptères, Trichoptères et Ephéméroptères a continué son travail sur la réserve naturelle et ses alentours. Même s'il n'a pas révélé d'espèces nouvelles par rapport aux années précédentes, il a néanmoins confirmé la présence de plusieurs espèces rares signalées précédemment et précisé la distribution de quelques autres. En voici la synthèse :

La présence d'Enoicyla pusilla est confirmée en forêt de la Grand'Côte. Rappelons que ce Trichoptère (Limnephilidae), entièrement terrestre, est un spécialiste des "cheminées" dans les éboulis en milieu forestier. L'espèce vit parmi les feuilles mortes, mais a besoin d'un régime thermique très particulier fourni par les courants ascendants et descendants traversant les pierriers. Contrairement aux autres trichoptères, les femelles ont la caractéristique d'être aptères (sans aile). Ces nouvelles données vont permettre de préciser son écologie.

Les nouvelles identifications ont également confirmé la présence de tout un cortège de Trichoptères Limnephilidae inféodés aux microbiotopes aquatiques temporaires. Passant inaperçus à cause de leur taille insignifiante, ils recèlent pourtant une part non négligeable d'espèces caractéristiques comme Limnephilus auricula, Limnephilus ignavus, Limnephilus sparsus.

Le Plécoptère Nemoura dubitans, au bord de l'extinction sur le site des Vurpillières après les travaux de correction des années 1960, est en phase de recolonisation. Il a été trouvé dans le site Natura 2000 (spécimens isolés sans doute pionniers) et dans la tourbière du Crossat.

Éphémère - L. Beschet

À nouveau dans la forêt de la Grand'Côte, de nombreuses éphémères de la famille des Baetidae ont été trouvées. Certaines espèces sont rares comme Procloeon bifidum (larves dans les zones littorales des lacs), Procloeon pennulatum (zones à méandres des rivières), ainsi que Cloeon simile et Cloeon dipterum. Les Ephéméroptères mâles, constituent de larges essaims (des centaines, voire des milliers de spécimens) qui initient alors des mouvements ascendants et descendants, pour attirer les femelles.

La forêt de la Grand'Côte et les zones humides du Lac de Remoray offrent ainsi l'exemple de la complémentarité insoupçonnée d'un écosystème aquatique avec un écosystème forestier. Le rare Limnephilus germanus (Trichoptère Limnephilidae) et les espèces ci-dessus en témoignent.

Hyménoptères apidés

Apis melifera - J. Claude Une grande partie des abeilles étudiées au cours des trois dernières années dans la réserve naturelle viennent d'être identifiées par Daniel GOY (entomologiste rhônalpin). La famille des Apidés (Hyménoptères) est composée des abeilles sociales (abeilles domestiques, bourdons…) et des abeilles solitaires. Les adultes se nourrissent généralement de nectar et sont d'importants agents pollinisateurs.
Cette famille n'ayant pratiquement pas été étudiée, 40 espèces sur les 41 identifiées sont nouvelles pour la réserve naturelle ! La liste totale comporte actuellement 45 espèces. La détermination par ce spécialiste n'étant pas terminée, de nouvelles découvertes devraient arriver prochainement.

Mars 2013

Les travaux de restauration (reméandrement) du Lhaut sont à ce jour pratiquement terminés. Les conditions météorologiques ont permis à l'entreprise Jura Natura Services de travailler dans de bonnes conditions.
Apport des materiaux Mise en place d'un bouchon Les engins à très faible portance (180 gr/cm² pour la pelle de 21 tonnes - par comparaison, un homme standard pèse 350 à 400 gr/cm²) ont réussi à approvisionner les matériaux dans les secteurs les plus sensibles, aux abords du lac. Après plusieurs siècles de rectification, le tracé méandriforme de ce cours d'eau est à ce jour fonctionnel. La remontée du niveau d'eau est spectaculaire, et la connection entre la rivière et sa zone humide est rétablie.
Une page web sur le détail de ces travaux est en cours de réalisation et vous sera présentée le mois prochain.

Lors des périodes froides, le travail des engins a permis d'attirer les premiers migrateurs en quête de nourriture :
- Alouette des champs le 14 février,
- Pipit farlouse le 18 février,
- Bergeronnette grise le 27 février,
- premier chant de Grive draine le 27 février,
- Alouette lulu le 4 mars,
- premier chant de Mésange boréale le 4 mars,
- Rougequeue noir le 5 mars,
- Bruant des roseaux le 5 mars,
- premier chant de Troglodyte et Grive musicienne le 5 mars…
A noter également que le premier Milan royal a été observé entre les deux lacs le 25 janvier.
Deux traces de Gélinottes sont observées en forêt de la Grand'Côte le 16 mars.
Tout l'hiver, une troupe de Sizerin flammé a fréquenté diverses mangeoires du village de Labergement Sainte Marie. Une surveillance particulière sera portée ce printemps pour suivre la reproduction de cette espèce assez rare.

Un contrôle d'une Hirondelle rustique a été effectué par Pierre DURLET au sud du lac le 20 septembre 2012, lors d'une opération de baguage. Nous venons d'apprendre que la bague a été posée sur un poussin au nid le 24 juillet 2012 à Wettin en Allemagne (ex DDR), soit à 672 kilomètres de la réserve naturelle.

Le dernier comptage Wetlands des lacs de Saint-Point (St-P) et Remoray (R) a été effectué les 16 et 17 mars. Voici les résultats pour cet hiver :

  Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars
Espèce RSt-P RSt-P RSt-P RSt-P RSt-P RSt-P
Canard colvert   134 14 138 37 74 125 125 90 165 145 69
Sarcelle d'hiver     30   62   61   54   55  
Canard chipeau             6     13   2
Fuligule morillon   15 14 127 32 103 11 125 14 74 17 102
Fuligule milouin   13 4 64   39   79 2 58 1 49
Nette rousse                       2
Garrot à œil d'or         1   2     6   3
Harle bièvre         22   7 4 2   5 2
Cygne tuberculé   29 10 23 10 21 7 18 3 25 4 18
Foulque macroule   85 9 160 32 219 94 346 49 227 238 427
Poule d'eau   2                    
Grèbe huppé   31 4 9   4 1 16 1 6 4 39
Grèbe castagneux   3         2   4 11 12 5
Grand cormoran   15 6 3 2 1   10   8 12 13
Oie cendrée         6              
Total   327 91 524 198 461 316 723 219 593 493 731

Chiroptères

Murin à oreille échancrées - © Wikipedia

Les ultrasons des chauves-souris forestières enregistrés cet été dans la forêt de la Grand'Côte avec les naturalistes du réseau mammifères de l'ONF sont actuellement analysés. Nous savons d'ores et déja qu'une nouvelle espèce fréquente cette vieille futaie irrégulière : Le Murin à oreille échancrées.
Inscrit à l'annexe 2 de la directive européenne "Habitats Faune Flore" et vulnérable en Franche-Comté selon les critères de l'UICN, ce petit mammifère volant est le 15ème fréquentant la réserve naturelle. Ce chiffre, tout à fait remarquable, renforce l'intérêt de cette forêt pour les chauves-souris.

Hyménoptères pompilidés

Récupérés au cours des trois dernières années dans la réserve naturelle, les pompiles viennent d'être identifiés par un spécialiste français , Franck Herbrecht. Ces petites guêpes sont des parasitoïdes qui se développent uniquement aux dépens des araignées. Si les adultes se nourrissent de nectar, les femelles capturent des araignées, les paralysent par une piqûre puis les cachent dans une anfractuosité ou un terrier avant de pondre un œuf sur l'abdomen de la proie. La jeune larve s'en nourrira pour effectuer son développement. Parmi les 15 espèces ainsi identifiées, 10 sont nouvelles pour la réserve naturelle et 13 pour le site Natura 2000 !
A noter la présence de Priocnemis pellipleuris. Cette espèce est apparemment rare en France où il n'existe que 3 données (2 dans l'Aisne et une en Seine-et-Marne). Elle serait liée aux milieux humides, suspectée de nicher dans les tiges de roseaux et autres plantes. Un mâle seulement a été capturé dans le communal de Remoray.
pompile Arachnospila spissa Un autre petit pompile forestier rare a été trouvé dans la Grand'Côte : Dipogon vechti. Selon le spécialiste, les forêts du Doubs sembleraient présenter un intérêt particulier pour cette espèce, également présente à la réserve naturelle du ravin de Valbois.
D'autres familles d'hyménoptères sont actuellement en cours de détermination chez d'autres spécialistes. Rendez-vous donc le mois prochain pour de nouvelles infos croustillantes !

Février 2013

Nous allons vraisemblablement assister au premier cas d'hivernage complet de 3 grandes Aigrettes sur la vallée des deux lacs. En fonction du gel et du dégel, les individus sont observés tantôt sur Remoray, tantôt sur St Point. Il leur arrive parfois de descendre le long du Doubs en direction de Pontarlier. L'année dernière les oiseaux avaient du quitter les lieux durant une courte période alors que toutes les zones en eau étaient prises par la glace.
Du 2 au 9 février, une troupe de 28 Oies cendrées fréquente les prairies inondées au nord du lac.
Une troupe d'une quinzaine de Sizerins flammés passe l'hiver entre les deux lacs. Ils s'approchent régulièrement des mangeoires pour se nourrir.
Quelques Garrots à oeil d'or et Canards chipeaux sont encore observés avant le gel complet du lac. Une cinquantaine de Sarcelles d'hiver sont encore présentes sur la Taverne.
A plusieurs reprises, des troupes de Harles bièvres, allant jusqu'à une trentaine d'individus, sont observées sur le Doubs entre les deux lacs.

Le Comité consultatif de la réserve naturelle s'est tenu en mairie de Labergement le 29 janvier.
Suite à l'arrivée des dernières autorisations administratives, les travaux de restauration de la partie basse du Lhaut ont débuté il y a quelques jours. L'approvisionnement des matériaux nécessaires au comblement des parties rectilignes de ce cours d'eau est en cours. Ces travaux ont pour but de restaurer la fonctionnalité de la rivière et de sa zone humide (tracé méandreux et remontée du niveau de la nappe d'eau). Un bilan devrait être dressé lors de la prochaine lettre d'informations.

Le rapport d'activités 2012 de la réserve naturelle est disponible ici: Document PDF.

Archives
> 2018
> 2017
> 2016
> 2015
> 2014
> 2013
> 2012
> 2011
> 2010
> 2009
> 2008
> 2007