Maison de la Réserve Naturelle du Lac de Remoray - www.maisondelareserve.fr
Piquets dans la neige
Année suivante Année suivante
Année précédente Année précédente

Nouvelles de la Réserve Naturelle

Décembre 2016

Ornithologie
Les passages migratoires se poursuivent avec 8 Tadornes de Belon posés sur le lac le 28 novembre (12 sur le lac de Saint-Point le même jour), et 5 Vanneaux huppés qui s'alimentent aux Valières le lendemain. Deux Pie-grièches grises hivernent actuellement sur le territoire de la réserve naturelle. Le froid et l'étiage hivernal sévère actuellement ne permettent plus le stationnement d'un grand nombre de Bécassines. Le baguage de cet automne se fige donc à 48 oiseaux en 2016.
Concernant le baguage, deux autres informations intéressantes nous sont parvenues :
- Un Bruant des roseaux (femelle) a été bagué en Suisse aux étangs du Vernez de Chaux (Payerne, canton de Vaud) le 16 octobre 2013, et a été contrôlé dans la réserve naturelle par Pierre DURLET (bagueur CRBPO) le 19 octobre 2013, soit 3 jours plus tard. Cette observation traduit le passage d'oiseaux de Suisse en France en automne : Rémiz penduline baguée le 13 octobre 2013 sur le même étang suisse et contrôlée à Remoray le 18 octobre 2013, Bécasseau tacheté observé du 20 au 22 septembre 1989 au Fanel (nord lac d'Yverdon), puis à Chavornay et enfin au bord du lac de Remoray.
- Une femelle de Faucon crécerelle est trouvée morte au village de Petite-Chaux le 5 décembre 2016. Cet oiseau est porteur d'une bague finlandaise ! Les informations seront relayées dès connaissance dans une prochaine lettre d'information.

Entomologie
Semaine diptères - C. Mazuez C'est désormais presque une tradition. Une semaine de formation est consacrée en novembre à l'étude des diptères, pour aller plus loin dans la déterminations des récoltes issues de l'étude syrphes (2009 à 2011). Du 14 au 18 novembre, Phil WITHERS et Christophe LAURIAUT (deux des meilleurs diptéristes français) étaient présents en appui à l'équipe gestionnaire (photo). Cette séance a permis de valider nos collections de références et de nouvelles avancées sur plusieurs familles :
- Lauxanidae : ces (très) petits diptères (2 à 7 mm) sont représentés par 160 espèces en Europe. Les larves vivent au niveau des champignons et moisissures, dans la litière et dans les nids des oiseaux. La majorité des espèces est inféodé aux endroits ombragés des bois humides, aux marais et aux berges, mais certaines espèces sont également adaptées aux milieux plus secs et plus ouverts comme les dunes et prairies. 7 nouvelles espèces pour la réserve naturelle ont été déterminées.
- Micropeziade : Les larves sont phytophages ou saprophages et vivent en général dans la matière en décomposition (nodules des légumineuses, bois pourri, fumier, etc.) Les adultes chassent de petits insectes et autres invertébrés sur les fleurs, feuilles, fruits en décomposition ou excréments. Cette petite famille élégante compte 22 espèces en Europe. Les 2 nouvelles espèces déterminées intègrent les 7 taxons de la réserve naturelle.
- L'inventaire des Pipunculidae (petits parasites des cicadelles (200 espèces en Europe)) tend désormais vers l'exhaustivité, avec 50 espèces actuellement connues (soit 1/3 de la faune française !). Pour cette famille, une publication est en cours pour la faune de France (Phil WITHERS, Jocelyn CLAUDE).
- Un complément sur les Dolichopodidae a également démarré. Il s'agit de petites mouches prédatrices, aux longues pattes et corps souvent métallique, très nombreuses et caractéristiques des milieux humides (775 espèces en Europe). 64 espèces étaient recensées en 2015 dans le plan de gestion de la réserve naturelle. Onze nouvelles espèces complètent d'ores et déjà cet inventaire qui devrait évoluer.
- Une mise à jour des Scathophagidae de France fera l'objet d'une prochaine publication (Phil WITHERS, Bruno TISSOT), tout comme d'une nouvelle clef d'identification française des Psiilidae (Phil WITHERS, Jocelyn CLAUDE).
- De nouvelles prospections 2016 en mégaphorbiaie et cariçaie, au nord-est du lac, apportent également de nouvelles connaissances pour les diptères. 5 espèces de Sciomyzidae (famille de diptères liée aux mollusques) sont par exemple découvertes.
- Les deux spécialistes doivent encore déterminer de nombreux spécimens, avec de nouvelles espèces attendues notamment chez les Muscides, les Tachinidae, etc. Affaire à suivre donc…

La dynamique "diptères" ne cesse de progresser dans notre association, qui profite en premier lieu à la connaissance de la réserve naturelle du lac de Remoray (près de 1100 espèces désormais recencées !), mais également pour de nombreuses autres réserves naturelles françaises. A noter que notre savoir-faire sur les syrphes va également passer les frontières, avec une formation proposée pour l'automne 2017 à nos collègues suisses (Neuchâtel).

Début décembre, 2 nouveaux panneaux informatifs ont été installés par l'ONF aux entrées de la Réserve biologique intégrale de la forêt de la Grand'Côte. Enfin les chevaux Koniks polski ont quitté la réserve naturelle le 29 novembre pour rejoindre leurs quartiers d'hiver au Montrinsans. 7 mois de présence pour un travail magnifique au profit de la biodiversité.

Novembre 2016

La migration des oiseaux se poursuit avec 9 Milans royaux le 26 octobre.
La Pie-grièche grise hivernante est régulièrement vue dans les marais sud de la réserve naturelle et chante même le 20 octobre !
Le 22 octobre, une centaine de Sarcelles d'hiver arrive sur le lac, et une Buse pattue est observée chassant dans le marais (homologation en cours).
Le 31 octobre, la séance de baguage a permis de baguer 14 Bécassines des marais et 5 Bécassines sourdes, et de contrôler 6 bécassines des marais, dont une baguée le 29/10/2013 et une le 30/08/2014. Un mâle d'Épervier d'Europe est également pris dans les filets.
Cinq femelles de Harle huppé sont observées sur le lac le 12 novembre; Quatre Vanneaux huppés dans les prairies agricoles en Natura 2000 et les 2 premiers Grands butors de l'hiver sont observés dans les roselières du sud du lac de Saint-Point.

Le comptage des oiseaux d'eau du 14 novembre donne le résultat suivant :

- 29 Fuligules morillon
- 5 Fuligules milouin
- 6 Cygnes tuberculés
- 8 Grèbes huppés
- 6 Grèbes castagneux
- 15 Foulques macroules
- 10 Canards colverts
- 121 Sarcelles d'hiver
- 4 Grandes aigrettes
- 14 Grands cormorans
- 2 Martin-pêcheurs

Deux Hermines blanches chassent furtivement dans les prairies bordant le lac le 22 octobre.
Une excursion dans le blockhaus le 2 novembre permet de compter 25 Paon du jour hivernants.

Octobre 2016

Un programme ambitieux pour améliorer le lac de Remoray
Face au constat partagé de dégradation de la qualité des eaux du lac de Remoray, un programme ambitieux se met en place pour mieux cerner scientifiquement les causes de dysfonctionnement.
Grâce au financement de la DREAL Bourgogne-Franche-Comté, de l'Agence de l'eau RMC, de l'Université de Franche-Comté (et ses partenaires), du PNR du Haut-Jura et de la Fédération des pêcheurs du Doubs, des analyses poussées ont démarré sur les cours d'eau alimentant le lac, sur les sédiments et la physico-chimie de ce dernier.
Une réflexion en cours avec la Fruitière des lacs et des études sur la faune (poissons, invertébrés aquatiques) complètent le dispositif. Un premier comité de pilotage s'est tenu à la Maison de la Réserve le 7 octobre, dans un esprit très partenarial et constructif. Les conclusions, attendues pour l'automne 2017, doivent permettre un programme de mesures et d'actions pour inverser cette tendance.
Lac sentinelle étudié de près, le lac de Remoray servira sans doute d'exemple pour le tout proche lac de Saint-Point, soumis lui aussi à une dégradation marquée de sa qualité biologique.le lac de Remoray, priorité du 4ème plan de gestion de la réserve naturelle nationale

Ornithologie
La route des oiseaux migrateurs emprunte la réserve naturelle. Le 21 septembre, nous observons 7 Canards pilets en compagnie d'environ 170 Sarcelles d'hiver qui prennent quelques jours de repos. Un important passage de Milans royaux se produit fin septembre avec une vingtaine d'individus volant au-dessus de la forêt de la Grand'Côte le 22 septembre. Une Mouette mélanocéphale (1er hiver) est observée avec une cinquantaine de Mouettes rieuses le 1er octobre sur la base de loisirs. Un Busard des roseaux juvénile s'attarde dans les marais de la réserve naturelle le 3 octobre, levant quelques Bécassines des marais au passage. La première Bécassine sourde est observée le même jour. Un groupe de Rémiz pendulines est entendu le lendemain au marais. Un vol d'environ 60 Grands cormorans anime le ciel en tombée de nuit le 4 octobre et 6 autres le 5 octobre.
Les prospections automnales de la Chevêchette d'Europe ont repris et deux territoire sont déjà marqués par leurs chants d'automne les 28 septembre, 3 et 5 octobre.

Nouvelles entomologiques
Quelques chants d'orthoptères résonnent encore dans la forêt avec un Grillon des bois (Nemobius sylvestris) le 28 septembre en tombée de nuit, et dans le marais avec de nombreux Criquets ensanglantés (Stethophyma grossum), Criquets palustres (Chorthippus montanus) et Decticelles bariolées (Roeseliana roeselii) le 3 octobre.

Cheilosia sahlbergiDans le cadre du programme LIFE « Tourbières du Jura », notre association réalise des diagnostics écologiques à l'aide des syrphes dans les tourbières concernées par des actions de restauration. Dans la tourbière des Creugnots (commune de Bonnétage, site N2000 du Dessoubre), une nouvelle espèce de cette famille de diptères a été découverte en France : Xylota caeruliventris. Cette espèce n'était, à ce jour, connue que de Scandinavie et d'un site en Allemagne. Cette découverte a été confirmée par Martin Speight, spécialiste européen des syrphes et de passage en appui à notre équipe.
A cette occasion, une nouvelle espèce régionale a été déterminée pour la réserve naturelle : Cheilosia sahlbergi. Enfin, 2 salariés de l'équipe ont participé à une formation sur les Hyménoptères. De nouvelles perspectives s'ouvrent sur cet ordre, plus important encore que les diptères et dont la connaissance dans la réserve naturelle mérite d'être développée.

Septembre 2016

Le mois d'août sec a considérablement fait baisser les niveaux d'eau et les premières pluies de septembre sont bénéfiques pour les marais et les nappes phréatiques. Le Haut-Doubs a été épargné par le début de sécheresse.

La migration des oiseaux bat son plein :
Deux Chevalier guignettes et une Gorgebleue à miroir sont observés les 18 et 21 août sur la base de loisirs, puis des Gobemouches noirs les 24 et 30 août. Un Balbuzard pêcheur survole les marais sud le 31 août. Un Chevalier aboyeur et un Chevalier culblanc sont observés sur les vasières le 1er septembre, puis un Chevalier aboyeur et 2 Chevaliers Culblanc le 7 septembre sur la base de loisirs.
Un Busard des roseaux est observé le 16 septembre tandis qu'un autre Busard chasse dans les marais au sud du lac en levant une dizaine de Bécassines des marais 3 jours plus tard. La première séance de baguage de Bécassines des marais est prévu cette semaine.
Le passage de Bergeronnettes printanières est marqué avec un groupe de 15 individus le 7 septembre sur la base de loisirs, et une dizaine d'oiseaux en compagnie des chevaux dans les marais le 19 septembre.
Le premier Martin pêcheur est observé sur le lac le 1er septembre.

Côté orthoptères, la population d'Œdipode stridulante (Psophus stridulus) du site Natura 2000 de la Clusette est toujours présente mais aucun individu n'a été observé sur la station de la commune de Brey et Maison du bois découverte l'année dernière. La Decticelle cendrée (Pholidoptera griseoaptera) chante dans la réserve naturelle début septembre et quelques Barbitiste des bois (Barbitistes serricauda) sont entendus le 6 septembre grâce à une batbox lors de la sortie associative dans la forêt de la Grand'Côte.

Nouvelles de rapaces
Un Milan royal marqué blanc-blanc rouge-bleu a été observé début septembre, il s'agit de Robin, un individu de 8 ans né à Malpas le 25 juin 2008.

Reptiles
Le 19 août, une Couleuvre à collier nage sur le lac. Mi-septembre, 2 couleuvres à colliers sont écrasées sur la route entre le lac et la forêt de la Grand'Côte.

Zooplancton
Les prélèvement d'août ont permis d'inventorier 5 nouvelles espèces pour la réserve naturelle : 2 copépodes et 3 rotifères dont Heterolepadella ehrenbergi et Lecane ludwigii (en photos).

Heterolepadella ehrenbergi Lecane ludwigii

Août 2016

Botanique
Oeillet superbe Le comptage annuel des Œillets superbes (Dianthus superbus) s'est déroulé le 14 juillet 2016 sur la parcelle du Buclé, située en limite de la réserve naturelle. Malgré la météo pluvieuse, plusieurs personnes ont répondu présentes et ont contribué à compter 759 tiges soit le moins bon résultat depuis le lancement du comptage en 2006. Généralement, près de 3000 pieds en moyenne sont observés mais les effectifs fluctuent fortement d'une année sur l'autre (écart-type = 2058) sans que l'on en connaisse la raison. La tendance générale reste cependant stable voire positive et la gestion de cette parcelle par rotation (fauche tardive prévue en 2016, repos, pâturage extensif, repos) semble convenir à la conservation de cette espèce prestigieuse.

En stage pendant 4 mois sur les suivis floristiques de la réserve naturelle et leur analyse, Charline Bonnet a organisé 2 sorties découverte de la flore du Mont d'Or. Les participants ont pu découvrir, entre autre, le magnifique Œillet des rochers (Dianthus sylvestris), la Campanule agglomérée (Campanula glomerata), le Lis martagon (Lilium martagon). Merci à elle pour son enthousiasme, sa bonne humeur et la qualité de son travail, qui sera détaillé dans la prochaine lettre !

Erythromma lindenii - Loz / Wikipedia

Entomologie
Plusieurs prospections sur les libellules sont, entre autres, réalisées ce mois-ci.
La Leucorrhine à front blanc (Leucorrhinia albifrons) n'est malheureusement pas retrouvée cette année. Cependant, plusieurs mâles de Naïade aux yeux bleus (Erythromma lindenii) sont découverts en nénupharaie. Cette espèce intéressante, inventoriée en 1985, n'a pas été observée depuis 1995 et 1996 !

Côté papillons, les transects hebdomadaire sont maintenant composés quasi-exclusivement que du Moiré sylvicole (Erebia aethiops). Quelques vieux individus de Nacré de la sanguisorbe (Brenthis ino) ou encore de Grand Nacré (Argynnis aglaja) sont encore observés. La saison se termine donc, laissant place aux orthoptères.

Clitocybe diosma - D.Sugny

Mycologie
Le travail d'inventaire de la fonge continue grâce à la Fédération mycologique de l'Est (FME), avec plusieurs sorties effectuées ce mois-ci en tourbières, marais et forêt de la Grand'Côte. Dans cette dernière, et parmi de nombreuses espèces nouvelles espèces pour la réserve naturelle, Clitocybe diosma est découverte sur une souche. Cette espère est nouvelle pour la fonge Franc-Comtoise !

Zooplancton
Le riche travail d'inventaire d'Anaëlle BERNARD continue avec 110 espèces inventoriées dans le site Natura 2000 et 106 dans la réserve naturelle ! Deux autres compagnes d'échantillonnages sont encore planifiées et devraient augmenter l'inventaire.

Ichtyologie
Du 25 au 28 juillet, une étude de la faune piscicole du lac a été coordonnée par l'ONEMA. La prestigieuse Truite de lac n'a pas été retrouvée et des déséquilibres dans la population de Corégone sont décelés. Les conclusions de ce travail seront rendues d'ici quelques mois.

Ornithologie
La saison de nidification tire à sa fin avec des découvertes de nichées tardives chez les oiseaux d'eau. Des poussins de quelques jours sont encore observés début août (notamment une nichée de 6 Canard colvert sur la Taverne et 3 à 4 nichées de Foulques dans ce même secteur). De nombreuses nichées de Fuligules milouin sont notées fin juillet, notamment avec 4 nichées différentes le 24 juillet sur le Doubs et la Taverne. Au moins 2 nichées de Nette rousse sont découvertes au sud du lac de Saint-Point fin juillet. Une nichée toute récente également de Grèbe huppé avec une femelle portant deux jeunes zébrés sur son dos le 3 aout proche de la Taverne. Spectacle étonnant le 31 juillet avec une femelle de Nette rousse accompagnée de 4 poussins de quelques jours, deux de son espèce et deux de Fuligule morillon. Comment expliquer cette nichée hybride ? Croisement de deux nichées et mélange des poussins ou ponte d'une femelle de morillon dans le nid d'une femelle de Nette rousse ?
La reproduction de la Poule d'eau (bonne année pour l'espèce) est certifiée sur le plan d'eau de la seigne le 1er aout et dans la Taverne le 24 juillet. Deux jeunes Bec-croisés des sapins accompagnés d'une femelle adulte sont également observés le 19 juillet dans la tourbière du Crossat (sans doute une famille en migration).

La Locustelle luscinioïde, présente sur la Taverne depuis le 7 juillet, ne semble pas avoir apprécié le feu d'artifice du 14. Encore présente en début de soirée (20 h), ce mâle chanteur ne fut jamais réentendu par la suite. A la baraque des pêcheurs, une femelle Gobemouche gris nourrit des jeunes le 10 juillet. Une femelle de Busard des roseaux est observée les 11 juillet et 3 août. Une bonne nouvelle vient finalement de la Pie-grièche écorcheur, avec 4 et peut-être 5 couples sur un périmètre proche de la réserve naturelle. Quelques données de Bondrée apivore sont réalisées sur des nicheurs potentiels : le 25 juillet et le 26.

Coté migration, les mouvements automnaux vers le sud ont démarré : 3 Vanneaux huppés (dont un jeune de l'année) présents au sud du lac le 9 juillet, 3 Chevaliers culblancs le 20 juillet sur le port à la base de loisirs et 2 posés sur les nénuphars au sud du lac le 25 juillet, une grande aigrette vue au marais sud le 4 aout, alors qu'un second oiseau est noté durant le week-end qui suit dans la héronnière du plan d'eau de la Seigne. Les premières Bécassines des marais sont observées dès le 25 juillet et 3 Sternes pierregarin au sud du lac de Saint-Point le 31 juillet…

Police et surveillance
Le décret ministériel du 15 avril 1980, portant création de la réserve naturelle, fixe la réglementation nécessaire à la préservation de ce cœur de nature. Deux procès-verbaux (par timbre amende) ont sanctionnés plusieurs infractions de navigation avec une embarcation prohibée, circulation en zone interdite et camping sur la base de loisirs ce mois-ci ! Merci d'être vigilants à la signalisation lors de vos déplacements en nature et de tenir votre chien en laisse dans la réserve naturelle (base de loisirs) !

Juillet 2016

Le mois de juin très pluvieux continue de rendre la nidification des oiseaux compliquée en 2016. Même si le beau temps revenu en juillet apportera sans doute quelques bonnes nouvelles en fin de saison, l'année sera globalement mauvaise pour l'ornithologie.
Finalement, une seule nichée de Milan royal aura été marquée (2 jeunes) en 2016. Le soleil arrivera trop tard pour mener l'opération sur l'aire la plus précoce (jeunes déjà à l'envol), deux nichées ont été abandonnées (aires vides), une autre concerne sans doute un couple en devenir (apport de branches à l'aire jusqu'à fin juin) et la dernière aire n'a finalement pas été decouverte.
Plusieurs Râles des genêts ont fréquenté des secteurs de prairies humides (sans doute 4 oiseaux au total), et le dernier chanteur fréquente les zones à fauches très tardives (15 août).
Côté Tariers des prés, seuls 3 couples sur 5 auront eu des jeunes en nombre réduit. Le déclin se poursuit irrémédiablement pour cette espèce autrefois si commune.
Le Faucon hobereau semble être installé en forêt de la Grand'Côte et la recherche des jeunes sera réalisée en juillet.

Les nichées tardives commencent à s'observer chez les oiseaux d'eau : Fuligule milouin et morillon (nichées début juillet) et la présence de la Sarcelle d'hiver et de la Nette rousse est encore d'actualité ces derniers jours. Arrivées également tardives d'un chanteur de Rousserolle turdoïde noté au sud du lac depuis le 22 juin et d'un chanteur de Locustelle luscinioïde à la Taverne depuis le 8 juillet. Observation étonnante d'un chanteur de Blongios nain entendu au sud du lac de Saint-Point les 22 et 23 juin, concernant un oiseau de passage qui ne semble plus présent sur le site.
Les premiers migrateurs annoncent désormais l'automne : Chevalier guignette (11 juillet), Vanneau huppé (2 adultes et un jeune le 9 juillet)…

Lac et zooplancton
Marouette en action Dans le cadre du 4ème plan de gestion de la réserve naturelle (2016-2025), un important programme est lancé pour étudier finement le lac de Remoray et son bassin versant (physico-chimie de l'eau et des sédiments, pêche scientifique, analyse des flux de matière organique...). Dans ce contexte, un zodiac à moteur électrique baptisé "Marouette" a été acquis en 2016 (financement DREAL) pour permettre une navigation autonome à l'équipe de gestion et également faciliter le déplacement du matériel de mesure en différents points du plan d'eau.Pleuroxus truncatus

Une des premières missions réalisées au large par "Marouette" consiste à effectuer des prélèvements mensuels de zooplancton !
Plus de 100 espèces de ce vaste groupe à la base du réseau trophique aquatique sont déjà inventoriées dans la réserve naturelle par Anaëlle BERNARD, stagiaire Master II à l'université de Clermont-Ferrand, et portant l'inventaire général à plus de 4 300 espèces !

Entomologie
Le printemps, fortement arrosé et frais, fût catastrophique pour les prospections entomologiques qui ont suivi : le Cuivré de la Bistorte est observé tardivement (premier individu le 18 juin) et très peu d'individus sont observés lors du transect hebdomadaire. Également avec deux semaines de retard, le premier Damier de la Succise est observé au marais le 6 juin ! Même constat pour le Solitaire, observé pour la première fois le 27 juin dans la réserve naturelle.
Dans le Drugeon, le suivi du Fadet des tourbières démarre seulement le 24 juin, avec également plus de deux semaines de retard et des résultats en très forte diminution. Les même tendances pour cette prestigieuse espèce sont observées localement dans le site Natura 2000 "Vallons de la Drésine et de la Bonavette" et aucun individu n'est à nouveau retrouvé cette année dans la réserve naturelle. Ce constat inquiétant observé depuis plusieurs années est probablement lié aux changements globaux, déstructurant les successions saisonnières et accentuant les phénomènes de sécheresse/inondations.

Inocybe lanuginosa

Cette année et jusqu'en 2018 démarre une étude complète des champignons de la réserve naturelle. Pour mémoire seules 256 espèces sont actuellement connues contre 2000 à 3000 potentiellement attendues ! Une première journée pour lancer les prospections avait donc lieu le 23 juin avec les mycologues de la Société d'Histoire Naturelle du Haut Doubs, la Fédération mycologique de l'Est et Claude PAGE, notre mycologue de l'étape. Cette étude s'annonce déjà passionnante avec près de 90 espèces observées lors de cette première journée ! Affaire à suivre…

Juin 2016

Bénéfique pour les tourbières et les nappes phréatiques, la météo froide et pluvieuse de ce mois est catastrophique pour les oiseaux avec de nombreuses couvées abandonnées (Pipits farlouses, Grèbes, Bécassines des marais, etc.) ainsi que pour les insectes.

Un Gobemouche gris est observé vers la base de loisirs le 18 mai. Le même jour, un Faucon hobereau chasse dans les marais sud et une Bondrée apivore passe en migration. Le 3 juin, un autre Faucon hobereau chasse au dessus du marais sud du lac de St Point.
Une Locustelle tâchetée chante dans les marais sud le 25 mai. Deux Grandes aigrettes s'alimentent dans les marais le 2 juin. Leur bec de couleur noir indique que leur période de nidification commence. Elle n'ont malheureusement pas été revues depuis…
Le couple de Nettes rousses et un mâle isolé se baladent toujours sur un vaste secteur. Il est vu tantôt dans le marais au sud du lac de St Point, tantôt en aval du village de Oye-et-Pallet sur les inondations du Doubs (le 21 mai).
Depuis le 12 mai deux mâles de Rousserolles turdoïdes chantent dans la roselière au sud du lac de St Point. La première Rousserolle verderolle est entendue dans la réserve naturelle le 25 mai. Une attention particulière est portée cette année sur cette espèce pour dénombrer le nombre de couples nicheurs dans la réserve.
En forêt, un Pigeon colombin chante dans la Grand'Côte le 26 mai et un nid de Troglodyte mignon abritant 5 œufs est découvert.
Trois couples de Pie-grièches écorcheurs se sont installés fin mai autour de la réserve naturelle. Concernant les Tariers des prés, 2 couples sont toujours présents dans la réserve naturelle et 3 couples dans ses abords immédiats. Au 10 juin la couvaison n'a pas encore débutée.

Les premiers Râles des genets chantent le 24 mai dans les marais et prairies au nord de la réserve naturelle. Ces deux individus sont entendus les jours suivants. Un troisième Râle des genets chante dans les praires au sud de la réserve naturelle le 4 juin. Dans le cadre du baguage acoustique de cette espèce, deux Râles des genets ont pu être enregistrés. Les sons vont servir à identifier les mâles grâce à leur chant.

Côté Milans royaux, 6 couples ont donc été identifiés sur la zone d'étude. Deux nichées devraient être baguées et marquées le 15 juin, deux nichées n'ont pas encore pu être observées, les jeunes étant sans doute encore trop petits. Malgré l'implication de bénévoles, deux nids n'ont pas encore été trouvés.

Entomologie
Un Tétrix bipunctata est observé dans la Grand'Côte le 31 mai.

Mai 2016

Les passages migratoires se poursuivent.
On note un passage important de Chevaliers aboyeurs : un individu est contacté le 14 avril au marais en compagnie de 2 Chevaliers culblancs, 5 Chevaliers aboyeurs le 18 avril aux Valières et 7 le lendemain au même endroit. Un Chevalier aboyeur est contacté le 20 avril, un autre est observé se nourrissant sur la base de loisirs le 25 avril, et un autre crie le 3 mai aux Valières en compagnie d'un Chevalier Culblanc. Deux autres Chevalier aboyeurs sont entendus le 6 mai au Rondeau.
Deux Rémiz pendulines font halte sur la base de loisirs le 14 avril, un Goéland brun adulte vole 15 avril à la Louvetière et une trentaine de Bergeronettes printanières s'alimentent le 18 avril dans les marais nord. Trois Cigognes noires passent en vol et un Gobemouche noire mâle est observé sur la base de loisir le 19 avril. Le lendemain, une Cigogne blanche se nourrit dans les marais nord près d'un Chevalier sylvain. Un couple de Canards souchets visite la Taverne le 25 avril. Encore un Bihoreau gris en tombée de nuit le 21 avril. Le 27 avril, un couple de Chevaliers guignettes parade sur la plage de la base de loisirs, où deux Harles bièvres mâles sont encore présent. Un Traquet motteux mâle visite la base de loisirs ce 27 avril et une femelle le lendemain. Le même soir, très probablement un Héron gardeboeuf survole le marais (cris), un Héron pourpré entre les deux lacs le 28 avril et un autre en vol au sud du lac le 5 mai.

Les arrivées des oiseaux nicheurs s'échelonnent et les couples s'installent progressivement.
Le 20 avril, arrivée des premiers (4) Tariers des prés au nord-est du lac. L'installation de piquets est tentée cette année pour attirer les oiseaux dans le secteur en réserve naturelle (fauche tardive). Rendez-vous dans un mois pour voir l'efficacité du dispositif.
Le premier chant du Coucou gris est entendu vers la tourbière et un Bruant zizi chante à la base de loisirs le 21 avril. La visite des nids de Milans royaux permet de noter le début de la couvaison de certains couples le 25 avril. Les premières Pie-grièche écorcheur et Locustelle tachetée sont notées le 6 mai. Les premiers Faucons hobereaux chassent au-dessus des prairies le 8 mai.

La dernière soirée de prospection des rapaces nocturnes dans la forêt de la Grand'Côte, par le groupe de bénévoles et avec l'ONF permet de mettre en évidence la présence d'une Chouette de Tengmalm, un Hibou Moyen-duc et 2 à 3 Chouettes hulottes. Un grand merci aux participants !

Bonne nouvelle pour les Gélinottes ! L'espèce est suivie par un protocole sur 53 placettes réparties dans la forêt de la Grand'Côte renseignant sur la présence ou l'absence de l'espèce via ses indices de présence. Alors que 12 placettes avaient été contrôlées positives en 2010-1011, 19 positives le sont en 2016, avec un nouveau secteur de la forêt occupé. Toujours en forêt, une Bécasse de bois est levée dans la Grand'Côte le 18 avril. Le premier Pouillot de Bonelli chante en bordure de la réserve naturelle le 9 mai.

Concernant les Bécassines des marais, les craintes évoquées dans la dernière lettre se sont concrétisées : une montée d'eau importante le 17 avril (55 l au m²) puis 5 cm de neige le 27 avril ont redistribué les cartes. Certains couples présents se sont déplacés à plusieurs reprises, mais l'estimation de 6 couples nicheurs est confirmée, ce qui est un résultat excellent.

Le recensement 2016 des Râles d'eau, réalisé les 9 et 10 mai, est lui aussi excellent : avec 77 individus contactés, le résultat 2016 est le meilleur depuis 23 années de suivi de l'espèce. Très bonne année également pour la Gallinule poule-d'eau, avec 4 territoires notés cette année dans la réserve naturelle. Un mâle de Sarcelle d'été est noté le 28 avril à la Louvetière. Une nichée de 3 Foulques macroules, toujours dans le nid, est notée sur la Taverne le 9 mai. Le même jour, 2 mâles et une femelle de Nette rousse sont observés au sud du lac de Saint-Point, et 2 Rousseroles turdoïdes chantent dans la roselière du sud du lac de Saint-Point.

Primevère farineuse

Tournant dans la vie de la héronnière : nous constatons le 25 avril que les nids de la Platière ont été abandonnés, et que 15 nids composent maintenant la héronnière sur l'île du plan d'eau de la base de loisirs.

Entomologie
Un tandem de Lestes bruns profite d'une journée ensoleillée sur la base de loisirs le 21 avril. La Courtilière chante dans les prairies qui bordent le lac les 7 et 10 mai.

Botanique
Les Primevères farineuses fleurissent le 25 avril sur la base de loisirs : rappelons qu'il est interdit de cueillir cette belle fleur dans la réserve naturelle !

Enfin signalons le retour des 5 koniks polski le 4 mai dans les marais de la réserve naturelle.

Avril 2016

L'équipe de gestion de la Réserve naturelle a choisi 2016 pour être une année de référence concernant l'ornithologie de cet espace protégé. Un nouveau groupe bénévoles oiseaux a été constitué pour épauler l'équipe.
Il semble que le choix de l'année fut judicieux, car l'année démarre en trombe. Accrochez-vous, certaines nouvelles sont très intéressantes !

Fin de l'hivernage
Les derniers hivernants s'attardent avec 17 Harles bièvres encore présents sur le lac le 17 mars. Ce même jour, un Butor étoilé est noté en tombée de nuit, puis un autre individu au sud du lac le 27 mars (cris en vol).
Le 18 mars, une Pie-Grièche grise chante en tombée de nuit perchée sur un bouleau au marais. L'oiseau est observé une dernière fois le lendemain toujours sur le même arbre. Le groupe de Sarcelles d'hiver est encore présent, avec 126 oiseaux le 24 mars, 137 le 26 mars et 74 le 13 avril. Quelques Sarcelles d'été se joignent au groupe lors de leur migration.

Migration printanière (prénuptiale)
Après la Cigogne noire observée du 12 au 14 mars (départ vers midi) dans le marais, un second oiseau est observé ce dernier jour, partant plein sud en tombée de nuit.
Deux Bécassines sourdes sont levées au marais le 15 mars, puis encore une le 6 avril. Un Balbuzard pêcheur est noté au nord de la réserve le 23 mars, et un second chasse sur le plan d'eau de la seigne le 29 mars. Quinze Cigognes blanches font halte à Remoray le 18 mars pour passer la nuit. Un Busard des roseaux chasse sur la Taverne le 16 mars, puis un autre le 13 avril. Le 23 mars, 9 Vanneaux huppés, 3 Grèbes à cou noir, 2 Canards pilets, 3 Nettes rousses et 5 Canards souchets sont observés sur le lac de Remoray et entre les deux lacs. Le 13 avril, 7 mâles et 4 femelles de Canard souchet fréquentent la réserve naturelle.
Observations précoces le 1er avril d'une Guifette noire chassant sur la lac et d'un mâle de Gobemouche noir aux Granges-Sainte-Marie.
Sur la base de loisirs, un Bihoreau gris est observé le 6 puis les 11 et 13 avril. Une Aigrette garzette est notée le 13 avril entre les deux lacs.

Huppe aux Fourgs - photo Elie Bulle A noter également le passage exceptionnel de Huppes fasciées dans le Haut-Doubs : des oiseaux sont observés aux Granges-Sainte-Marie le 27 mars, au Brey et aux Fourgs le 3 avril, à la Maison de la Réserve le 4 avril et à Malbuisson le 11 avril ! Ouvrez l'oeil…

Nidification
Les oiseaux nicheurs arrivent. Le premier Tarier pâtre se montre sur la base de loisirs le 16 mars. Un Pigeon colombin chante avec entrain les 17 et 18 mars dans la forêt de la Grand'Côte. Le 18 mars, le premier chant de Pouillot véloce est noté en forêt de la Grand'Côte, et le premier Pouillot fitis le 1er avril au marais. Les première Hirondelles de fenêtre volent au-dessus de la Maison de la Réserve le 22 mars. Le 4 avril, une Fauvette grisette se nourrit sur la base de loisirs et une Fauvette babillarde le 7 avril.
La héronnière de la base de loisirs grossit au fil des semaines. Sept nids de Hérons condrés sont occupés le 25 février, 8 le 26 février, 9 le 1er mars, 10 le 14 mars, 11 le 24 mars puis 12 le 30 mars. Avec le site de la Platière (3 couples), la colonnie compte actuellement 15 couples. Les premiers jeunes fraîchement éclos sont observés le 7 avril. 8 jeunes sont notés le 10 avril.
Depuis quelques jours, deux Grandes aigrettes se perchent dans la héronnière en tombée de nuit. Prémisse d'une installation ?
Les couples de Milans royaux se forment et les nids se construisent. Le suivi 2016 de l'espèce est réalisé avec l'aide des bénévoles du groupe oiseaux. Le 20 mars un nouveau couple s'installe dans la partie sud de la forêt de la Grand'Côte. Ils se font chahuter par "Marie-Claire", le mâle du couple traditionnel installé vers Grange-Neuve. Surprise le 2 avril avec un troisième couple qui semble s'installer dans la partie nord de la Grand'Côte (une grenouille est apportée par le mâle à la femelle à proximité de l'aire présumée). Après avoir été dérangé sur son aire aux Biefs en 2015, le couple de Beauregard (marqué blanc-jaune à gauche, rose-noir à droite) s'installe dans la Fuvelle, à proximité des habitations. Le couple de Vaux-et-Chantegrue semble utiliser le même secteur que l'année précédente.
Signalons encore des nouvelles de Lulu, oiseau né en 2012 en forêt de la Grand'Côte (marqué blanc-rouge à gauche et jaune-vert à droite). Ce milan a été observé le 9 octobre 2015 à Olaberria, au nord de l'Espagne. Un milan marqué blanc-blanc à gauche et bleu-jaune à droite est observé à Vaux-et-Chantegrue le 23 mars : il s'agit d'un Milan né à Mignovillard en 2007 qui avait été revu dans le Massif central entre temps.

Le suivi des Bécassines des marais bat son plein, et l'année 2016 semble très intéressante. Actuellement l'estimation de 5 à 8 couples est avancé, meilleur résultat pour la réserve naturelle depuis 1993 (rappelons que l'effectif nicheur en France est inférieur à 40 couples !). Espérons que les niveaux d'eau, très favorables actuellement ne subiront pas de fluctuations importantes, notamment sans crues destructrices au printemps. A noter la reprise (chasse) d'une bécassine des marais, baguée au sud du lac le 15 octobre 2014, à Vezins-de-Lévézou (12) le 11 novembre 2015 (392 jours de port de bague).

Les rapaces nocturnes ne sont pas en reste grâce à la mobilisation des bénévoles lors de deux soirées de prospections dans la forêt de la Grand'Côte les 21 et 23 mars. L'ensemble des observations permet de supposer la présence de 6 territoires de Chouette hulotte, 2 couples de Hibou Moyen-Duc et d'une Chouette de Tengmalm. La même opération est prévue pour la fin du mois.
Le 30 mars et le 2 avril, en début de nuit sur la tourbière boisée, un couple de Hibou Moyen-duc parade : claquements d'ailes du mâle et cris de la femelle.

Entomologie
Les insectes sortent de leur sommeil hivernal. Le 1er Citron vole le 18 mars en bordure de la Grand'Côte. Un Grillon des bois est observé dans la forêt de la Grand'Côte le 31 mars. Il s'agit d'une observation peu commune d'un adulte ayant passé l'hiver - relativement doux - et qui se réveille aux premiers beaux jours. L'espèce s'observe plutôt en fin d'été, début d'automne.

Botanique
Effectif aux Vallières Effectif au marais sud La floraison dans les prairies humides de la réserve naturelle de la Fritillaire pintade, jolie petite tulipe à fleur penchée, annonce le printemps.
Deux secteurs sont concernés par un comptage précis des fritillaires : Les Vallières et le marais sud du lac.
- 481 pieds (fleuris et non fleuris) ont été dénombré (moyenne = 401) dans les prairies des Vallières exploitées par les agriculteurs. Ce résultat, loin du record de 2011 (917 pieds), reste cependant dans la moyenne.
- 3457 pieds (fleuris et non fleuris) ont été comptabilisés (moyenne = 1509) dans la parcelle gérée par l'association dans le marais au sud du lac de Remoray. Cet excellent score tend à confirmer que la gestion réalisée dans ce secteur est favorable au maintien de la Fritillaire pintade.

Mars 2016

Ce début de mars nous apporte une ambiance plus hivernale avec neige et froid. Le 9 mars le lac de Remoray est gelé à 25 %.

Canard pilet

De nombreux oiseaux d'eau fréquentent le lac et la base de loisirs en cette fin d'hiver : 1 Oie cendrée au sud du lac le 21 février, 9 Canards pilets le 22 février, un couple de Canards chipeaux en compagnie d'une Nette rousse le 24 février, 3 Canards pilets en compagnie de 10 Harles bièvres le 25 février, 3 Nettes rousses le 1er mars et 3 Garrots à œil d'or (2 mâles et 1 femelle) le 4 mars, une Sarcelle d'été le 5 mars. Un Fuligule milouinan et 3 Canards chipeaux sont observés au sud du lac le 7 mars. Environ 80 Sarcelles d'hiver sont toujours sur le lac, avec de nombreuses parades le 7 mars. 118 Mouettes rieuses et un Goéland cendré se baladent au sud du lac de Saint-Point.

La Pie-grièche grise hivernante, observée dans les buissons de la bordure ouest du lac depuis le 12 février, est encore présente le 13 mars.
Un Chevalier culblanc en migration pré-nuptiale est entendu précocement au Rondeau le 22 février et une Alouette lulu passe en bordure du lac le 22 février. Une dizaine de Bécassines des marais et deux Bécassines sourdes sont observées dans les marais au sud du lac le 1er mars.
IUne Cigogne noire fréquente le marais sud les 12 et 13 mars, et une Cigogne blanche l'entre deux lacs le 13 mars.
Les Grèbes huppés ont commencé leurs parades et, sur la base de loisirs, la construction d'un nid qui n'a tenu qu'une poignée de jours… Un groupe de 8 Grands cormorans s'active à la construction de nid le long de la Taverne le 7 mars. Au 8 mars, 2 Hérons cendré couvent dans la héronnière de la base de loisirs malgré la neige.
Des Bergeronnettes grises sont vues sur le secteur durant tout l'hiver, et 2 Bruants des roseaux s'activent sur la base de loisirs le 2 mars. Un Grand corbeau vole au-dessus du Bois de Biefs le 15 février.

Côté Milans royaux, les couples traditionnels arrivent et s'installent progressivement sur le secteur d'étude, avec pour l'instant 3 Milans marqués observés : Beauregard (blanc-jaune ; rose-noir), Marie-Claire (marques de l'aile gauche perdues, et bleu-rouge sur l'aile droite), et un troisième individu marqué bleu-rose sur l'aile droite (marques de l'aile gauche perdues) qui vole entre le lac et la Grand'Côte le 22 février.

L'hivernage des Grands butors se poursuit au sud du lac de Saint-Point (2 individus les 2 et 7 mars) et un individu est photographié par Kevin Guille sur la gravière de la base de loisirs le 6 mars.

Février 2016

Conséquence d'un hiver très doux, quelques Bécassines des marais ont sans doute hiverné au marais : Cinq sont notés le 11 janvier, et 4 le 4 février.
Pic épeiche Le 7 janvier, signe également marquant de cet hiver relativement doux, un couple de Pics épeiches travaille la cavité du frêne devant la Maison de la réserve, tandis que des Mésanges charbonnières les encouragent en chantant. Le même jour un Epervier d'Europe chasse des passereaux excités par cette promesse de printemps.
Le Rougequeue noir est aperçu le 18 janvier à Saint-Point et le 5 février à Labergement.
Le 11 janvier, la Pie-grièche grise qui hiverne sur le secteur est aperçue à proximité d'un groupe d'un vingtaine de Pipits.
Entre 5 et 6 Harles bièvres sont régulièrement observés sur le plan d'eau de la base de loisirs courant janvier, et 66 Mouettes rieuses volent au-dessus du lac de Remoray le 1er février.
Le 2 février, spectacle de 75 Grues cendrées en vol migratoire au-dessus de la réserve naturelle.
Quelques Garrots à oeil d'or fréquentent les 2 lacs (maximum de 5 individus le 17 janvier).
Notons également jusqu'au 5 février, la présence depuis le mois de novembre d'un mâle adulte de Fuligule nyroca au sud du lac de Saint-Point.
Un Milan Royal est encore présent entre les 2 lacs le 11 janvier, et deux autres volent au-dessus de la base de loisirs les 2 et 10 février. Comme chaque année, les Milans royaux hivernant non loin des montagnes du Jura sont les premiers à revenir en cas de manque de neige.

Janvier 2016

Le réchauffement climatique est bien tangible : 2015 est probablement l'année la plus chaude du siècle. Avec 1210 mm de précipitations annuelles sur la réserve naturelle, 2015 est la quatrième année la moins arrosée depuis 2001 (record de 1033 mm en 2003).

Malgré ce début d'hiver extrêmement doux et sans neige, les oiseaux hivernants fréquentent la réserve naturelle et ses alentours.
- Un Fuligule nyroca est présent au sud du lac Saint-Point depuis le 29 novembre.
- Le 28 décembre, 75 Sarcelles d'hiver, une cinquantaine de Fuligules morillons et 6 Harles bièvres sont comptés sur le lac de Remoray.
- Une Nette rousse mâle est observée au sud du lac Saint-Point le 4 janvier, et un Garrot à œil d'or mâle est présent sur le Doubs le 6.
- Quelques Râles d'eau animent encore timidement les abords des lacs début janvier et au moins 3 Butors étoilés fréquentent les roselières entre le 30 décembre et le 4 janvier.
- les 8 et 9 janvier, un Goéland cendré est observé au sud du lac.
- le 9 janvier, 8 Mouettes pygmées volent au-dessus du lac de Remoray et 4 Garrots à œil d'or sont sur le Doubs en aval du lac de St Point.

Goéland cendré

La dizaine de Bécassines des marais présente dans les marais le 21 décembre permet de réaliser une dernière séance de baguage le 22 décembre, la 102ème bague de l'automne est posée sur une Bécassine des marais. Deux Sarcelles d'hiver visitent également les filets et un groupe de 16 Grandes aigrettes en vol au sud du lac comme surprise !
Côté rapaces, un Autour des palombes femelle est observé entre les 2 lacs le 30 décembre, et un mâle le 4 janvier. Notons également l'observation intéressante de Jérôme Brigatti d'une Chouette effraie à Labergement-Sainte-Marie le 7 janvier !

Archives
> 2018
> 2017
> 2016
> 2015
> 2014
> 2013
> 2012
> 2011
> 2010
> 2009
> 2008
> 2007